Votre smartphnone est sans doute compatible avec le Wi-Fi 802.11ac, ce qui permet d’obtenir des débits de l’ordre de 1 Gb/s dans les meilleures configurations. Voilà que Qualcomm se lance dans le WiFi 802.11ax, mais qu’est-ce que c’est ?

Si vous n’y connaissez pas grand chose en normes Wi-Fi, nous vous conseillons d’absorber le dossier élaboré par Vincent qui revient sur les principales technologies sans fil utilisées actuellement.

Bref, Qualcomm annonce en grande pompe, à quelques semaines du MWC, l’arrivée du Wi-Fi 802.11ax. Ce dernier fait suite au 802.11ac, mais aussi au 802.11ad (aussi appelé WiGig) dans la bande 60 GHz. Le WiFi 802.11ax est une technologie qui utilise les bandes 2,4 GHz et 5 GHz. Qualcomm n’est pas le premier à annoncer des produits basés sur cette technologie, Quantenna a déjà annoncé son arrivée en octobre 2016 et a profité du CES 2017 pour faire quelques démonstrations.

 

Revenons au Wi-Fi 802.11ax avec un petit retour dans le temps. L’arrivée du 802.11n, en 2009, a permis aux utilisateurs de bénéficier d’un débit binaire jusqu’à 150 Mbit/s. La révision 802.11ac de 2013 a permis de profiter d’un débit binaire de 866 Mbit/s par canal, avec des canaux plus larges (jusqu’à 160 MHz) et des ordres de modulation plus élevés (256 voire 1024 QAM). Avec jusqu’à 8 canaux agrégés, cette technologie permet d’atteindre un débit théorique de 6,97 Gbit/s. Mais ce débit n’est atteignable que dans l’enceinte fermée et contrôlée d’un laboratoire RF.

En réalité, à la maison le WiFI 802.11ac fournit un débit suffisant dans un environnement contrôlé, mais ce n’est pas le cas dans un environnement chargé et en particulier avec un Wi-Fi public (dans un terminal d’aéroport bondé par exemple). C’est à ce problème précis que répond cette norme LAN sans fil IEEE 802.11, le 802.11ax. Cette norme promet donc de quadrupler le débit moyen par utilisateur dans les zones denses, et surtout d’être bien plus stable. 

Qualcomm annonce l’utilisation de 12 flux (8 sur les 5 GHz et 4 sur les 2,4 GHz), d’une largeur de spectre de 80 MHz chacun ainsi que du 8×8 MU-MIMO. Le fabricant annonce une solution pour les points d’accès, l’IPQ8074 offrant un débit cumulé de 4,8 Gb/s (pour plusieurs clients), et une solution pour terminaux, le QCA6290, pouvant atteindre 1,8 Gb/s.

Cette amélioration de l’utilisation du spectre en zones denses permettra de couvrir plus facilement des lieux publics, comme des aéroports, des stades, des gares ou des parcs. Il permettra également d’améliorer sensiblement les débits et la stabilité du réseau. Huawei a fait la démonstration de la technologie avec des débits jusqu’à 10 Gbit/s. Enfin, loin d’être négligeable : cette norme promet également une gestion de l’énergie plus efficace pour une meilleure autonomie de batterie. Beaucoup de promesses, néanmoins il faudra patienter plusieurs années pour permettre à cette technologie d’être déployée.

À lire sur FrAndroid : Normes Wi-Fi 802.11a/b/g/n/ac : quelles différences dans la pratique ?