Les opérateurs devront choisir leur place au sein de la bande 700 MHz demain grâce à un mécanisme d’enchères de positionnement. La TNT, proche de la bande 700 MHz, pourrait bien forcer les opérateurs à réclamer les places en haut du spectre.

antenne-4G-5

Mise à jour du vendredi 20 novembre à 12h00 : sur le compte Twitter de Jean-François Hernandez, le responsable de la communication de l’ARCEP a précisé que les résultats des enchères de placement seront dévoilés mardi prochain à la clôture de la Bourse de Paris vers 18h.

 

Les enchères permettant à chaque opérateur de repartir avec une part de la bande 700 MHz – appelée bande 28 et qui va de 703 MHz à 788 MHz – réservés aux réseaux 4G se sont terminées hier. Après deux jours et 10 tours de table, Free Mobile et Orange sont repartis chacun avec 10 MHz duplex alors que Bouygues Telecom et SFR ont pu récupérer chacun 5 MHz duplex. Chaque lot ayant été attribué pour 466 millions d’euros, la somme finale des six blocs a donc atteint 2,8 milliards d’euros. En plus de cette somme, l’État pourra compter sur les enchères de positionnement qui auront lieu demain. Il s’agit, pour les opérateurs, de choisir leur place au sein de la bande 700 MHz.

700 MHz arcep

Des enchères à un tour

Les enchères de positionnement sont un peu plus simples, puisque les opérateurs doivent annoncer à l’ARCEP la position qu’ils souhaitent au sein de la bande, et le montant qu’ils sont prêts à payer pour avoir leur premier choix. Elle se déroule donc à un tour, sous pli fermé, ce qui signifie que les opérateurs ne connaissent pas les enchères de leur concurrent. Si les opérateurs obtiennent leur deuxième choix, ils paieront 2/3 du montant et 1/3 du montant s’ils obtiennent leur troisième choix. Si c’est le dernier choix qu’ils obtiennent, alors ils n’auront rien à débourser dans le cadre de ces enchères de positionnement.

 

La TNT et le risque de brouillage

On pourrait penser que les opérateurs préfèrent le bas du spectre, grâce à ses bonnes caractéristiques de couverture et de pénétration au sein des bâtiments. Mais à ce stade, les différences entre la première place (703 MHz pour la voie montante) et la dernière place (728 MHz dans la voie montante) sont très faibles. Ce qui entre en jeu est en fait la menace de brouillage avec la TNT qui s’était déjà posée avec la bande 800 MHz. En effet, la TNT sera toujours émise jusqu’à une fréquence de 694 MHz, très proche de la fréquence 703 MHz, premier lot de la bande 700 MHz. Ainsi, les antennes 700 MHz des opérateurs qui seront en bas du spectre seront susceptibles de perturber et brouiller le signal TNT des particuliers.

L’ARCEP précise alors que les opérateurs incriminés devront intervenir afin de poser des filtres chez les particuliers. Ces filtres (comme celui-ci) permettent d’éliminer les perturbations et donc de recevoir correctement la TNT, sans nuire à la réception du signal 4G. Il sera aussi possible de réaliser d’autres actions sur les antennes TNT et 4G. Selon les cas, le coût sera supporté par l’ANFR, un fonds d’aide de l’État ou directement l’opérateur. Pour la bande 800 MHz, l’ARCEP parlait, sur un document public, de 5,3 interventions en moyenne par antenne 4G pour un coût de traitement administratif (réclamation, définition de la cause, etc.) estimé à 1,45 million d’euros, répartis entre les trois opérateurs.

 

Des blocs contigus dès 2016

Au final, on imagine alors que les opérateurs tenteront de récupérer le haut du spectre, afin d’éviter d’avoir à traiter ces cas de brouillage avec la TNT. Dans tous les cas, les opérateurs qui ont plusieurs blocs (Free Mobile et Orange) seront certains de disposer d’un seul et même bloc contigu. Ils ne verront pas leurs deux blocs de 5 MHz duplex être disséminés à différents endroits du spectre.

700 MHz calendrier transfert

À la fin de ces enchères de positionnement, l’ARCEP attribuera aux opérateurs leurs autorisations pour utiliser leur partie de la bande 700 MHz. Les opérateurs auront le droit d’émettre un réseau 4G sur cette bande dès le 16 avril prochain en Ile-de-France, mais il faudra attendre, pour certaines régions, jusqu’en juin 2019. Il faut en effet procéder à l’arrêt de diffusion de la TNT sur la bande 700 MHz, une opération qui se fera progressivement.