Motorola a trouvé son créneau et monte en puissance. Après le Backflip (voir son test) et son concept totalement nouveau, Motorola a eu l’idée de construire un androphone qui a la taille d’un miroir de poche. Un coup d’œil suffit pour remarquer que le Motorola FlipOut a été conçu pour un public jeune, prêt à se glisser dans les petites poches ou dans un sac (à main).

Sous Android 2.1 et avec des bonnes caractéristiques, cet androphone est tout excepté de l’entrée de gamme. Bien sûr, avec ce design unique on se demande bien comment le prendre en main, je vais tout vous expliquer dans le test du Motorola Flipout.

Le test du Motorola Flipout à la suite… Bonne lecture !

Aspect extérieur et prise en main

Les premières choses que l’on peut noter sur ce mobile est bien sûr sa forme et sa taille : il est carré et minuscule. Difficile d’imaginer que ce smartphone peut contenir les mêmes composants que ses homologues. Motorola a sûrement réussi le pari de la différenciation sur ce coup car le design de Flipout est unique en son genre.

De toute évidence, il s’agit d’un form-factor inhabituel, j’ai eu besoin de quelques minutes pour bien comprendre comment l’utiliser. Rien de plus facile, les dimensions ne sont pas énormes.

En effet, il est très compact, peut-être même un peu trop, le Motorola Flipout tient très bien dans la main qu’il soit ouvert ou fermé. Il suffit de regarder ses dimensions, 67 x 67 x 17 mm, pour comprendre que Motorola a vraiment su miniaturiser intelligemment ce smartphone.

Le téléphone s’ouvre grâce à un système de coulisse dans un coin, j’espère que Motorola a suffisamment consolidé ce mécanisme d’ouverture pour qu’il supporte une utilisation intensive. Après quelques jours d’utilisation, je dois dire que je suis assez confiant dans la solidité du mécanisme, surtout que Motorola nous a déjà rassuré avec les smartphones coulissants (le Dext et le Milestone) ou encore le Backflip. Il est à noter que le poids du mobile par rapport à sa taille aide à cette impression de solidité.

Ce système de rotation laisse place à un clavier AZERTY complet sur cinq lignes de touches. Il intègre, en bas à droite, des touches directionnelles. Ces touches vont pouvoir satisfaire les joueurs qui étaient triste d’avoir abandonné leur Game Boy Advance. La ressemblance est là ! En tout cas, ce clavier complet est excellent, entre autre car les boutons sont arrondies et ergonomiques.

Grâce à l’écran multi-touch capacitif combiné à trois touches tactiles situées sous l’écran (les touches classiques : accueil, menu, retour en arrière qui peuvent clignoter avec un affichage LED pour les notifications) et à l’accéléromètre (on peut prendre le téléphone dans le sens que l’on souhaite), on a nullement besoin d’ouvrir le mobile pour utiliser complètement le mobile. Néanmoins, le clavier est bien plus pratique pour taper vos messages.

L’écran est la seule partie sacrifiée, à la fois en termes de taille et de résolution. Sa taille est de 2,8 pouces et sa résolution de 320 par 240 pixels avec 260 000 couleurs. Comme on pouvait s’y attendre, l’écran du Motorola Flipout n’est pas bon, au dela sa résolution assez handicapante dans la plupart des applications, la densité de pixels est trop minime pour afficher correctement les textes, on peut donc voir les pixels à l’oeil nu. Ce qui devient assez gênant pour les petits textes qui pixelisent « à fond ». Côté positif, cet écran est incroyablement réactif, rien à envier aux autres androphones.

Je n’avais pas le packaging commercial, mais j’ai trouvé une photo prise par un membre du forum FrAndroid. Comme vous pouvez le voir, la coque arrière peut être personnalisée et vous avez cinq coques dans la boite d’origine. L’équipe produit nous a cependant indiquer que 2 coques devraient être disponibles dans la boite, accompagnées de 3 coques dans un pack externe. Ce pack devrait être offert ou remboursé dans son intégralité. Une très bonne initiative, je pense que la coque rose va beaucoup plaire aux filles. Selon ce membre, Motorola a vraiment fait un effort sur les accessoires fournis, c’est complet !

J’ai réalisé une petite vidéo (sans prétention) pour vous montrer le mécanisme d’ouverture.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Pour se rendre compte de sa taille, je l’ai photographié à côté d’un Samsung Galaxy S et d’un HTC Desire.

Intégration d’Android

Le Motorola Flipout tourne sous Android 2.1 avec l’interface MotoBlur spécifique à certains modèles de Motorola. Le Motorola Flipout est sans doute le dernier modèle de la marque à être commercialisé avec cette interface, Motorola ayant annoncé arrêter le développement de Motoblur.

Pourtant, Motoblur sur ce Flipout s’en sort bien et apporte des services intéressants pour Android. En particulier, pour les réseaux sociaux où Motoblur va vous aider à tout gérer et à retrouver en deux clics vos comptes Gmail, Facebook ou encore Twitter si vous les avez synchronisés avec Motoblur.

On retrouve tous les widgets de Motorola pour avoir tout votre « réseau » à porté de doigts, et cela sur 5 bureaux complètement personnalisables. Sur cette dernière version de MotoBlur, La nouveauté mise en avant est la possibilité de redimensionner les widgets après installation sur la home. Pour cela, appui long sur le widget comme pour le déplacer. Des indicateurs des limites du widget apparaissent, il ne reste plus qu’à les déplacer pour redimensionner le widget. C’est une fonctionnalité qui commence à apparaitre sur des homes alternatives.

Le processeur TI OMAP3410 cadencé à 700 MHz s’en sort très bien, j’ai par exemple décodé un XviD de 720p grâce à l’application RockPlayer. Une fois avoir fermé toutes les applications, j’obtiens 350 Mo de RAM de libre sur les 512 Mo de RAM qu’embarque le Flipout.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Bref, ce Flipout sous Android 2.1 se comporte vraiment très bien avec Android 2.1, il est fluide comme il faut. L’interface Motoblur n’est pas embarrassante et rend quelques services bien agréables grâce à une intégration des réseaux sociaux bien plus complète qu’un simple Android. Néanmoins, petit bémol par rapport à la résolution de l’écran. Beaucoup d’applications s’affichent dans un seul sens et certaines ne fonctionnent pas. Motorola aurait du jouer le jeu en utilisant un écran complètement carré comme la form-factor du téléphone et une résolution supportée plus élevée pour éviter ces problèmes.

Quelques applications nécessite d’utiliser le Flipout dans ce sens

Benchmarking

Premier test, avec l’application Quadrant, j’ai obtenu le score de 500 avec Android 2.1. Un bon score qui est difficile de comparer aux androphones sous Android 2.2 . Néanmoins, le processeur TI OMAP3410 cadencé à 700 MHz est comparable au Qualcomm Snapdragon cadencé à 1 Ghz.

Avec Neocore, pour tester les performances graphiques, j’ai obtenu un total de 31,5 fps. Un bon score, dommage que les gros jeux 3D comme Asphalt 5 ne tourne bien à cause de la « trop petite » résolution du Flipout. En tout cas, un point positif pour les personnes qui souhaiteraient transformer ce Flipout en Game Boy Advance.

Appareil photo

La caméra de 3,1 mégapixels est située sur la coque arrière, pas de flash, pas d’autofocus, mais elle est bien aidée par les applications incluses co-développées avec Kodak.

Cliquez sur l’image au dessus pour voir les photos de test sur mon compte Picasa

Je dois vous l’avouer tout de suite, cette caméra est bien trop juste et en gros décalage avec les caractéristiques de cet androphone. Les résultats sont très moyens en photo et en vidéo. Enfin, peu de raté pour les photos bien que la qualité ne soit franchement pas au rendez-vous.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Test de la caméra du Flipout

GPS

Le Motorola Flipout est équipé d’un A-GPS. J’ai fait quelques tests avec GPS Test, il a fixé ma position en moins de 30 secondes, un bon résultat. J’ai ensuite testé le GPS sur un chemin pré-établi de 4 kilomètres, pas de décrochages durant ce parcours.

Qualité des appels

Motorola a de l’expérience dans la téléphonie, j’ai testé le Flipout dans de nombreux environnements. Au final, je n’ai pas à noter de problèmes de réception, la qualité des appels est bonne même avec le haut parleur qui s’en sort très bien. Même dans le creux de la main, je n’ai pas noté de perte de réseau.

Autonomie

Avec une batterie de 1150 mAh, Motorola n’a pas voulu augmenter l’épaisseur du Flipout. Le Flipout tient une très bonne journée et est tout à fait dans les normes des smartphones. Je n’ai pas noté de grosse perte non-expliquée d’autonomie même lorsque je faisais tourner des vidéos ou des jeux.

Conclusion : Motorola² ?

Le Motorola Flipout a été conçu en vue de renouveler la forme typique des smartphones. Grâce à un smartphone compact et carré qui s’inscrit parfaitement dans la paume d’une main, dans un sac à main ou une petite poche, tout en vous permettant de rester en contact avec vos amis « sur le pouce » grâce aux fonctionnalités de réseaux sociaux de l’interface Motoblur.

Esthétiquement, le FlipOut est unique: carré, mécanisme d’ouverture rotatif… Après un passé glorieux, si vous n’avez pas encore compris, Motorola est de retour avec un avenir prometteur.

A l’intérieur, mis à part un APN trop en retrait, j’ai trouvé que le Flipout était fluide et que l’interface Motoblur était intelligemment intégré. Android 2.1 tourne très bien, le processeur TI OMAP3410 cadencé à 700 MHz et les 512 Mo de RAM sont des choix très astucieux de le part de Motorola.

Bref, pour 299 euros sans engagement opérateur, ce Motorola Flipout est à conseiller. Personnellement, je ne vois pas quel autre smartphone pourrait être conseillé en lieu et place de ce Flipout, aucun téléphone ne lui ressemble. Néanmoins, dans cet ordre de prix, regardez pour comparaison du côté du Sony Ericsson X10 Mini et Mini Pro, ou encore le HTC Wildfire bien qu’il soit un peu plus gros.

Les + :

  • Design unique et très pratique
  • Coques personnalisables
  • Clavier complet AZERTY
  • Performance et fluidité
  • Android 2.1 avec interface Motoblur
  • Autonomie

Les – :

  • Caméra décevante
  • Résolution d’écran trop petite (quelques applications ne fonctionnent pas correctement)