Introduction

Wiko n’a pas sorti un mais deux smartphones de milieu de gamme au mois de mars. Le Ridge 4G était en effet accompagné d’un Ridge Fab 4G. Un téléphone similaire au Ridge 4G, à ceci près qu’il embarque un écran de 5,5 pouces au lieu de 5. Et comme nous allons le voir dans son test, cela ne change pas grand-chose. Les deux téléphones sont identiques sur presque tous les points.

ridge-8

 

Fiche technique

ModèleRidge Fab 4GWiko Ridge 4G
Système d'exploitationAndroid KitKat 4.4.4Android KitKat 4.4.4
Interface constructeurWiko UIWiko UI
Taille d'écran5,5 pouces5 pouces
Technologie d'écranIPS et One Glass SolutionIPS et One Glass Solution
Définition1280 × 720 pixels1280 × 720 pixels
Résolution269 ppp293 PPP
Traitement anti-rayuresGorilla Glass 3Gorilla Glass 3
SoCSnapdragon 410 MSM8916Qualcomm Snapdragon 410 MSM8916
Nombre de coeurs4 Cortex-A53 @ 1,2 GHz 4 Cortex-A53 @ 1,2 GHz
Puce graphique (GPU)Adreno 306Adreno 306
Mémoire vive (RAM)2 Go LPDDR32 Go LPDDR3
Mémoire interne (ROM)16 Go16 Go
Micro-SDOui (jusqu'à 64 Go)Oui (jusqu'à 64 Go)
Appareil photo (dorsal)13 mégapixels13 mégapixels
Appareil photo (frontal)5 mégapixels5 mégapixels
Wi-FiWi-Fi 802.11 b/g/nWi-Fi 802.11 b/g/n
Bluetooth4.04.0
NFCNonNon
Port infrarougeNonNon
4G catégorieFDD-LTE Catégorie 4 (150 / 50 Mbps)FDD-LTE Catégorie 4 (150 / 50 Mbps)
4G bandes800 / 1800 / 2100 / 2600 MHz800 / 1800 / 2100 / 2600 MHz
SIM2 × Micro-SIM (une 4G/3G, l'autre 2G uniquement)1 Micro-SIM 4G/3G/2G
1 Nano-SIM 2G
LocalisationGPS + A-GPSGPS + A-GPS
USBmicro-USB 2.0micro-USB 2.0
Batterie2820 mAh (amovible)2400 mAh (non amovible)
Dimensions156 × 78,2 × 8,6 mm143 × 72 × 7,5 mm
Poids154 grammes (avec la batterie)125 grammes
CouleursNoir Gris, Noir Bleen, Noir Clémentine, Arctic OrBlanc, noir, bleen
DASTête : 0,238 W/kg
Corps : 0,707 W/kg
Tête : 0,291 W/kg
Corps : 0,575 W/kg
Prix conseillé249 euros environ229 euros environ

Dans le tableau ci-dessus, nous avons mis côte à côte les fiches techniques du Wiko Ridge Fab 4G et du Ridge 4G. Comme on peut le constater, les différences sont minimes. Wiko a en effet simplement modifié la taille de l’écran (qui passe de 5 à 5,5 pouces) et donc la taille et le poids, la capacité de la batterie, qui passe à 2820 mAh et qui est désormais amovible ainsi que le prix, qui augmente d’une vingtaine d’euros. Une fiche technique qui ne trompe pas : le Ridge Fab 4G n’est rien de moins (ni de plus) qu’un Ridge 4G en version de 5,5 pouces.

En savoir plus : Test du Wiko Ridge 4G : un milieu de gamme convaincant

 

Le Wiko Ridge Fab 4G en quelques mots

Du point de vue du design, les différences entre les deux smartphones sont minimes. Certes, le Ridge Fab 4G est beaucoup plus grand (et un peu plus épais) que le Ridge 4G. Il faut dire que l’écran de 5,5 pouces prend bien plus de place. Le Ridge Fab 4G est une véritable phablette et il est presque impossible de l’utiliser avec une seule main. À titre de comparaison, il présente les mêmes dimensions qu’un OnePlus One, dont l’écran fait également 5,5 pouces. Sa prise en main n’est pas mauvaise, mais elle n’est évidemment pas aussi ergonomique que sa déclinaison de 5 pouces. En d’autres termes, Wiko a succombé à la mode des grands smartphones de plus de 5 pouces afin de répondre à une demande du marché. Rien de bien surprenant.

ridge-2
ridge-5
ridge-6

A gauche le Ridge Fab 4G, à droite le Ridge 4G

Pour le reste, Wiko a pratiquement tout conservé du Ridge 4G (ou est-ce l’inverse ?). On retrouve donc un bord supérieur et inférieur légèrement arrondi, une coque feutrée grise au toucher toujours aussi agréable, des tranches en métal et des boutons physiques situés sur le côté droit. Seul petit point de différenciation notable, sur notre exemplaire de test, les boutons physiques nous ont semblé un peu plus lâches, moins fermes que sur le Ridge 4G. Le bouton de mise en veille particulièrement est mou et ne donne pas vraiment une sensation de solidité. Enfin, dans les petits détails qui changent, notons que le haut-parleur en façade dispose sur ce modèle d’une grille, que le microphone a été déplacé en bas de l’écran et que le port USB, en bas de l’appareil, déborde légèrement sur la coque.

ridge-10

 

ridge-9

Concernant l’écran, Wiko a semble-t-il opté pour une dalle plus ou moins similaire à celle du Ridge 4G. Il s’agit donc d’un écran de 5,5 pouces sur une dalle IPS (toujours protégé par du verre Gorilla Glass 3) et d’une définition inchangée de 1280 × 720, soit une résolution de 269 ppp. Une résolution en baisse par rapport à son petit frère mais qui ne change pas grand-chose dans la réalité. Même en collant le nez sur l’écran, il faut posséder une vision d’aigle pour apercevoir les pixels. Cet écran est toutefois légèrement moins lumineux que celle du Ridge 4G (450 cd/m² contre 554 cd/m²), ce qui est encore largement suffisant, même pour une utilisation en extérieur. En revanche, cet écran dispose des mêmes problèmes que le Ridge 4G. Si ses angles de visions sont très bons, en le regardant sous l’angle des diagonales, les couleurs virent au jaune ou au bleu.

ridge-12

On ne revient pas sur l’aspect logiciel du Ridge Fab 4G. C’est très simple, c’est exactement la même version d’Android (KitKat en version 4.4.4) et la même surcouche (Wiko UI) que sur le Ridge 4G, que nous avons testé en détail dans cet article. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il s’agit d’une interface peu envahissante et colorée dont la principale particularité est de ne plus avoir de tiroir d’applications. Les applications installées (peu nombreuses mais parfois pénibles, comme Clean Master ou le clavier intégré TouchPal X) sont également identiques à celles du Ridge 4G.

wiko ridge fab 4g wiko ui

Même constat pour le processeur, là encore identique au Ridge 4G. C’est un SoC d’entrée de gamme, un Snapdragon 410, dont les performances sont similaires à son petit frère du fait de la définition d’écran. C’est bien et suffisant pour des applications du quotidien mais ne comptez pas dessus pour lancer des applications gourmandes ou en 3D. Ce processeur a toutefois le mérite de permettre au téléphone de capter la 4G, de catégorie 4, et de supporter deux SIM. C’est d’ailleurs là l’une des petites différences du Ridge Fab 4G avec le Ridge 4G : il dispose de deux vrais ports micro-SIM et d’un port carte SD à part.

ridge-11

 

Autonomie

Finalement, l’un des changements majeur de ce Ridge Fab 4G provient de sa batterie, plus importante que sur le Ridge 4G. Cette dernière fait exactement 2820 mAh et peut se retirer. Nous avons effectué nos traditionnels tests d’autonomie et la phablette de Wiko s’avère tout aussi bon que son petit frère. Sur notre premier test, consistant à regarder une heure de vidéo sur YouTube avec le son au maximum légal (85 dB) et une luminosité de 200 cd/m², le téléphone a perdu 10 % d’autonomie. Ce qui est très bon. À titre de comparaison, le Galaxy S6 avait perdu plus de 15 %. Sur notre second test, qui utilise le benchmark de PC Mark, ce dernier affiche une estimation d’autonomie de 8 h 05. C’est une heure de plus que le Ridge 4G. Sur le papier, le Wiko Ridge Fab 4G a une autonomie tout simplement excellente. Une théorie que l’on aura du mal à confirmer dans les faits. Certes, durant notre semaine de test, le téléphone a parfaitement tenu plus d’une journée et demie sans avoir besoin d’être rechargé. Mais il ne tenait pas au-delà et, si c’est tout de même excellent compte tenu de l’autonomie moyenne des smartphones d’aujourd’hui, il n’est pas complètement au-dessus de la concurrence.

Screenshot_2015-04-10-14-00-56

Test Wiko Ridge Fab 4G Le verdict

design
8
On avait beaucoup aimé le design du Ridge 4G, il est donc logique que l’on aime encore beaucoup celle du Ridge Fab 4G. À quelques micro-détails près, c’est le même design. Évidemment, il faut aimer les très grands téléphones que l’on utilise uniquement avec les deux mains.
performances
6
Le Snapdragon 410 est un processeur d’entrée de gamme. Le retrouver sur un smartphone qui se veut de milieu de gamme est toujours un peu décevant.
logiciel
7
En dépit de quelques applications préinstallées un peu pénibles, la Wiko UI se révèle agréable à l’utilisation. D’autant plus qu’elle contient encore beaucoup d’éléments de l’interface d’Android Stock. On aurait toutefois aimé profiter de Lollipop sur ce genre de smartphone.
écran
6
L’écran du Ridge Fab 4G a les mêmes qualités et défauts que celui du Ridge 4G. La luminosité, les angles de visions et les couleurs sont très bons, mais il ne faut pas regarder dans les coins sous peine de voir les couleurs de l’écran virer au jaune ou au bleu.
autonomie
8
L’autonomie est très bonne avec une plus d’une journée et demie d’utilisation sans avoir besoin d’être rechargé. On est bien au-dessus de la moyenne des autres smartphones.
caméra
7
L’appareil photo dorsal est plus qu’honnête avec des clichés de qualité quoiqu’un peu sombres. On aurait aimé avoir un peu plus d’options de prises de vue.
Note finale du test 7/10
On prend les mêmes et on recommence… En plus grand. Le Wiko Ridge Fab 4G ne ment pas sur la marchandise, il s’agit ni plus ni moins que d’un Ridge 4G en version de 5,5 pouces. C’est donc une déclinaison fidèle jusque dans les mauvais points. On aime toujours autant ce design mêlant plastique et acier et sa coque feutrée. Mais on regrette que cet écran perfectible qui aurait indéniablement gagné à être en Full HD. Dommage également que Wiko y ait intégré un processeur d’entrée de gamme.

Il n’en reste pas moins que le marché des smartphones de 5,5 pouces à moins de 250 euros n’est pas très disputé. Le Ridge Fab 4G concourt dans la même catégorie que le Zenfone 2 (en version ZE 550ML, avec un écran HD), avec des performances bien supérieures au smartphone de Wiko, au Honor 4X ou encore très médiocre Samsung Galaxy Grand 2. Des smartphones généralement plus puissants mais au design un peu moins réussi que celui de Wiko. Dans sa catégorie, le Ridge Fab est donc tout à fait recommandable, même si on vous conseillera d’attendre une première baisse de prix.
  • Points positifs
    • Design réussi
    • La Wiko UI, convaincante
    • Appareil photo probant
  • Points négatifs
    • Des diagonales d'écrans perfectibles
    • Performances décevantes
    • Pas (encore ?) de Lollipop