Nicolas de Tavernost (PDG de M6) est revenu sur ses échanges musclés entamés avec les opérateurs, trois jours avant la coupure annoncée par TF1.

Nicolas de Tavernost (M6)

M6 semble moins pressé que TF1, mais Nicolas de Tavernost a fait part des échanges musclés entamés avec les opérateurs. Selon lui, les opérateurs doivent réagir avant la date d’échéance des contrats de distribution, à savoir : le 1er janvier 2018. Autrement, M6 cherchera à développer ses propres moyens de diffusion, la plateforme 6play par exemple, ainsi que les acteurs tiers comme Molotov TV et MyCanal. Un pari risqué pour M6, les offres OTT restent encore minoritaires en termes d’usage de consommation de la TV.

« Nous avons également des services qui ne passent pas directement par les box  (…) Il est évident que si nous avions des difficultés avec tel ou tel opérateur, nous mettrions l’accélérateur sur les services OTT (over-the-top service ) qui ne passent pas par les box de façon à avoir une distribution qui soit mieux contrôlée »

Même si Nicolas de Tavernost reste confiant auprès des actionnaires du groupe M6, les fournisseurs d’accès à Internet font bloc : Orange, Free et Bouygues Telecom ne veulent pas payer. D’ailleurs, Stéphane Richard (Orange) avait également évoqué la menace de la coupure des budgets de publicité. Les trois fournisseurs d’accès à Internet pèsent lourd, en parts d’audience mais aussi en tant qu’annonceurs.

 

À lire sur FrAndroid : TF1 et M6 de nouveau en guerre contre les fournisseurs d’accès à internet