Introduction

On ne vous présente plus la marque franco-chinoise Wiko. Le cheval de Troie européen du Chinois Tinno est présent sur le territoire français depuis trois ans déjà et s’est déjà fait remarquer en sortant des téléphones d’entrée de gamme honorables. Le Wax marque une nouvelle étape pour Wiko. C’est son premier téléphone 4G mais aussi l’un des rares smartphones du moment compatible LTE et vendu moins de 200 euros. Pour être compatible 4G, Wiko a du se séparer de son partenaire de longue date, MediaTek, et se tourner vers Nvidia et son Tegra 4i. Si l’on en croit les promesses de Wiko, le Wax est le téléphone au meilleur rapport qualité/prix/performances du moment. Et c’est bien ce que nous allons vérifier dans ce test.

wiko-wax-frandroid-11

Une fiche technique qui vend du rêve

ModèleWiko Wax
VersionAndroid 4.3
Taille d'écran4,7 pouces
Technologie écranIPS - HD, Corning Gorilla Glass 2
Définition720 x 1280 pixels
Résolution315 ppp
ProcesseurNVIDIA Tegra 4i, SL 440 -1.7GHz
Nombre de coeurs4 coeurs + 1 coeur compagnon dédié aux tâches moins énergivores
Puce graphique (GPU)GeForce ULP (60 unités de calcul)
Mémoire RAM1 Go
Mémoire interne4 Go (2,5 Go réels)
Support mémoireMicroSDHC (32 Go maximum)
Webcam (façade)5 megapixels
Appareil photo (dorsal)8 megapixels
Réseau mobile4G (LTE de catégorie 3), 3G, Edge
GPSOui
Wi-Fi802.11a/b/g/n
Bluetooth4.0
NFCNon
Ports (entrées/sorties)Micro USB 2.0, Jack 3.5 mm
Capacité de la batterie2000 mAh Li-Po
Dimensions140,1 × 67,5 × 8,8 mm
Poids119 grammes
CouleursNoir, Blanc, Corail, Bleu
Prix conseillé199 euros

S’il y a bien une chose sur laquelle le Wiko Wax est inattaquable, c’est bien sa fiche technique. Sur le papier, le rapport qualité-prix est effectivement excellent. Si l’on résume, le Wax est un téléphone entrée-milieu de gamme à moins de 200 euros, doté d’un excellent processeur, d’un écran HD, d’une connectivité 4G et s’avère par dessus tout être un poids plume : moins de 120 grammes ! Notez enfin que, contrairement aux habitudes de Wiko, le Wax ne dispose que d’un seul port SIM.

 

Design : Sans charme mais aussi sans défaut

N’y allons pas par quatre chemins, le design du Wiko Wax est tout simplement banal. Il s’agit d’un monolithe noir sans charme particulier, mais sans défaut rédhibitoire pour autant. Sur la façade on retrouve le logo Wiko situé en haut à gauche et une discrète barre chromée en bas de l’appareil. Les dimensions de l’appareil sont tout à fait acceptable : 14 cm de long sur 6,7 de large et une épaisseur standard de 8,8 mm, on est tout à fait dans la norme des téléphones de 2014. Son poids est une excellente surprise : 120 grammes. C’est très léger et on ne s’en plaindra pas !

wiko-wax-frandroid-9

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le Wax n’est pas vraiment borderless : le téléphone déborde largement sous la barre chromée. Ce n’est pas particulièrement gênant pour autant. Le téléphone se tient bien en main et contrairement aux smartphone de 5 pouces et plus, il est possible d’atteindre le bord opposé de l’écran avec une seule main sans forcer. Dans les points négatifs, il faut noter que l’écran marque plus que d’habitude les traces de doigts. Est-ce un défaut de traitement de l’écran ? Dans tous les cas, il ne faut que quelques minutes d’utilisation pour donner un aspect sale à son appareil. C’est d’abord vexant puis un peu gênant au quotidien.

wiko-wax-frandroid-14

Le côté droit de l’appareil laisse dépasser les boutons de gestion du son et d’allumage du téléphone. Rien de bien notable à ce sujet la finition des boutons n’est pas à remettre en cause. Notez également au bas de l’appareil une encoche pour enlever la coque du Wax. La batterie est en effet amovible !

wiko-wax-frandroid-5

La coque, parlons-en. Elle est d’une qualité tout à fait satisfaisante pour un appareil de cette gamme de prix. Son plastique légèrement gommé la rend véritablement agréable à prendre en main. Elle ne glisse pas entre les doigts et contrairement à l’écran elle marque très peu les traces de doigts ! En bas de ce dos se trouve un interstice pour le haut parleur dorsal.

wiko-wax-frandroid-2

Le haut du téléphone est étonnant. Il contient un port mini-USB 2.0. Cela faisait longtemps qu’on avait pas vu un port mini-USB sur le haut d’un téléphone ! Le port jack quant à lui a le bon goût d’être pleinement intégré au téléphone et à ne pas dépasser sur la coque.

wiko-wax-frandroid-4

Le côté gauche du téléphone est vierge. La prise en main du téléphone est dans l’ensemble confortable. Les bordures du téléphone ne rentrent en effet pas trop dans les doigts.

wiko-wax-frandroid-8

En bas de l’appareil se trouve une unique ouverture pour le micro. Les finitions du Wax sont très correctes pour le prix du terminal. Certes la coque grince un peu quand on appuie dessus, mais l’ensemble est beaucoup moins précaire – pour ne pas dire cheap – que ce qu’on craignait. De fait, le design et les matériaux choisi pour le Wax laissent apparaître très peu de faiblesses. Ça aurait pu être pire !

 

Un écran très moyen

L’écran du Wiko Wax dispose d’un affichage IPS en haute définition (1280 × 720 pixels) et d’une résolution de 315 ppp. Pour un téléphone de cette gamme, ce n’est vraiment pas mal. Sur le papier tout du moins, puisqu’en pratique nous ne sommes pas vraiment convaincus. S’il n’y aucun souci du point de vue de la résolution (aucun pixel apparent), on sera beaucoup plus critique du côté de la luminosité, des couleurs et des angles de visions.

Comme d’habitude, nous avons effectué une série de test avec l’application Screen Test sur une série de téléphone très différent. Sur les photo ci-dessous, vous trouverez, de gauche à droite : un Motorola Moto X (écran AMOLED), le Wiko Wax (dalle IPS), un Sony Xperia T2 Ultra (IPS LCD), un HTC Desire 816 (Super LCD 2) et enfin le Huawei Ascend P7 (IPS).

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Autant nous n’avons pas grand chose à reprocher au Wiko Wax concernant le blanc ou le bleu, autant le vert et le rouge nous ont réservé de vilaines surprises. Les couleurs ont en effet tendance à être brûlées quand on les regarde de face. Mais elles changent carrément de couleur quand on a le malheur de les regarder sur le côté ! Le rouge vire presque noir tandis que le vert s’assombrit lui aussi énormément. Des défauts que l’on retrouve aussi sur le bleu mais de façon beaucoup moins marquée.

SONY DSC

SONY DSC

Sur les mosaïques, le Wiko Wax n’est clairement pas en tête des affichages les plus réussis. À l’usage, il s’avère toutefois que l’écran du Wax est honnête. Très clairement, les couleurs sont un peu ternes et manquent un peu de précision. Les photos parlent d’elles-mêmes sur les angles de vision, catastrophiques. Mais bon, du moment qu’on est bien face au téléphone, il n’y a rien de vraiment dérangeant. Un écran médiocre en somme – d’autant plus qu’il conserve beaucoup trop les traces de doigts – mais acceptable pour le prix affiché.

SONY DSC

SONY DSC

 

Logiciel : de l’Android pur

Wiko oblige, Android n’a pratiquement pas été coupé à la mauvaise surcouche pour le Wax. C’est Android Jelly Bean 4.3 qui tourne derrière le dernier téléphone de Wiko et il n’y a pratiquement aucune modification de la part de la marque franco-chinoise. En fait, la seule application pré-installée de son cru est une application « Lampe Torche » pour activer le flash de l’appareil photo et envoyer un appel SOS en morse.

android epuré wiko wax

Les seules véritables modifications sont en fait liées au processeur du Wax, le Tegra 4i, et à la marque NVidia. La modification la plus visible est donc la pré-installation de l’application TegraZone permettant à la fois de consulter les dernières informations concernant les produits mobiles Nvidia, les derniers jeux annoncés ou parus compatibles ou optimisés avec les puces Nvidia et surtout d’accéder à une liste complète de jeux optimisés pour les processeurs Tegra. Sympathique pour ceux qui désirent exploiter les performances de leur téléphone à fond, on regrette toutefois que parmi les nombreux filtres présents pour trier les jeux, aucun ne permettent d’afficher les jeux gratuits optimisés pour les Tegra…

tegrazone wiko wax

La deuxième petite modification concernant le Tegra 4i concerne l’arrivée d’un menu économie d’énergie. Ce menu permet de choisir entre trois options : Optimiser la performance, Équilibre et Économiser la batterie. Le premier active les 4 cœurs et ne limite ni la fréquence du processeur ni le nombre d’images par seconde d’une application. Le mode Équilibre reprend les même chose que le mode optimiser la performance mais limite le nombre d’images par seconde à 30. Enfin, le mode Économiser la batterie va désactiver deux cœurs du processeur, limiter leur fréquence à 1,8 GHz et le nombre d’images par seconde d’une application à 30. Nous reviendrons sur les performances de ces trois modes un peu plus bas.

tegra 4 coeurs wiko wax

L’immense point faible du Wax concerne indubitablement sa capacité de mémoire interne. Sur le papier, elle est de 4 Go, dans la réalité elle est de 2,5 Go. Ces 2,5 Go sont d’ailleurs séparés en deux : le stockage interne (2 Go) et le stockage téléphone (500 Mo). Le problème, c’est que les applications vont venir s’installer par défaut sur le stockage du téléphone… On est donc très vite limité en installation d’applications avec l’obligation d’installer une carte SD dans son téléphone. Et encore ! Toutes les applications ne permettent pas de s’installer sur une carte SD. A titre d’exemple, nous avons pu installer 9 applications au total avant que le téléphone nous avertisse qu’il n’y avait plus de place sur le téléphone. Un comble quand on sait que les performances du Wax permettent de faire tourner des jeux généralement assez gourmands en mémoire interne…

mémoire interne wiko wax

 

Performance : Un V8 dans une R5

Et justement, les performances du Wax sont remarquables. Du moins, quand on conserve le mode Optimiser les performances dans les paramètres. Les benchmarks parlent d’eux-même : 26803 sur AnTuTu,  9788 sur Quadrant, 995 sur le test T-Rex de GFX Bench. C’est excellent, pour ne pas dire complètement inédit sur un téléphone de cette gamme de prix. Le téléphone est d’une fluidité irréprochable dans les menus et s’avère parfaitement réactif quand il s’agit de sauter d’une application à l’autre. Pour utiliser personnellement beaucoup un client Twitter et donc naviguer de lien en lien avec un browser, aller sur Google Play et consulter des vidéos sur YouTube, je n’ai pratiquement jamais eu à patienter pour l’ouverture d’une application tierce. Un bonheur.

Et que se passe-t-il quand on décide de réduire la capacité des coeurs du Tegra 4i ? Et bien les performances sont pratiquement divisées par deux sous AnTuTu avec un score qui passe à 13908 quand on est en mode équilibré et à 11176 quand on passe en mode économie d’énergie. Et il faut bien admettre que quand on ne reste pas en mode Optimiser la Performance, les applications basiques ont tendance à ramer un peu plus. Mon client Twitter par exemple avait du mal à remonter ma TimeLine sans ramer et les sites se chargeaient un peu moins vite. Sur les jeux en revanche, la différence se voit immédiatement tant ils rament. De fait, on ne peut que vous conseiller d’utiliser le téléphone en mode Optimiser les performances au quotidien et de ne passer en mode Economiser la Batterie en cas de coup de dur.

anTuTu wiko wax trois modes

Le résultat du Benchmark de AnTuTu sur le Wiko Wax. À gauche avec l’option Optimiser la performance, au milieu avec Équilibre et à droite en mode Économiser la batterie.

Cette rapidité d’exécution n’est pas due au hasard, c’est bien la puce de Nvidia, le Tegra 4i qui permet au Wax d’avoir d’aussi bonnes performances. Le Wax est en effet le premier téléphone au monde à disposer d’une telle puce. Ce choix n’est pas anodin de la part de Wiko/Tinno. Le constructeur se fournissait auparavant chez le fondeur MediaTek pour les processeurs de ses téléphones. Las, le fondeur taïwanais n’a toujours pas mis sur de SoC 4G digne de ce nom sur le marché, forçant Tinno a se fournir ailleurs. Et c’est NVidia qui a visiblement réussi a attirer le fabriquant chinois. Ce n’est d’ailleurs pas un mal aux vues des performances et du suivi que fournira Nvidia. Comprenez par là qu’il y a de bonnes chances de voir arriver Android KitKat sur le Wax avant la fin de l’année (Nvidia nous as parlé de « moins de deux mois »).

quadrant wiko wax 2 modes tegra 4

Benchmark avec Quadrant. À gauche le résultat avec le mode Optimiser la Performance, à droite avec le mode Économiser la batterie.

Le Tegra 4i est un processeur doté de 4+1 cœurs. Les quatre cœurs principaux servent schématiquement à faire tourner des jeux correctement, à encoder de la vidéo et à assurer une bonne fluidité générale des applications. Le cinquième cœur, ou cœur compagnon est un cœur dédié à la gestion des tâches les moins énergivores : gestion de la veille, des notifications, de pistes audio, etc.

 

Une autonomie correcte

L’autonomie du Wiko Wax est honnête, sans plus. Le téléphone dispose d’une batterie de 2000 mAh et d’un processeur capable d’un peu mieux gérer son autonomie grâce au coeur compagnon du Tegra 4i. Dans les faits, et systématiquement en mode Optimiser les Performances, le Wax est capable de tenir plus d’une journée en utilisation normale avec la luminosité réglée sur automatique. C’est honorable.

Nous avons également chargé le Wax a fond et lancé durant une heure une vidéo Youtube avec le son et la luminosité à fond. En une heure de cette utilisation le téléphone a perdu 19 % de sa batterie. On est encore loin des performances des meilleurs téléphones sortis cette année mais c’est acceptable. On rappellera au passage que si la batterie s’essouffle trop vite avec le temps, cette dernière est amovible et peut-être facilement remplacée. Un indéniable bon point.

 

Multimédia : Ni une bonne ni une mauvaise surprise

Le Wax dispose d’un capteur photo dorsal de 8 mégapixels et d’un capteur photo frontal de 5 megapixels. Comme on pouvait s’y attendre, le Wiko Wax est loin d’être un photophone. Pour autant, les quelques photos que nous avons prises ne nous ont pas pour autant déplu. Disons que l’on a là un appareil photo très moyen mais pas honteux non plus. Les couleurs sont relativement fidèles, l’autofocus est plutôt réactif et permet de prendre des photos assez rapidement en mode automatique.

photo wiko wax auto

 Une photo prise dans la rue en mode Automatique

photo wiko wax hdr 4

La même avec le mode HDR activé

Wiko ne s’est pas cassé la tête sur les options de l’appareil photo, ce sont exactement les mêmes que celles de la version de base d’Android. On apprécie toutefois le mode HDR, vraiment performant dans des conditions de basse luminosité qui m’a permis par exemple de prendre des photos correctes sous la pluie avec une luminosité vraiment affreuse. La contrepartie, c’est que la mise au point en activant le HDR est assez longue – parfois plus de 10 secondes. Cela est du au fait que le Tegra 4i en mode HDR ne prend pas 2 images pour ajuster la luminosité mais 5 afin de mieux faire le point.

photo wiko wax temps nuageux

Ici, la balance des blancs a été sélectionnée sur « Nuageux ». Le résultat est… jaune.

photo wiko wax hdr

La même photo en utilisant le HDR. C’est beaucoup plus fidèle.

Enfin on vous déconseillera purement et simplement d’appliquer les balances des blancs programmées par défaut dans l’appareil. Pour avoir essayer l’option « Temps nuageux » un jour de pluie, j’ai eu droit à des photos sépias que ne renierait pas le plus hipster des amateurs d’Instagram.

Sur la vidéo, enfin, notez que l’on peut prendre des vidéos en 720p ou 1080p et qu’une fonction timelapse est disponible. À quoi bon quand on dispose de si peu de place sur l’appareil, finalement ?

interface photo wiko wax

interface video wiko wax

 

Téléphonie et GPS

Pas de souci particulier à noter sur l’aspect téléphonie du Wiko Wax. La qualité des appels téléphoniques est bonne et nous n’avons eu aucun problème pour accrocher le réseau de Orange. On rappelera également que le Wiko Wax est compatible 4G (LTE de catégorie 3, jusqu’à 100 Mbps) et qu’il est compatible avec toutes les fréquences de tous les opérateurs français, y compris Free. On le redit également, pour la première fois dans une téléphone Wiko, il n’y a qu’un seul port SIM. Le prix à payer pour la marque marseillaise pour se retrouver sur les étals de ventes des opérateurs téléphoniques.

Même constat pour ce qui est du GPS. Le Wax n’a mis que 17 secondes la première fois à accrocher un signal GPS et deux secondes au second essai, le tout effectué au coeur de Paris. C’est un très bon score !

gps wax

Test Wiko Wax Le verdict

design
7
Il est d’une banalité sans nom mais n’a aussi aucun réel point faible. Si l’on excepte l’écran qui accroche beaucoup trop les traces de doigt, les finitions semblent solides, la coque est agréable au toucher et son poids de 120 grammes le rend très agréable à prendre en main.
écran
6
Il n’est pas vraiment mauvais mais tout juste moyen : les couleurs sont médiocres et les angles de vue sont exécrables. Mais lorsqu’on le met en face des yeux son affichage reste convenable.
logiciel
8
L’interface est épurée et ne possède que deux applications pré-installéees : la Lampe Torche et la TegraZone. On a vu pire. Alors certes le Wax tourne sous Android 4.3 mais il devrait rapidement passer sur Android KitKat.
performances
9
Son plus gros point fort. De fait, pourvu qu’on active le mode Optimiser les performances, on tient ici le meilleur rapport puissance-prix de cette année. Le Wax est d’une fluidité à toute épreuve pour un usage quotidien et assure une très bonne fluidité sur des jeux généralement réservés aux téléphones haut-de-gamme.
autonomie
7
Elle est tout simplement bonne pour un smartphone de cette catégorie. Le Wiko Wax est capable de tenir une petite journée sans broncher si l’on abuse ni des vidéos ni des jeux. Merci le Tegra 4i et son cinquième cœur destiné à réduire la consommation d’énergie du téléphone !
caméra
6
Un appareil photo moyen : la qualité est relativement terne et les couleurs, bien que fidèles, sont un peu délavées. L’ensemble est toutefois sauvé par un mode HDR qui permet de réaliser des clichés convenable à haute et basse luminosité.
Note finale du test 8/10
Le Wiko Wax est-il le téléphone au meilleur rapport qualité-prix du moment ? Nous serions très tentés répondre par l’affirmative si vous êtes capables de supporter ses deux plus gros points faibles : sa trop faible capacité mémoire et son écran vraiment moyen. Car avec seulement 2,5 Go pour installer et gérer ses applications, Wiko s’est un peu moqué de l’utilisateur. De fait, si vous désirez profiter pleinement du Wax, rajoutez d’office 15 ou 20 euros pour prendre une carte micro-SD, tout simplement obligatoire. L’écran, sans être vraiment honteux, est juste médiocre avec des angles de visions qui modifient radicalement les couleurs.

Ces deux grosses tares - issues des choix de Wiko - peuvent toutefois être pardonnée si l’on tient compte due reste des composants du téléphone. De fait, avec le Wax on tient là certainement le meilleur rapport puissance-prix du moment. On pouvait en douter avant de l’avoir entre les mains, mais le Tegra 4i, que l’on connaissait finalement peu et qui propulse le Wax, tient largement ses promesses. La fluidité est au rendez-vous pour un usage classique. On ne peut pas demander beaucoup mieux pour un téléphone vendu moins de 200 euros et compatible 4G.

Reste la question : doit-on préférer le Wax ou aller vers un Archos 50 Helium ? Sans trop d’hésitation, nous conseillerions le Wax. Non seulement son passage à Android KitKat est quasiment certain, mais en plus son autonomie, son design et ses performances le placent au-dessus de son concurrent français.
  • Points positifs
    • Rapport qualité/prix excellent !
    • Un bon téléphone 4G à moins de 200 €
    • Les performances au rendez-vous
    • Un produit bien fini
    • Partie logicielle épurée
  • Points négatifs
    • Un design tout ce qu'il y a de plus banal
    • Un écran médiocre
    • Seulement 2,5 Go d'espace pour l'installation des applications ?!