Le métro parisien sera-t-il bientôt couvert par la 3G ou la 4G ? C’est en tout cas le souhait conjoint de la RATP et de l’ARCEP qui viennent de signer une déclaration d’intention. Le but est simple : améliorer la connectivité des voyageurs dans le métro parisien.

métro paris

L’arrivée des réseaux mobiles 3G et 4G se fait attendre dans le métro à Paris, mais aussi dans celui de Lyon qui se contentera un certain temps du Wi-Fi. Certes, on trouve de la 4G sur certaines lignes (ligne 1 et RER A), mais la data se fait clairement désirer sur pratiquement l’intégralité des lignes souterraines de la capitale. Alors que la 4G devait pointer le bout de son nez en 2015, son arrivée a finalement été retardée pour 2017. Pour accélérer le déploiement de la 4G dans le métro, l’ARCEP s’est associé à la RATP en signant une déclaration d’intention. À travers celle-ci, le gendarme des télécoms et la régie des transports « s’engagent à conjuguer leurs efforts afin d’assurer une connectivité mobile de qualité dans l’ensemble du réseau souterrain de la RATP, trains compris ».

 

Des mesures pour pousser les opérateurs

Il n’est donc pas seulement question de couvrir les stations, mais également les trains, sûrement à travers les tunnels et non pas en proposant des antennes au sein des trains. L’ARCEP va donc aider la RATP à mesurer les taux de couverture et la qualité de service des différents opérateurs dans le métro parisien, afin « d’inciter les opérateurs à augmenter leur effort d’investissement« . D’ailleurs, l’ARCEP vient tout juste de publier les premières mesures partielles réalisées sur les 14 lignes du métro parisien comme nous l’avons vu ce matin.

 

Les mesures dans le métro

Dans le détail, c’est SFR qui s’en sort le mieux en terme d’appels, mais Orange et Free tirent leur épingle du jeu avec les SMS. L’ARCEP n’a pas publié dans le détail les résultats en navigation web mais la moyenne est extrêmement basse puisque seules 16% des requêtes web ont abouti à un résultat.

RATP couverture ARCEP