Comme chaque mois, l’heure est au bilan du déploiement de la 4G en France. L’ANFR livre ses observations au 1er mars, et le moins que l’on puisse dire, c’est que Bouygues n’a pas bougé d’un iota, attendant que son sort soit décidé. Pendant ce temps, Orange, Free Mobile et surtout SFR ont poursuivent leurs efforts.

antenne

Les chiffres publiés par l’ANFR en témoignent : ce mois-ci est symptomatique de l’état du secteur des télécoms en France. Alors que les négociations entre Orange et Bouygues Telecom, pour le rachat du second par le premier, piétinent encore, le troisième opérateur hexagonal s’est montré bien peu actif dans le domaine de la 4G. Il n’a ainsi installé que 10 antennes (9 sur la bande 800 MHz, une dans les 2600 MHz), et a supprimé un support 4G. Le mois précédent, Bouygues avait gagné 175 antennes, et entre le 1er décembre et le 1er janvier, il en avait activé 643. Tout est dit.

Capture d’écran 2016-03-02 à 16.47.57

En revanche, chez les autres opérateurs, l’heure est au maintien, voire à une progression. Orange gagne ainsi 260 antennes pour 248 supports 4G, pour un total de 11974 antennes (contre 10512 chez Bouygues). Free Mobile, quant à lui, en compte 6268 antennes, soit 124 de plus que le mois précédent, principalement sur la bande 2600 MHz.

Quant à SFR, il ralentit légèrement la cadence par rapport au mois précédent, gagnant 397 antennes contre 454 le mois précédent. Toutefois, il gagne de l’avance en termes d’antennes en service sur Free Mobile (6814 antennes), mais reste en retrait en matière de supports 4G en service, puisque Free, avec 5991 supports, en compte 1040 de plus que son concurrent.

Des obligations imposées par l’ARCEP

Rappelons que tandis qu’Orange annonce couvrir 80 % de la population en 4G et Bouygues Telecom 75 %, l’ARCEP rappelait récemment à SFR comme Bouygues leur obligation de couvrir les zones peu denses en 4G à hauteur de 40 % d’ici janvier 2017, tandis qu’ils flirtent avec les 10 % de couverture de ces zones. Même combat pour la couverture des centres-bourgs, où SFR reste à la traine. L’opérateur au carré rouge montre en tout cas qu’il poursuit ses efforts, tandis que Bouygues, qui annonçait il y a peu son intention de couvrir 82 % de la population en 4G d’ici la fin 2016 semble mal parti pour tenir ses promesses.