La feuille de route de Free Mobile annonce le lancement d’une nouvelle offre mobile, en plus de ses offres historiques. Tout porte à croire qu’il s’agira d’un troisième forfait.

Depuis son lancement en 2012, Free Mobile n’a toujours eu que deux forfaits dans son catalogue. Un premier à petit prix, 2 euros par mois, lancé en réponse aux offres dédiées aux prestataires du RSA, et un second forfait à 20 euros par mois, sur lequel l’opérateur concentre ses innovations comme la 4G illimitée.

Lors de la présentation de ses résultats financiers, le groupe Iliad (maison-mère de Free et Free Mobile) est revenu sur sa feuille de route pour les prochains mois. C’est à cette occasion que la firme a précisé le calendrier de sortie des nouvelles Freebox. On peut également y lire que Free lancera une nouvelle offre mobile d’ici 4 semaines.

Un forfait intermédiaire ou un nouveau forfait premium ?

Reste maintenant à comprendre ce que Free Mobile entend par « lancement d’une nouvelle offre mobile ». On imagine que cela devrait être le lancement d’un troisième forfait. Pour augmenter ses revenus, l’opérateur pourrait lancer un forfait plus cher que son forfait à 20 euros par mois.

Le problème c’est que ce dernier intègre déjà un quota illimité de data 4G en France Métropolitaine, avec bien sûr de la voix et des SMS également illimités. Pour proposer un forfait plus cher, l’opérateur devra ajouter des services externes (offrir un abonnement Spotify par exemple), mais ce n’est pas le style de Free, ou ajouter de nouvelles destinations à l’internationale. Le trublion pourrait-il aller jusqu’à offrir de la data illimité dans certains pays prisés comme les États-Unis ?

L’autre hypothèse probable est celle du lancement d’un forfait intermédiaire, autour des 10 euros par mois. L’opérateur s’y est toujours refusé jusqu’à présent. Ce forfait pourrait intégrer un plus petit quota de data que le forfait à 20 euros par mois.

Dernière hypothèse : le lancement d’un forfait Box 4G. Les concurrents de Free Mobile proposent déjà ce genre d’offre dans les zones où les abonnés captent la 4G, mais n’ont pas accès à un réseau fixe de bonne qualité. L’opérateur a l’obligation de lancer en 2018 une offre de ce type.