Je vais commencer mon test en essayant d’expliquer ce que le Sony Ericsson Xperia X10 mini est en quelques mots. Donc,vous vous souvenez de ce qu’est le XPERIA X10 ? Hé bien, le mini X10 n’a rien à voir avec lui. Il est l’incarnation d’un concept totalement différent du X10. Par exemple, au lieu de l’écran 4 pouces du XPERIA X10, le X10 Mini est équipé d’un écran 2,55 pouces. Compris ? C’est une expérience totalement différente. Cela dit, je pense que le Sony Ericsson Xperia X10 Mini est un smartphone Android assez intime qui a un joli look et très peu de défauts. Voici donc son test en essayant de prouver une fois de plus l’idée populaire que la taille ne compte pas vraiment.

Aujourd’hui, le marché du smartphone compact sous Android est encore très pauvre. Lorsque l’on regarde l’offre actuelle d’androphones, il y a des produits assez larges comme le HTC Desire, Acer Liquid, Samsung Galaxy S, Motorola Milestone et le Google Nexus One, ainsi que des smartphones moyen de gamme pour le grand public tels que le HTC Legend, HTC Hero, Samsung Galaxy Spica ou encore le LG GT540. Toutefois, un appareil vraiment petit n’est pas encore sorti, mise à part le HTC Tattoo qui est quand même bien plus grand que le X10 Mini. Sony Ericsson a donc souhaité s’engouffrer dans cette niche avec la série Mini .Comme son nom l’indique, le Sony Ericsson Xperia X10 mini est une version réduite du X10 Xperia. Contrairement à ce que Nokia a fait avec le mini N97, Sony Ericsson est allé à l’extrême et le mini-X10 est maintenant un des plus petits smartphones de tous les temps.

Design et prise en main

Il a gardé  le design avec des courbes lisses et un revêtement doux au toucher sur le dos, ce qui le rend agréable en main. En outre, il est relativement épais avec ses 16mm de sorte qu’on ne le ressent pas aussi minuscule qu’il l’est.

Phone Arena a fait un beau montage des différences de taille, j’espère que vous allez vous rendre compte que sa taille est vraiment impressionnante

L’écran est étonnement petit mais comme je l’ai dit, la taille ne fait pas tout, avec ses 2,55 pouces avec une résolution QVGA mais surtout sa technologie tactile capacitive, cet écran s’en sort bien et l’expérience est bonne, sauf en plein soleil, où, comme d’habitude, c’est plutôt difficile lire son écran.

A l’avant sous l’écran vous avez la ligne de chrome de la marque de famille X10, divisé en trois sections pour le menu habituel Android, home et touche « retour en arrière ». Les touches de volume sont sur la droite et partagent le côté avec le bouton de la caméra. Toutes les touches sont agréables, avec un clic assez distincte, y compris « power » / le bouton de verrouillage sur le dessus. Derrière, vous avez un appareil photo 5 mégapixels avec autofocus et un flash LED, ainsi que le haut-parleur qui s’ne sort très bien comme on va le découvrir un peu plus tard dans le test.

Pour ce qui est de la connectique, c’est du standard à un point près, microUSB et du jack 3,5mm, Sony Ericsson a tout de même réussi à refourguer une connectique propriétaire pour vendre des kits main libre aux couleurs de Sony Ericsson.

Gros point positif, il est possible de changer la coque arrière grâce à des coques de différentes couleurs. Dans notre package, on a pu ainsi trouver une coque noir « classe », une coque jaune/vert « flash » et une coque rose/blanche « girly ». D’autres coques seront vendues séparément par deux.

Le Sony Ericsson Xperia X10 mini est un smartphone petit tout « doux ». Même s’il n’est pas présenté comme un appareil de mode, il a ses propres sex-appeal qui attire l’attention. Il est incroyablement petit, au point où il devient juste un peu gênant dans les grandes mains des hommes. Toutefois, je n’irai pas aussi loin en l’appelant téléphone pour fille, il est juste mignon. Par ailleurs, le Xperia X10 Pro mini (la variante AZERTY du Mini X10) est un peu plus grand, surtout plus long (et un peu plus épais de quelques millimètre). Pierre-Olivier se chargera de faire le test du Mini Pro, il est un peu craqué dessus. 😉

Interface et fonctionnalités

Sony Ericsson a revu son interface initialement conçue pour le XPERIA X10, que l’on nomme UX. Au premier démarrage, on vous proposera d’importer vos contacts de votre carte SIM et de configurer votre compte Google (non obligatoire bien sûr sauf pour le Market). Les changements pour intégrer cette interface à un écran 2,55 pouces QVGA sont assez importants.

Sony Ericsson a vraiment réfléchit pour optimiser l’expérience de navigation, il est possible d’avoir plusieurs écrans « bureaux » mais chaque écran d’accueil ne peut avoir qu’un seul widget, vous avez tout de même la possibilité de rajouter jusqu’à 10 écrans.

L’idée de l’interface UX est d’offrir la meilleure User eXperience (littéralement, expérience utilisateur), grâce à l’intégration du multimédia et du social avec les applications Timescape et Mediascape. Enfin, Mediascape n’est pas présent sur le X10 Mini remplacé par une application bien moins visuelle mais fonctionnelle, bien que Timescape dédié à l’usage des réseaux sociaux est toujours présent.

Timescape, reprend par ordre alphabétique les dernières activités de vos amis sur Facebook et Twitter, le tout avec vos messages (sms, e-mails, mms…) et vos appels manqués. Très visuelle, cette application est bien intégrée avec Android, par exemple vous pouvez lier des profils en ligne à vos contacts, ce qui vous permettra alors de voir les mises à jour du statut dans le répertoire directement. Timescape est également disponible sous forme de widget.

Le menu principal apparaît à partir du bas de chaque écran d’accueil. Il, bien sûr, contient toutes vos applications, et celles-ci peuvent également être librement réarrangées ou dispersées aux quatre coins de l’écran selon vos préférences.

Cette interface UX est une belle réussite, tout est animé, facile à utiliser, scrollable… et rapide. Oui, cette interface est rapide, beaucoup plus que son grand-frère le X10 qui est pourtant moins équipé d’un point de vue processeur. J’ai eu un peu peur, connaissant l’interface Android et celle du X10, de me retrouver avec une interface où tout serait trop étroit avec une surcharge d’information, hé bien non. Ce n’est pas le cas, Sony Ericsson a réussi à tout intégrer dans un si petit écran. Seul bémol, un petit manque au niveau de l’interface qui reste malheureusement bleue. Une interface bleue avec une coque rose, j’entends déjà les filles se plaindre.

Et comme prévu dans Android, cette interface peut être remplacé par une autre comme par exemple Home++, qui devrait plaire aux aficionados d’Android que nous sommes.

Au sujet de la navigation Internet, oubliez le pinch to zoom et la joie de la mobilité, sur un écran de cette taille votre surf va en prendre en compte. Les pages se chargent bien, mais la navigation n’est pas aisée. Dommage pour un téléphone qui s’en sort si bien ailleurs.

Un autre inconvénient évident du Sony Ericsson Xperia X10 mini avec son petit écran est la vitesse de frappe. Avec la saisie de texte par défaut, il se sent tous comme ce qu’elle est – la rédaction d’un message texte vous rappellera la vieille école, malgré la possibilité d’une fonctionnalité de texte prédictif. Vous pouvez installer un clavier AZERTY complet via l’Android Market, mais il n’est guère utile qu’en mode paysage, puisque vous ne pouvez pas utiliser vos ongles aiguisés sur un écran capacitif, et c’est exactement ce que vous auriez eu besoin pour cliquer sur les micro lettres. Après quelques minutes, l’écriture devient plus rapide, mais pas assez pour suivre de longues conversations. L’ajout d’un clavier AZERTY physique au Sony Ericsson Xperia X10 mini Pro permettra à coup sûr d’améliorer cet aspect.

L’ajout des fonctions vocales va vous permettre de combler un peu les manques, mais juste un peu.

Niveau fonctionnalités notons, les mises à jour « over-the-air » à partir du téléphone, les logiciels Media Go ou son équivalent Mac Media Sync pour synchroniser le tout avec iTunes par exemple, ou encore la fonction « cloud » de sauvegarde de vos paramètres grâce à un service de Sony Ericsson, l’équivalent de Mobile Me pour les macophiles.

Plusieurs applications sont disponibles nativement comme l’identificateur de chanson TrackID, le support Exchange de Microsoft avec Exchange RoadSync, un navigateur GPS avec Wisepilot, une application de lecture de code 2D et quelques jeux pré-installés.

Les fonctions multimédia sont très complètes, musiques et vidéos trouvent aisément leur place dans ce téléphone. Sony Ericsson capitalise sur ses valeurs principales, à savoir le multimédia, la photographie et le design. Du bout du doigt, slidez entre les photos avec des transitions très fluides, ou classez vos musiques par album, artistes… Pour la vidéo, pas de fonctions DivX ou XviD mais les classiques MP4/H.263/H.264/WMV.

Le haut parleur unique à l’arrière est sûrement un des meilleurs du marché, c’est puissant et clair sans craquements et avec une belle profondeur. Un très bon point. Le kit main-libre / écouteurs s’en sort bien et est de bonne facture.

Appareil photo

Avec ses 5 mégapixels et son flash LED, ce X10 mini s’en sort très bien ! Il est rapide et les photos sont nettes, ça ne remplacera pas encore votre numérique mais ce X10 Mini fait très bien son travail et confirme la réputation de Sony Ericsson avec la photo et la vidéo.

Des photos seront publiées dans la journée

Batterie

Dans un si petit téléphone, il est difficile d’y loger une bonne batterie, du coup l’autonomie n’est pas impressionnante. Pierre-Olivier s’en est plaint avec un gros usage alors que ma copine qui a pris en main le téléphone pendant une semaine ne s’est pas plaint plus que ça de son autonomie, son usage est différent et l’autonomie convient au jour le jour à condition qu’il soit rechargé tous les jours.

Note de Pierre-Olivier : En fait, l’option « 2G seulement » a été modifiée en « Data désactivée ». Avec cette option, le téléphone tient plus de deux jours sans problème. En revanche, une fois la connexion data active, il est très difficile de tenir une journée entière. Il faut donc un peu jongler entre data active ou non, ce qui se fait assez facilement car le rétablissement de la connexion data est parfaitement immédiat.

Conclusions

Ce Sony Ericsson X10 Mini est une très bonne surprise, vendu à 300 euros TTC nu, il est fonctionnel, petit, léger, rapide, personnalisable et mignon. Sony Ericsson prouve encore une fois qu’ils peuvent faire la différence en termes de design, multimédia et photo/vidéo.

Pour sa simplicité et la fluidité, l’interface UX m’a bien plu, elle convient très bien à ce type d’écran. Sony Ericsson a montré comment Android peut être intégré pour une expérience utilisateur sans heurts et sans faille, même sur un petit écran.

L’arrivée de ce X10 mini va faire du bien au marché des petits smartphones sous Android, qui n’a finalement rien à envier aux autres androphones, mise à part son petit écran.

Je ne troquerai pas mon HTC Desire contre ce X10 Mini, mais ma copine a changé son Samsung Galaxy. Je pense que ce téléphone va vraiment faire des heureux (et beaucoup d’heureuses).

Vivement le test du X10 Mini Pro qui devrait combler un certain nombre de problèmes liés au petit écran…

Mise à jour Android 2.1 ?

Sous Android 1.6, les principales fonctions d’Android fonctionnent, vous pouvez compter par exemple sur Google Maps Navigation ou encore la fonction de recherche vocale. Néanmoins, Android 2.1 est bel et bien prévu sur ce téléphone, mais pas avant octobre 2010. En tout cas, c’est officiel.