La restructuration du groupe Altice (SFR Numericable) continue et s’accélère.

Après le rachat de SFR par Altice (Numericable) en 2014, le groupe a annoncé un plan de restructuration en 2016 afin de réduire ses effectifs de 37 % d’ici 2019, soit un peu plus de 5000 postes. La Tribune indique cependant que le groupe de Patrick Drahi souhaiterait accélérer les choses.

Un accord aurait été signé par les syndicats Unsa, CFDT et CFE-CFC afin d’accompagner 3300 employés vers des départs volontaires. Parmi eux, 600 feraient partie du Service Client, une division qui devrait être reprise par le groupe marocain Intelcia, également membre du groupe Altice. Le but serait d’arriver à passer sous la barre des 10 000 âmes d’ici la fin de l’année.

 

Les employés indemnisés

Ces départs sont bien sûr accompagnés d’indemnisations financières allant de deux à trois mois de salaire par année d’ancienneté (avec un plafond à 20 ans). Les concernés bénéficient également d’un « congé de reclassement jusqu’à 20 mois avec possibilité de retour dans l’entreprise moyennant le remboursement de l’indemnité de départ », précise La Tribune.

Quelque 1 200 salariés auraient déjà suspendu leur contrat de travail depuis le mois de février en attendant une validation qui devrait avoir lieu début juillet.

 

Double peine pour les autres

Les plus à plaindre sont donc finalement ceux qui restent à en croire l’Unsa. En effet, cette nouvelle organisation est « conditionnée à la mise en place de nouveaux outils qui ne sont pas encore là ». Aussi, le syndicat s’inquiète « pour la charge de travail de ceux qui restent dans le groupe » et craint « une année 2018 très compliquée ».