Hier, découvrions un mobile fabriqué par une firme qui était elle aussi à connaître. Le mobile, c’est l’Alpha 8. La firme, c’est Infinix.

DSC_0759

Mais qui es-tu, Infinix ?

Fondée en 2009, il s’agit d’une société chinoise qui produit des terminaux bon marché. Rien ne sert de chercher, aucun haut de gamme n’est sorti des usines de la firme, seulement des smartphones à bas coût qui viennent petit à petit garnir les rayons de moyennes et grandes surfaces. Arrivée en France il y a moins d’un an, Infinix a déjà mis un pied dans l’open market hexagonal avec quelques partenariats intéressants (Auchan, Cdiscount, TelAndCom…) grâce notamment à son distributeur : Extenso.

Grâce à plusieurs modèles plus ou moins low-cost (Alpha Marvel, Surf Smart, Race Bolt…) lancés sur le marché français en peu de temps, Infinix y revendique déjà 5 % de part de marché. Un chiffre étonnant pour une firme qui reste presque inconnue dans l’hexagone. On savait déjà qu’Infinix se lançait en France pour y concurrencer ZTE et Huawei, pour ne citer qu’eux, mais on se rend aussi compte que la réussite de Wiko les a inspirés. « 20% de part de marché c’est incroyable« , s’enthousiasme l’équipe d’Infinix. Mais ces 5 % sont bien sûr à relativiser, puisqu’ils se rapportent à la proportion (on parle de 30 à 40 % du marché) des smartphones écoulés sur l’open market.

 

Mais qui es-tu, Alpha 8 ?

On attendait alors impatiemment de voir ce que vaut ce Alpha 8, un mobile de 5,5 pouces équipé d’un octo-coeur de chez Mediatek. Cette présentation n’a rien d’anodin et ce terminal est vraisemblablement le début d’une série de smartphones qui vont évoluer rapidement. L’arrivée de la 4G sur les terminaux ne devrait pas non plus prendre trop de temps.

Concrètement, notre appareil possède une fiche technique plutôt honorable. On y trouve donc un écran HD de 5,5 pouces, dont on comprend que la taille a été pensée pour une utilisation gamer. Le processeur est de MediaTek et il s’agit d’un octo-coeur cadencé à 1,7 GHz, choix étonnant pour un mobile à « bas prix ». Le CPU est épaulé par 2 Go de mémoire RAM. Le stockage interne est de 16 Go. Sur le papier, les capteurs sont intéressants avec du 13 millions de pixels à l’arrière et du 5 millions à l’avant. Quant à la batterie, ce sera du 2430 mAh. Malheureusement, il n’embarque pas la 4G.

ModèleInfinix Alpha 8 (X550)
Version Android4.2 Jelly Bean
Ecran5,5 pouces
TechnologieIPS - Gorilla Glass 2
Définition720 x 1280 pixels
ProcesseurMediatek
Nombre de coeurs8
Vitesse1,7 Ghz
Mémoire RAM2 Go
Mémoire ROM16 Go (+ microSD)
Capteur arrière13 megapixels
Capteur avant5 megapixels
Batterie2430 mAh
Epaisseur8,4 millimètres
Poids150 grammes
Réseau3G
Prix199 euros

 

Vers l’infinix, et au-delà

Design

Parlons design. Une fois sous notre nez, on s’aperçoit que notre Alpha 8 n’a rien de particulier, du moins de face, et est construit de façon tout à fait classique. Ni moche, ni beau. Il possède trois boutons physiques en bas, et le logo est en haut sous le haut parleur.

DSC_0759

Le dos du terminal est en plastique brillant, et coloré d’une espèce de damier jouant sur les teintes de gris. Notre premier réflexe a été de dire : « Ah, il a des airs de Galaxy S5 » avec un petit air de Nexus S. Et ceci en raison aussi de la construction du Alpha 8 avec son capteur central et du flash en dessous. L’appareil est également entouré d’une bande en plastique argenté, contrastant avec le reste. Les finitions semblent assez correctes.

DSC_0760

Le bouton de démarrage est situé à droite du mobile, à portée de pouce. Les boutons de volume sont de l’autre côté.

DSC_0763

On nous a expliqué que le capteur possédait un angle de 88 degrés, et de la technologie BSI (tout comme le capteur avant) permettant de prendre de meilleurs clichés en contexte sombre puisque le capteur attrape ainsi plus de lumière.

DSC_0766

La coque arrière est amovible facilement (le remontage l’est un peu moins) et on s’aperçoit qu’il est équipé d’un slot micro-SD et d’un deuxième slot SIM. C’est un bon point.

DSC_0771

La batterie est elle aussi amovible, et est assez imposante mais fine.

DSC_0769

L’accent a été mis sur la courbe du téléphone lors de sa présentation, proposant ainsi de meilleurs angles de vision. En réalité, on ne remarque pas vraiment de courbe, c’est plutôt la finition de l’appareil au niveau des tranches qui donne ce sentiment mais cela n’influe pas sur l’écran au premier abord.

DSC_0772

Les 152 grammes affichés ne nous choquent pas (en même temps, ce n’est pas si énorme) et ce poids est bien réparti. Il est en plus de cela plutôt fin.

Bref, sans casser trois pattes à un canard, l’Infinix Alpha 8 est un téléphone au design tout à fait correct, doté aussi a priori d’un bel écran. L’affichage HD est un plus pour ce type de milieu de gamme, surtout si l’expérience de gaming est privilégiée. La dalle tactile nous a semblé précise et réactive.

Logiciel

On nous expliquait lors de la présentation que ce terminal serait proche « Android Stock ». On a certainement voulu dire que ce serait un logiciel simple, et proche de ce Google propose. Bien que ce ne soit pas une version définitive, on se rend compte que l’interface est loin d’Android Stock, avec ses bons et ses mauvais côtés. Pour ceux qui apprécient les interfaces chinoises, celle-ci ressemble beaucoup à ce qui se fait en Chine, et notamment chez Meizu. Nous sommes une fois de plus dans la mouvance jeune, cible que vise ce smartphone. C’est coloré et mignon, peut-on dire.

Capture d’écran 2014-04-30 à 16.39.54

On est par contre désorienté lorsqu’on cherche les paramètres en tirant la barre du dessus puisqu’ils n’y sont pas (screenshot ci-dessous, au milieu). Les réglages sont en fait une icônes à sélectionner (là aussi bien diffèrentes d’Android Stock). Sinon, les fonctionnalités de base sont là : Gmail, Google map, galerie photo, etc. Là encore, les ajouts sont ciblés : Whatsapp et Viber sont de la partie.

Capture d’écran 2014-04-30 à 16.42.49

En farfouillant, nous sommes tombés sur un centre de mise à jour (à gauche), et le directeur de la firme nous a même affirmé que KitKat arrivera prochainement sur ce terminal. C’est une très bonne nouvelle. On trouve même des ajouts tels que Clear Motion qui permet de faire des photographies plus rapidement pour pouvoir les prendre presque en rafale. Nous n’avons pas eu l’occasion de la tester, mais le mobile est aussi équipé de gestures vus chez d’autres marques (Samsung par exemple) qui permet de lancer des actions sans toucher l’écran, juste en passant la main au-dessus.

En fait, l’Alpha 8 semble emprunter ce qui lui plaît chez les autres, afin de coller à sa cible client.

Photographie

Malgré la pluie bâtante sur la capitale, nous voulions tester la partie photographie puisqu’on nous propose un capteur de 13 mégapixels. C’est difficile de juger, et le test nous en dira beaucoup plus sur cet appareil photo. Sur nos essais, la qualité n’est pas au rendez-vous, et le mode HDR brûle le ciel. Il faisait moche à Paris, mais pas un temps de neige.

Infinix-Alpha-8-HDR-OffInfinix-alpha-8-HDR-On

En dehors de tout cela, et dans l’attente de tests poussés, la partie logicielle de cet appareil est intéressante. On y trouve de nombreux modes que nous n’avons malheureusement pas eu le temps de tester, mis à part le détecteur de sourire qui fonctionne très bien.

Capture d’écran 2014-04-30 à 17.04.35

En conclusion

A première vue, avec sa fiche technique, sa cible client, et son prix de 199 euros, le Alpha 8 pourrait venir concurrencer Wiko sur l’open market. Heureusement d’ailleurs qu’il n’est pas proposé plus cher puisque des constructeurs comme Archos proposent la 4G à ce tarif. Une version 4G pourrait d’ailleurs suivre plus tard dans l’année, et on ne doute pas qu’Infinix continuera sur sa lancée du milieu de gamme. En attendant de le tester pour vous, on pourra noter qu’avoir de l’octo-cœur, 2 Go de RAM, 16 de ROM, et la promesse de KitKat à moins de 200 euros, c’est plutôt honnête. Dommage que la 4G ne soit pas au rendez-vous.