Stéphane Richard, le PDG d’Orange, chercherait à investir dans de nouvelles entreprises. Si des convergences ont lieu, Orange pourrait ainsi proposer du contenu supplémentaire à ses offres.

Stéphane Richard, Orange

Stéphane Richard, Orange

Selon Challenges, qui annonce avoir des informations exclusives au sujet d’un deal secret entre Orange et Vivendi, le premier opérateur français pourrait « participer à la recapitalisation de Canal Plus ». C’est environ 20 % du capital de la chaine cryptée que pourrait ainsi récupérer Orange, aux côtés de Vincent Bolloré.

Cette stratégie permettrait entre autres à Orange de proposer tout ou partie du contenu de la chaîne dans ses offres mobiles.

Un deal encore incertain

Selon le site économique, « le deal est loin d’être bouclé », mais Stéphane Richard et Vincent Bolloré auraient déjà bien discuté tandis que leurs équipes respectives se seraient également rencontrées. Un porte-parole d’Orange « ne confirme ni n’infirme ces informations » tout en admettant qu’il « n’est pas absurde de réfléchir à ce genre de schéma ».

Mais Canal Plus ne serait pas la seule transaction liant Orange à Vivendi. L’opérateur s’intéresserait en effet à Banijay Group, une société de production détenue à 26 % par l’entreprise de Vincent Bolloré, mais aussi et surtout Telecom Italia, l’opérateur italien dont Vivendi est l’actionnaire principal avec 24,9 % des parts. Toutes ces opérations seraient néanmoins indépendantes et ne seraient en aucun cas signe de rapprochement entre Orange et Vivendi.

L’État toujours dans l’équation

Ces négociations pourraient rencontrer un obstacle de taille en raison de la présence de l’État au capital d’Orange. Bien que minoritaire, il dispose d’un simili droit de véto et n’a pas hésité à poser des conditions lors de la tentative de mariage entre Bouygues et Orange. Vincent Bolloré n’étant pas dans les petits papiers du gouvernement, ce dernier pourrait rechigner à faciliter son enrichissement, et surtout le rapprochement entre Vivendi et Orange.