Lors d’un déplacement à Lisbonne, Patrick Drahi a réfuté toute envie de revendre la branche française du groupe Altice.

Patrick Drahi, le président fondateur d’Altice (société mère de Numericable)

Le marché mobile français va-t-il revenir à trois opérateurs ? Depuis quelques semaines, la question se pose à nouveau alors que Bouygues Telecom était suspectée de chercher à croquer Altice France (SFR – Numericable) et que le régulateur ne s’oppose plus à l’idée d’un fusion entre deux acteurs du marché.

Patrick Drahi, président et fondateur d’Altice, a voulu faire taire les rumeurs concernant l’acquisition de la branche française. L’homme d’affaires a déclaré : « J’ai commencé mes affaires en France et il n’y a aucune chance que je revende ». Il a un peu plus confirmé « je ne vends pas ma branche française ».

Il peut notamment s’appuyer sur l’embellie de SFR en France au cours du dernier trimestre, alors que l’opérateur perdait des clients de trimestre en trimestre jusque là.

Le réseau est à vendre

Malgré ses déclarations, Patrick Drahi ne se ferme pas complètement à l’idée d’un rachat  : « pour racheter une telle entreprise, vous aurez besoin de beaucoup d’argent et nous n’avons reçu aucune information en ce sens, si ce n’est de la presse », faisant référence à la rumeur concernant Bouygues Telecom.

Si la revente de l’opérateur français n’est pas à l’ordre du jour, Altice cherche bien à en revendre une partie : 13 000 antennes au Portugal et en France. Le groupe espère une revente pendant la première partie de l’année, qui s’achève le 30 juin. L’affaire devrait rapporter jusqu’à 3 milliards d’euros au groupe.

À lire sur FrAndroid : Sondage de la semaine : un retour à 3 opérateurs, ce serait…