Free Mobile a dévoilé ce matin une nouvelle évolution de son forfait, qui devient illimité en 4G pour les abonnés Freebox. Derrière une simple évolution d’une offre en place se cache la prochaine révolution du marché mobile en France.

Il y a un peu plus de 5 ans, un forfait mobile sans engagement chez Sosh proposait la voix illimitée, les SMS et MMS illimités et 1 Go de 3G+ par mois rechargeables pour 40 euros par mois. Il s’agissait déjà d’un effort qui semblait immense pour Orange qui avait l’habitude de proposer la même chose au double du prix et avec un engagement de 24 mois avec ses forfaits Origami.

Puis est arrivé Free Mobile avec le lancement d’une offre avec voix illimitée, SMS et MMS illimités et 3 Go de 3G par mois (débit réduit au-delà) pour 20 euros par mois, ou 16 euros par mois pour les abonnés Freebox. Une révolution du marché mobile en France qui va faire exploser la concurrence et forcer les acteurs en place à revoir leur copie. 5 ans plus tard, Free Mobile annonce une nouvelle révolution.

 

Data illimitée sans fair use : une révolution pour le consommateur

Si nous employons ce mot très fort de révolution pour cet édito, c’est parce que nous pensons qu’il y aura un avant et un après « forfait illimité en 4G », comme ce fut le cas pour la voix illimitée et l’arrivée de Free Mobile en 2012.

En enlevant toute notion de fair use, la limite de data par mois avant un abaissement de la vitesse de connexion, ce forfait va libérer l’abonné d’une anxiété qu’il pouvait ressentir consciemment ou inconsciemment. C’est une libération que j’avais déjà personnellement ressentie au passage à la voix illimitée. J’ai toujours très peu téléphoné et avant 2012 je privilégiais les forfaits avec peu d’heures de communications incluses. Résultat, je ne savais jamais si j’allais avoir du hors-forfait.

En passant à un forfait illimité, j’ai pu ôter de mon esprit les questions comme « ai-je encore assez de forfait ? » ou « est-ce que je lui demande de me rappeler pour utiliser son forfait ? ». Aujourd’hui je peux rester au téléphone deux heures d’affilée sans me poser de question et sans aucun stress. Je n’appelle pas forcément beaucoup plus qu’avant, mais pour moi, cette absence d’anxiété n’a pas de prix et je ne pourrais pas imaginer souscrire à un forfait limité à une ou deux heures de communication mensuelle.

Depuis l’arrivée de Free Mobile, le trafic a explosé en mobile

Le passage à la 4G illimitée permettra la même chose. Plus besoin de se poser de question avant de lancer le téléchargement d’un podcast un peu lourd ou d’un épisode sur Netflix, même en 4G, plus besoin d’utiliser le Wi-Fi de son smartphone finalement, sauf si on capte mal le réseau mobile.

J’ai récemment rendu visite à mon frère qui a malheureusement une mauvaise ligne ADSL. Pour accélérer le téléchargement d’un jeu sur sa Xbox One, j’ai utilisé la fonction modem de mon smartphone avec mon forfait Sosh 20 Go. Autant vous dire que j’ai claqué 75% de mon forfait mensuel en quelques minutes de téléchargement. Avec un forfait illimité, je n’aurais même pas eu besoin de faire ce constat.

 

Première étape avant une révolution des usages

Aujourd’hui un abonné Free Mobile consomme en moyenne 4,9 Go par mois, c’est bien en dessous de l’ancienne limite du forfait en 4G qui était placée à 50 Go. Pourtant ce volume moyen est largement au-dessus du forfait Sosh de 2011, et encore aujourd’hui la marque d’Orange ne propose que 5 Go par mois dans son forfait à 20 euros. Ce chiffre montre aussi que certains abonnés, même s’ils représentent une niche, doivent d’ores et déjà profiter des quotas élevés des nouveaux forfaits. L’augmentation des quotas a permis au volume moyen de croître et le passage à l’illimité ne fera qu’amplifier cette tendance permettant l’arrivée de nouveaux usages.

Le passage à des volumes de données illimitées va sans aucun doute permettre de créer de nouveaux usages que l’on n’imagine pas aujourd’hui. A l’époque des forfaits ligne fixe avec 50 heures de communication, on n’imaginait pas un jour la création de services comme Steam, YouTube, Twitter, Facebook, ou Slack. Le web moderne est né du passage de nos abonnements à l’illimité, même si à l’étranger il y a parfois un fair use mensuel.

Demain le cloud gaming mobile permettra de jouer à n’importe quel jeu n’importe où.

On imagine facilement voir la même chose arriver au marché mobile. Le mode modem devrait continuer à se généraliser et les points d’accès Wi-Fi payants ne seront qu’un mauvais souvenir. Demain avec l’amélioration des réseaux, on pourra imaginer des solutions de cloud gaming mobile, du streaming vidéo en 4K. Les outils de diffusion en direct comme Periscope ou Facebook Live devraient continuer leur croissance.

Les premiers bénéficiaires du nouveau forfait de Free et son impact à venir sur ses concurrents, ce seront donc les développeurs d’applications et les entrepreneurs qui pourront redoubler d’intelligence pour créer des usages utilisant cette nouvelle offre d’abondance.

 

Free mobile a un mauvais réseau, et alors ?

Le principal frein à la révolution annoncée par Free Mobile ce matin, ce sera son réseau. Comparé à 2012, les opérateurs se sentent moins en danger, car ils savent que des abonnés choisissent maintenant avant tout une qualité du réseau 4G et une vitesse de déploiement. On a vu par exemple avec le passage du quota à 50 Go que Sosh, B&You et RED n’avaient pas répondu du tac au tac par un alignement de leur forfait, comme ils en avaient l’habitude jusqu’à présent. Le réseau de Free Mobile est d’ailleurs l’un des reproches que l’on peut lire en commentaire de l’annonce.

Pour autant, il s’agit d’une première étape et d’un point de non-retour pour le marché français. L’histoire de Free montre que l’opérateur a l’habitude d’étoffer son forfait au fil des ans sans retour en arrière par la suite. L’illimité pour les abonnés Freebox est donc là pour durer et impacter le marché, même si cela se fera sur le long terme. Avec cette annonce, les opérateurs n’auront pas d’autres choix que de tendre vers un quota illimité pour leur forfait, car le réseau 4G de Free Mobile ne sera pas éternellement en retard.

Comme en 2012, l’annonce de Free Mobile touchera en premier lieu les abonnés de la marque, mais touchera aussi les clients des concurrents qui verront leurs forfaits s’améliorer par effet de levier.