Les constructeurs chinois sont bel et bien présents en France, souvent en entrée de gamme, et parfois en tant que marques blanches. On voit des Wiko sur le marché du low-cost, des Huawei ou des ZTE, mais aussi des appareils de marques plus confidentielles à la Thomson, voire les terminaux d’enseignes de la grande distribution de type Carrefour, dont la finition comme la durée de vie laissent parfois à désirer. En marge de ces appareils issus des chaînes de production d’ODM ou de marques chinoises, certaines firmes tirent leur épingle du jeu.

Oppo N1

On connaît Oppo pour ses smartphones, mais il faut tout de même rappeler que la marque ne s’est pas lancée sur ce marché au hasard. Connue pour sa division américaine produisant des lecteurs DEV/Blu-ray de haute qualité, elle adopte une stratégie assez différente de ses concurrents, préférant adapter ses produits aux besoins des marchés auxquels ils se destinent. Et au passage, Oppo met l’accent sur la finition de ses appareils, qu’il s’agisse de sa série Find (n’oublions pas le Find 5 que nous avons testé l’été 2013, mais aussi le futur Find 7) ou du N1 qui nous intéresse aujourd’hui. Et ce N1 n’est pas n’importe qui : contrairement à nombre de smartphones qui inondent actuellement le marché, il arrive avec une proposition intéressante. À commencer par un design original – il s’offre un capteur photo rotatif qui sera utilisé comme capteur frontal ou dorsal, mais aussi un pavé tactile situé à l’arrière du téléphone. Son format phablette, son écran de 5,9 pouces et son dérivé d’Android baptisé Color OS constituent un ensemble d’atouts charme pour ce terminal finalement moins onéreux que la concurrence. Comptez en effet 449 euros chez le revendeur officiel des produits Oppo en Europe, Oppo Style ; pas question ici de passer par un importateur générique.

 

Contenu de la boîte

Dans le packaging, vous retrouverez :

  • l’Oppo N1
  • des écouteurs intra-auriculaires avec effets aluminium
  • une télécommande O-Click pour prendre des photos à distance (50 mètres de portée)
  • un câble filaire micro-USB <> USB
  • un adaptateur secteur de recharge
  • des guides d’utilisation

Oppo donne dans la catégorie « luxe » avec ce packaging pour le moins complet, puisque la coque « Easy Cover » (c’est-à-dire une coque avec rabat d’aspect cuir) et une télécommande O’Click sont de la partie.

Oppo N1

 

Caractéristiques techniques

Phablette s’il en est, l’Oppo N1 affiche un ensemble de caractéristiques pas tout à fait au niveau technique de la concurrence. De fait, sous son écran Full HD de 5,9 pouces, on trouvera un processeur quadricœur Qualcomm Snapdragon 600 cadencé à 1,7 GHz couplé à 2 Go de RAM. On notera la présence d’un espace de stockage de 16 Go non-extensible (le détail qui compte, puisqu’il faudra compter 479 euros), d’un capteur photo unique de 13 mégapixels, le tout dans un format unibody. Côté logiciel, de l’Android 4.2 sous forme de Color OS est intégré à cet Oppo N1 décliné en couleur blanche.

ModèleOppo N1
VersionAndroid 4.2.2 Jelly Bean avec Color OS 1.0
Écran5,9 pouces
Définition1080 x 1920 pixels (Full-HD)
TechnologieIPS-LCD
Protection contre les chocs et les rayuresOui, Corning Gorilla Glass 3
Résolution~ 373 pixels par pouce
ArchitectureKrait 300
SoCQualcomm Snapdragon 600 (S600)
Nombre de cœur4 cœurs (quadri-cœur)
Vitesse du processeur1,7 GHz
Gravures28 nanomètres
Chipset graphique (GPU)Adreno 320
Mémoire vive (RAM)2 Go (en DDR3)
Mémoire interne (ROM)16 Go, 32 Go
Support micro SD-HCNon
Capteurs13 millions de pixels
(2 en 1 avant et arrière)
Carte SIMmicro-SIM
Wi-Fi802.11 b/g/n avec Wi-Fi Direct, DLNA, Wi-Fi hotspot
BluetoothOui, 4.0
RéseauxWCDMA (850/900/1700/1900/2100MHz)
GSM/EDGE (850/900/1800/1900MHz)
Vitesse internetH+ (3G++) jusqu'à 42 Mbit/s
GPSGPS avec A-GPS
NFC (Near Field Communication)Yes
CapteursAccéléromètre, Boussole, Proximité, Luminosité
Gyroscopique, Gravité, Rotation, Accéleration
Port micro-USB - HDMIOui (avec USB OTG) - Non
Sortie jack 3,5 mmOui
Tuner FM (Radio)Non
Amélioration sonoresNon
Batterie3610 mAh
Dimensions170,7 x 82,6 x 9 mm
Poids213 grammes
DAS (tête)-
DAS (corps)-
Prix conseillé16 Go à 449 euros
32 Go à 479 euros

 

Tour du propriétaire

Résolument intéressant, l’Oppo N1 arbore un design novateur. Tout de blanc vêtu, il ne risque pas de passer inaperçu, et ce d’autant plus qu’il est entouré d’un liseré argenté plutôt discret, mais qui souligne autant son format que sa couleur. Et son format, parlons-en : 170,7 x 82,6 x 9 mm pour 213 grammes. Au final, on se trouve face à un terminal du même acabit qu’un HTC One Max ou qu’un Acer Liquid S2, à quelques grammes près. Les amateurs de smartphones légers passeront donc allègrement leur chemin.

Oppo N1

Ceux qui restent auront affaire à un appareil au format arrondi, dont la coque blanche vient entourer l’écran, ce qui à vrai dire ne rend pas mal du tout à l’œil. Moins agréable, toutefois, les tranches de la phablettes, un tantinet tranchantes du fait que la coque arrière est légèrement plus étroite que la partie avant de l’appareil. Cette coque arrière en plastique mat, suffisamment épais, laisse une impression de solidité agréable. On y remarque cette zone tactile de 12 cm2 évoquée par Oppo et sur laquelle nous reviendrons plus tard.

Oppo N1

Les tranches fines du N1 laissent peu de place aux boutons, qui sont répartis à droite de l’appareil (avec un bouton de mise en veille et une barre de réglage du volume située un peu bas), tandis que le port micro-SIM est positionné sur l’arête gauche de l’appareil. Nous allions oublier l’appareil photo : rotatif, au sommet de la bête, il se contente d’embarquer les divers capteurs d’usage (proximité, lumière…), avec un capteur photo de 13 mégapixels couplé à un double flash LED. Il ne reste donc de place pour les connectiques standard que sur la tranche inférieure du N1 : dessous, on retrouve donc les prise jack 3,5 mm, port micro-USB et un haut-parleur relativement étroit qui ne présage rien de fabuleux.

Oppo N1

Au premier abord, on apprécie ou on déteste ce N1, qui cible certes les amateurs de phablettes XL, mais aussi ceux qui portent leur smartphone comme on porte un bijou. C’est à la fois un concentré de technique et un outil légèrement bling-bling. Il a quoi qu’il en soit le mérite de s’offrir un design différenciant, une rareté par les temps qui courent, et ce même si des éléments rotatifs ne sont pas une nouveauté absolue chez les constructeurs asiatiques. Mais dommage que lorsque l’on utilise la coque à rabat fournie avec l’appareil, il devienne difficile d’atteindre le bouton veille et la barre de réglage du volume.

 

Qualité d’écran

Équipé des « technologies du moment », le N1 d’Oppo ne fait pas d’exception au niveau de son écran. De fait, il propose une dalle de 5,9 pouces pour une définition Full HD (1920 x 1080 pixels), soit une résolution d’environ 373 ppp. Effectivement, il y a mieux chez des appareils de 5,2 pouces, mais dans les faits, la précision est là, la réactivité aussi. Et à vrai dire, le N1 compense allègrement par une luminosité à la hauteur, et par des couleurs suffisamment vives et naturelles. De fait on observe des couleurs similaires à celles d’un G2 (à droite sur les clichés ci-dessous), mis à part peut-être un rouge un peu plus fluo, avec des angles de vision très satisfaisants. C’est seulement du côté des blancs que l’on peut émettre une mince réserve, le coloris affiché par le N1 tirant légèrement vers le jaune. Vraiment rien de dramatique à l’usage, qu’on se le dise.

Voici notre comparaison entre l’Oppo N1 (à gauche) et le LG G2 (à droite) côté couleurs :

Oppo N1

Oppo N1

Oppo N1

Oppo N1 

Interface logicielle

Color OS ressemble à ce que l’on trouve sur un appareil Android classique, mais avec un nombre assez impressionnant de fonctionnalités et des détails d’interface qui ne laissent pas indifférent. On aime ou on déteste le design de l’Oppo N1, et il en va de même pour la partie logicielle de cet appareil. C’est fourni, c’est plein de petits détails intéressants… et c’est même un peu kitsch pour certains points, il faut l’avouer.

Accueil Oppo N1

D’emblée, pas de quoi être surpris, si ce n’est que les francophones devront se contenter de l’anglais, la langue de Molière n’étant pas prise en charge par l’appareil, mais toutefois disponible dans le clavier. Une fois passé le cap, vous remarquerez que l’affichage des paramètres est particulièrement aéré… et qu’il faut scroller longtemps avant d’en arriver au terme ! Vous y retrouverez la présentation standard sous forme de trois onglets, l’un étant dédié aux sons, et le troisième à l’écran. Et dans le premier onglet « Général », on retrouve, outre les réglages classiques, un « Battery Manager » permettant de régler quelques paramètres d’économie d’énergie, mais aussi et surtout la section « Gesture & motion ». Ici, il s’agira de définir certaines actions à accomplir en tournant l’appareil (pour lancer l’appareil photo, par exemple), de régler le son en balayant l’écran à deux doigts, de retourner la phablette pour couper une sonnerie… Et les fans de LG verront un rappel de Knock On dans le « Double tap to wake up » : il suffit de double-cliquer sur l’écran en veille pour réveiller l’écran. Très pratique quand on pose son terminal sur un bureau, par exemple, mais on regrette que la fonctionnalité ne fonctionne pas en sens inverse (pour faire passer l’écran en veille).

Gestures Oppo N1

Une seconde section O-Touch concernera plus précisément le panneau tactile situé à l’arrière du terminal. Pas évident à prendre en main, puisqu’il n’est pas matérialisé physiquement – il faut donc parvenir à poser son doigt au bon niveau de la coque, il vise à autoriser un usage du N1 à une main. Il faudra bien convenir qu’il est difficile de tenir un engin d’une telle taille à une main pour la plupart des opérations, même si, par exemple, le double clic pour lancer l’appareil photo remplit efficacement sa fonction. Il est possible de choisir l’application à lancer par ce biais, et de faire glisser les panneaux latéralement en balayant du doigt ce panneau tactile. La coque fournie avec l’appareil est découpée pour permettre au mobinaute d’utiliser son pavé O-Touch tout en protégeant sur appareil. Le fait est que le panneau fonctionne toujours, mais qu’il faut exercer une pression suffisamment importante pour que le mouvement soit pris en compte… et à une main, bon courage à vous. À vrai dire, tout cela a beau être sympathique, cela reste un peu gadget. Pour le moment, les palliatifs que divers constructeurs imaginent pour faire oublier la taille de leur phablette sont loin du compte, et Oppo ne fait pas figure d’exception.

O-Touch N1

Ceux qui apprécient la personnalisation seront servis. Certes, il est possible de choisir une photo de son choix dans la mémoire de l’appareil (rien de nouveau sous le soleil), mais aussi d’aller piocher dans une boutique de thèmes tout prêts, avec fond d’écran et icône à la clé. Attention, ici, il y a de tout, et pas que du sobre. Voyez vous-même mes screenshots ci-dessous, il y a du très kawaii… Bref, il faut aimer, et on peut bien sûr s’orienter vers une présentation beaucoup plus sobre. Mais une chose nous frappe concrètement : malgré sa taille plus adaptée aux mains masculines que féminines, l’Oppo N1 a un côté particulièrement féminin. Blanc et argent, truffés de détails mignons… et un peu gadget (sur ce point, effectivement, rien de féminin à relever). Pour ceux qui souhaitent tester les différents thèmes, une application du même nom est disponible dans le Menu, et vous demandera de télécharger (en WiFi) les décors qui vous satisfont. Toujours dans la thématique « mignonne », le clavier Oppo, qu’il est possible de faire basculer en AZERTY, regorge de smileys ultra-kawaii propres à satisfaire les plus jeunes. Pour ma part, j’en ai découvert une bonne partie !

Thèmes Oppo N1

Clavier Oppo N1

Côté applications incluses, on trouvera une foule d’utilitaires déjà présents dans l’appareil, si bien que son menu s’en trouve fort encombré dès le premier allumage. Heureusement, Oppo a choisi de regrouper certaines applications en dossiers, sans quoi il nous aurait certainement perdus d’office. Pêle-mêle, on trouve donc une application permettant de créer une session restreinte comme dans Android 4.3 ou presque (Guest mode), mais aussi un Holiday Mode bien pensé. S’il est activé (un toggle fait partie de la barre de notifications), les appels et messages de correspondants ne faisant pas partie d’une liste blanche ne sonneront pas lorsque l’écran est éteint ; vous ne serez donc pas dérangé par les indésirables pendant vos congés, à moins qu’ils vous appellent trois fois en moins de trois minutes. A vous de voir s’il s’agit de harcèlement ou d’une véritable urgence !

Modes Oppo N1

Pour compléter le tout, on trouvera un gestionnaire de fichiers, une lampe torche, un outil de verrouillage direct, une appli météo, un lecteur de musique, et même un système de sauvegarde en cloud baptisé « O-Cloud ». Sans oublier trois jeux Gameloft préchargés dans l’appareil.

À l’utilisation, soyons clairs : c’est fluide et cela fonctionne bien. À condition de faire un peu de tri et de ranger les applications un peu inutiles dans des dossiers adéquats, tout cela reste bien fonctionnel, complet, bien trouvé. À titre d’exemple, j’ai apprécié les toggles déroulants dans la barre de notification, ce qui évite de trop l’encombrer – ce qui est le cas lorsque l’on reçoit de nombreux messages push, emails ou SMS. Même si Oppo montre une bonne volonté évidente, et multiplie les efforts, on a parfois une sensation de gadget, accentuée par le « style » kawaii qui risque de déplaire à de nombreux utilisateurs. On oubliera certainement d’utiliser le pavé tactile O-Touch, mais est-ce bien grave ? Même sans ce détail, ou sans la petite télécommande pour appareil photo fournie avec le téléphone, le N1 est déjà particulièrement complet. Mais fera certainement le désespoir des fans d’Android Stock.

 

Photo et vidéo

Qualité photo

Le N1 n’est certainement pas le photophone ultime que veut bien nous présenter Oppo. Qu’on se le dise tout de suite : pour 449 euros, certains font bien pire, et aucun ne fait aussi bien niveau capteur de façade : et pour cause, le capteur de 13 mégapixels qu’il embarque lui sert aussi bien de capteur frontal que dorsal. Et ce grâce à un module rotatif, ce qui pose une question indispensable : peut-on se fier à la qualité Oppo ? La finition semble qualitative, mais on peut s’interroger sur la durée de vie de la charnière utilisée sur ce Oppo. Rappelons au passage que si original ce form-factor puisse-t-il sembler, il n’en est pas moins beaucoup plus courant que nous pourrions le penser, du moins en Asie. Oppo a toutefois le mérite d’apporter au Vieux Continent ainsi qu’à l’Amérique du Nord un « style chinois » que l’on a peu l’habitude de voir dans nos contrées.

Application photo Oppo N1

Et la qualité dans tout ça ? Oppo nous a vanté un appareil exceptionnel en basses luminosités, mais nous n’irons pas jusque là. Il n’est absolument pas question de résultats catastrophiques à la Liquid S2, mais pas non plus des résultats fabuleux escomptés. On obtiendra des clichés de très bonne facture compte tenu du prix de l’appareil… et pas beaucoup plus.

On trouvera les clichés un peu bruités lorsque la luminosité n’est pas optimale, mais dans l’ensemble, les détails sont là et surtout, à condition de bien faire usage du flash. Le flash utilisé à pleine puissance n’est clairement pas une bonne idée (mais ce n’est pas pour rien que la plupart des constructeurs ont abandonné l’idée il y a belle lurette), mais utilisé avec la fonction « Fill light », il permet de s’en sortir sans (trop) de surexposition, notamment pour des photos de près. Appréciez vous-mêmes nos essais gourmands ci-dessous :

Oppo N1

Essai 1 : sans flash et en automatique, avec très peu de lumière, le résultat est certes granuleux, mais pas truffé de bruit numérique rouge et bleu. L’assiette blanche est certes rosée, mais le tout est acceptable.

Oppo N1

Avec flash, le dessert reste tout aussi appétissant, mais souffre d’une surexposition manifeste. La première bouchée est tellement blanchie qu’elle se confond avec l’assiette… Dommage.

Oppo N1

C’est certainement notre essai le plus concluant, avec la fonction Fill Light. De fait, on retrouve des couleurs beaucoup plus naturelles, et un contraste raisonnable entre les différents éléments de l’assiette. Sans que nos yeux en sortent brûlés, ce qui n’est pas plus mal.

Pour une utilisation générale, l’Oppo N1 est appréciable. Son application photo est relativement simple à utiliser, les adeptes des selfies pourront enfin se passer de photos pixelisées et/ou prises dans le miroir, les utilisateurs de chat vidéo bénéficieront d’images de qualité, et l’on constate que le déclenchement de l’appareil est extrêmement rapide. Bémol toutefois : qui dit déclenchement rapide, dit mise au point aléatoire. Bref, on préférera réaliser la mise au point en touchfocus, ce qui s’avérera bien plus fiable.

Pensez également au widget photo encombrant une page entière de l’accueil, et permettant de prendre des photos directement depuis un raccourci. Les clichés ainsi capturés s’affichent sur une frise chronologique et sont partageables très rapidement… mais ne sont enregistrés que dans une très faible qualité. A réserver aux photos « espionnes », rien de plus.

Widget photo Oppo N1

En vidéo, que penser du N1 ? Plutôt du bien, même si l’absence de système de stabilisation se fait rapidement ressentir. Toutefois, il ne s’en sort pas trop mal en basse luminosité, avec des saccades mineures, le tout en Full HD. Un mode slow-motion est de la partie mais, faute de Snapdragon 800, ne comptez pas sur de l’enregistrement 4K.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Performances

Concentrons-nous à présent sur les performances offertes par cet Oppo N1. À titre comparatif, nous avons estimé que le One Max était le compétiteur le plus approprié que l’on puisse trouver devant ce nouveau produit hors-normes signé du fabricant chinois Oppo.

À l’instar du HTC One Max, l’Oppo N1 affiche une grande dalle tactile de 5,9 pouces en définition Full-HD (soit 1080 x 1920 pixels), qui est également accompagné d’un processeur quadri-cœur de la série Qualcomm Snapdragon 600 (Krait 300) poussé à 1,7 GHz avec une puce graphique Adreno 320 et 2 Go de mémoire vive RAM en DDR3.

En utilisation, les deux produits présentent une optimisation (presque) aussi confortable de l’un à l’autre. Mais voilà, les résultats de benchmarks ne traduisent pas forcément ce que l’on ressent forcément lorsque l’on navigue dans l’interface, que l’on fait du web ou que l’on joue. Toutefois, les résultats de benchmark obtenus montrent notamment un score AnTuTu pratiquement semblable entre les deux produits, là où il diffèrent de plus de 3000 points en la défaveur du Oppo N1 qui obtient 9300 points contre 13000 points sur le HTC One Max avec Quadrant.

Linpack

android frandroid test oppo n1 benchmark linpack single multi thread images 0

  • Oppo N1 : 286.161 Mflops en Single Thread et 608.905 Mflops en Multi-Thread
  • One Max : 277.594 Mflops en Single Thread et 517.382 Mflops en Multi-Thread

AnTuTu, Quadrant, GFX Bench

android frandroid test oppo n1 benchmark antutu quadrant gfxbench t-rex hd 2.7 egypt hd 2.5 01

  • Oppo N1 : 26570 pts sur AnTuTu, 9287 pts sur Quadrant, 16 fps sur T-Rex 2.7 et 42fps sur Egypt 2.5 sur GFXBench
  • One Max : 26304 pts sur AnTuTu, 12294 pts sur Quadrant, 15 fps sur T-Rex 2.7 et 39 fps sur Egypt 2.5 sur GFXBench

3D Mark, Epic Citadel

android frandroid test oppo n1 benchmark 3dmark epic citadel

  • Oppo N1 : 10737 pts en Storm Unlimited sur 3DMark, 39,4 fps en Ultra High Quality sur Epic Citadel
  • One Max : 10929 pts en Storm Unlimited sur 3DMark, 37,9 fps en Ultra high Quality sur Epic Citadel

Côté multimédia, nous n’avons pas besoin de faire les louanges du Snapdragon 600 qui a déjà prouvé depuis longtemps qu’il était à la hauteur. Pour avoir testé le N1 avec de gros titres tels que Angry Birds Go, Dead Trigger 2, Real Racing 3 ou encore Riptide GP2, les performances sont toujours au rendez-vous avec des graphismes qui collent parfaitement à ce que l’on obtient avec desHTC One Max ou Galaxy S4. Le Qualcomm S600 reste une bonne architecture qui saura répondre aux attentes des utilisateurs les plus exigeants.

android frandroid test oppo n1 angry birds go image 0

Bien que le Snapdragon 600 reste un compromis très acceptable, le Snapdragon 800 reste et restera toujours plus performant, et on pourrait trouver dommage que l’entreprise chinoise Oppo se soit cantonnée à un Snapdragon 600, là où elle aurait clairement pu se démarquer du HTC One Max en venant s’aligner avec d’autres phablettes du type Galaxy Note 3, Liquid S2, ou encore Xperia Z Ultra.

 

Réseau mobile et GPS

Ô rage, ô désespoir, l’Oppo N1 n’est pas compatible 4G. C’est vraiment dommage : en sus de son prix et ses caractéristiques générales, c’est certainement l’argument qui aurait fait mouche chez ce terminal. Il faudra donc se contenter de H+ à 42 Mbps, avec une bonne accroche réseau, et des débits suffisamment rapides pour ne pas se sentir – trop – frustré de cette carence. A caractéristiques sensiblement égales, le HTC One Max bénéficie, lui, du support de la 4G. Il est vrai, pour un tarif de 250 euros supérieurs, ce qui n’est pas négligeable. Reste que s’il semble en avance sur son temps sur certains points, pavé tactile arrière en tête, le N1 arrive avec un train de retard sur le terrain des connectivités. Il faut toutefois rappeler que la LTE n’est pas véritablement le cheval de bataille des opérateurs chinois.

Côté GPS, rien à signaler sinon du bon. À l’usage, le N1 nous a soutenus dans nos pérégrinations, et dans le cadre de tests précis, il a confirmé ces bonnes impressions. Nous avons obtenu un fixe GPS à quelques mètres et en 2 secondes, un excellent score pour un terminal qui, par exemple dans une voiture, sera très lisible en tant qu’assistant de navigation.

GPS N1

 

Autonomie

L’autonomie du N1 devrait satisfaire les plus exigeants. De fait, l’intégration d’un Snapdragon 600 à l’appareil n’est certainement pas étrangère à ces bonnes performances, non plus que sa batterie de 3610 mAh. L’une des plus grosses capacités du marchés assure à ce N1 une très bonne autonomie qui nous a autant satisfaits lors de tests théoriques qu’à l’usage quotidien. Et ici, nous pouvons assurer sans sourciller que le mastodonte N1 tient une très large journée en 3G, et avec la luminosité poussée à fond (ce qui n’est pas malin… Quelques pourcentages de batterie devraient être épargnés si vous la baissez un peu).

Côté tests, nos résultats se sont montrés plutôt encourageants (avec un départ à 100 % de batterie) :

  • Lecture d’une vidéo de 20 minutes en streaming WiFi : de 100 à 98 %
  • Lecture d’une vidéo en 20 minutes stockée en local : de 98 à 96 %
  • Lecture de 20 minutes de musique stockée en local, écran éteint : de 96 à 92 %

Il faut bien avouer que l’absence de 4G joue également dans l’autonomie du N1, avec lequel on ne se lancera pas dans de lourds téléchargements, mais qui a le mérite de monter jusqu’à de la H+ à 42 Mbps.

 

Test Oppo N1 Le verdict

écran
8
L'écran du N1 fait partie des meilleures copies rendues cette année, d'autant plus dans sa gamme de prix. L'affichage est confortable et les temps de réponse très satisfaisants. Que demander de plus ?
performances
8
Le Snapdragon 600 est certes moins d'actualité en cette fin d'année, mais il n'en a pas moins des mérites certains. Moins performant que le S800 de fait, il a l'avantage de préserver la batterie de l'appareil, tout en assurant à l'utilisateur une compatibilité avec toutes les applications ou presque. Le N1 n'est pas réservé aux adeptes des performances brutes, mais s'en sort avec les honneurs et côtoie sans rougir le HTC One Max.
logiciel
7
Color OS, on aime ou on déteste. Cette version modifiée d'Android 4.2 est riche, truffée de fonctionnalités plus ou moins utiles, de widgets, d'options de présentation kawaii comme tout. Le moins que l'on puisse dire, c'est que tout le monde n'appréciera pas, mais dans l'ensemble, tout y est... voire avec un aspect chargé qui nous rappelle des interfaces coréennes, là aussi appréciées ou détestées.
design
7
Le N1 est original, pour qui connaît peu les habitudes design asiatiques, et c'est un petit souffle d'air frais qui arrive ici sur le monde des smartphones. Cependant, si on trouve ici un appareil au design assez solide et à l'appareil photo rotatif intéressant, on regrettera un poids élevé, des tranches légèrement coupantes et une coque un peu cheap.
autonomie
9
Avec ses 3650 mAh et son processeur Snapdragon 600 bien optimisé, le N1 passe sans peine le cap de la journée d'utilisation. Dommage et triple dommage, il n'est pas compatible 4G.
caméra
8
Rarement vu chez nous, ce type d'appareil photo rotatif fera le bonheur des fans de selfies. La qualité des clichés est convaincante même si loin d'égaler les promesses d'Oppo : pour 450 euros, c'est ce que l'on peut attendre d'un smartphone.
Note finale du test 8/10
L'Oppo N1 est un smartphone chinois, qui fait chinois sans faire chinois. Expliquons-nous : nombreuses sont les marques issues de l'Empire du Milieu qui nous abreuvent d'appareils d'entrée de gamme mal finis, écueil qu'évite le N1. Mais que ce soit par son design marqué par un appareil photo rotatif ou par sa partie logicielle au style asiatique marqué, le smartphone montre son identité. Oppo incarne ici l'autre facette des appareils chinois que l'on peut hésiter à acheter grâce à une finition qualitative, une couche logicielle travaillée et un packaging "luxe" propre à séduire. Reste qu'un N1, perfective en quelques points sans décevoir réellement en un quelconque aspect, s'adresse à une cible de niche capable de s'encombrer d'une phablette au quotidien. Et pour 449 euros en version 16 Go ou 479 euros en version 32 Go, c'est une bonne affaire.
  • Points positifs
    • Capteur photo rotatif innovant
    • Hautes performances globales
    • Écran Full HD 1080p
    • Nombreux ajouts tactiles
    • Accesoires fournis
  • Points négatifs
    • Batterie inamovible
    • Mémoire non-extensible
    • Résultats photo décevants
    • Manque la langue française
    • Boutons latéraux un peu minces

 

Disponibilité

Si vous souhaitez faire l’acquisition d’un Oppo N1, rendez-vous sur le Oppo Style :