Le mariage entre Bouygues Telecom et Orange est en bonne voie, mais il reste encore à régler quelques détails, notamment en ce qui concerne la cession des actifs. Patrick Drahi, le PDG d’Altice (la maison-mère de SFR), serait d’ores et déjà prêt à signer un gros chèque pour récupérer les clients du troisième opérateur.

Logo Bouygues Telecom

Hier encore, en marge de son Show Hello, Orange laissait entendre que l’accord concernant son rapprochement avec Bouygues Telecom pourrait être trouvé d’ici la fin du mois. Cela concerne bien sûr non seulement les deux futurs mariés, mais aussi SFR et Free, qui devraient se partager la garde des actifs de Bouygues afin de satisfaire l’Autorité de la concurrence. Selon Stéphane Richard, PDG de l’opérateur historique, les différents acteurs sont « à peu près d’accord sur les grandes masses de cette répartition », mais il rappelle qu’« aucun des acteurs n’a la capacité de reprendre la totalité des clients, du réseau, des fréquences ou des boutiques de Bouygues Telecom ».

Selon les informations du journal Les Échos, SFR serait essentiellement intéressé par la clientèle de Bouygues. Patrick Drahi, son grand patron, serait prêt pour l’obtenir à signer un chèque de 4 milliards. Une somme rondelette pour ralentir l’hémorragie et remonter ses parts de marché, en berne en 2015.

Free dans la course

Free ne va pas non plus passer à côté de cette affaire et vise quant à lui la récupération d’antennes, de fréquences, ainsi que d’une partie des 300 boutiques du troisième opérateur, ce qui comprend certainement une part salariale qui préférerait quant à elle rejoindre Orange. Pour cela, Xavier Niel pourrait débourser environ 2 milliards, toujours selon Les Échos. Orange pourrait donc céder pour 6 milliards d’actifs dans cette transaction à 10 milliards.

Si les informations obtenues par Les Échos sont exactes, nous devrions donc être fixés dès le 31 mars, même si ce deal est encore loin d’être entièrement finalisé.