L’opérateur américain AT&T a mis fin à son support du réseau 2G, signant par la même occasion la mort du premier iPhone. L’entreprise préfère se concentrer sur les technologies plus rapides.

Voilà une nouvelle qui risque de provoquer un sacré coup de vieux pour un bon nombre d’entre nous. Aux États-Unis, l’opérateur AT&T a officiellement mis fin à son support du réseau 2G. Rien de surprenant, cela faisait déjà quatre ans que cette mesure était prévue.

D’ailleurs, cela fait depuis le 1er janvier dernier que AT&T a mis à exécution son projet. Aucune vague de mécontentement ne s’est fait ressentir depuis à l’encontre de l’opérateur. Autrement dit, la 2G n’était sans doute presque plus utilisée. Autre fait intéressant : comme le remarque The Verge, cette cessation marque aussi la fin du premier iPhone, sorti en 2007.

Le premier smartphone d’Apple était en effet également connu sous le nom d’iPhone 2G. Ainsi, les modèles qui profitaient de la couverture d’AT&T ne peuvent plus consommer de données mobiles, le Wi-Fi est désormais son seul ami. À part pour les nostalgiques, il ne s’agit pas d’une grosse perte puisque la Pomme ne propose plus de mise à jour logicielle pour ce modèle depuis 2013 (iOS 3).

Favoriser les technologies plus rapides

AT&T justifie son choix en expliquant vouloir concentrer ses moyens sur la 3G et la 4G LTE — qui couvriraient apparemment 99 % de la population américaine. Le but est notamment de s’adapter à la croissance du secteur des objets connectés en fournissant des connexions plus rapides.

L’opérateur insiste aussi sur son ambition de déployer un réseau 5G, notamment pour permettre le développement des performances de la réalité virtuelle, des maisons et villes connectées ainsi que des voitures autonomes. Dans un précédent communiqué, AT&T se vantait d’avoir atteint une vitesse de 14 Gigabits par seconde en phase de test avec une latence inférieure à 3 millisecondes !

Pour 2017, l’accent est mis sur la 4G LTE et sur des objectifs plus réalistes. Ce réseau déjà déployé devrait permettre d’atteindre un débit maximal théorique de 1 Gigabit par seconde dans le courant de l’année.

Panne du réseau de transport à San Francisco

Notons tout de même que la fin de la 2G a provoqué une panne des panneaux annonçant l’horaire de passage des trains et des bus à San Francisco, en Californie. Les applications mobiles du réseau de transport en commun de la ville ont également été affectées. L’ensemble de ces services reposaient encore et toujours sur la 2G d’AT&T. Les vieilles technologies ont la dent plus dure qu’on ne le croit.

Crédit photo : CC Mike Mozart