Il y a près de deux mois, un smartphone avait su faire parler de lui pour une raison toute simple : il s’était octroyé le statut de smartphone le plus fin du monde, avec 5,1 mm d’épaisseur. Il est aujourd’hui rejoint par un deuxième appareil qui, d’extérieur, lui ressemble comme deux gouttes d’eau : le Kazam Tornado 348.

Kazam Tornado 348

Kazam, basé à Londres mais fabriquant ses appareils en Chine, n’est pas réputé pour ses terminaux haut de gamme. Son créneau, du moins en France, reste celui du low-cost, stratégie avec laquelle le Tornado 348 tranche largement. Ce smartphone, annoncé hier dans un événement tenu conjointement avec MediaTek, s’éloigne du style simple, voire parfois massif, de ses aînés, puisqu’il se targue tout bonnement d’être le plus fin du monde. Avec 5,15 mm, il est effectivement bluffant de minceur, mais aussi de légèreté : de fait, il pèse moins de 100 grammes (95,5 grammes précisément, mais à ce niveau, le moindre gramme compte). Une annonce franchement enthousiasmante, dans la mesure où la finition de l’appareil est convaincante notamment grâce à son châssis en métal. Nous l’avons d’ailleurs eu en main quelques instants, et il dégage une agréable impression de solidité, malgré son poids plume particulièrement impressionnant.

tornado-4

La fiche technique de ce Tornado 348 est très honorable. Elle inclut notamment un écran de 4,8 pouces Super AMOLED 720p, pour une résolution de 306 ppp, un processeur octo-cœur MediaTek MT6592 à 1,7 GHz avec un GPU Mali 450-MP4 et 1 Go de RAM. On retrouve 16 Go de stockage, mais malheureusement aucun port micro-SD pour étendre cette mémoire interne plutôt maigre. Côté photo, on retrouve un capteur de 8 mégapixels au dos et un deuxième de 5 mégapixels en façade. Le tout est animé par une batterie de 2050 mAh et tourne sous Android 4.4.2 KitKat. Avouons-le, 300 euros restent encore élevés au vu des compromis réalisés par Kazam, d’autant plus que – ô rage, ô désespoir – ce Tornado 348 fait l’impasse sur la 4G.

Kazam vs Gionee : dites adieu à la 4G

Gionee Elife S5.1

C’est certainement le point le plus frustrant de ce téléphone. Car le Tornado 348, ne nous leurrons pas, n’est pas une production maison de Kazam. On ne lui reprochera certainement pas d’avoir fait appel à un ODM (un fabricant chinois externe) pour concevoir son appareil. Mais si l’on est en droit d’être déçu, c’est parce que le détenteur du record actuel du smartphone le plus fin du monde, titre homologué par le Guinness des Records il y a quelques semaines, n’est autre que le Gionee Elife S5.1, semblable en tous points à notre tornade. Même format, même écran représentant 74 % de la surface avant du téléphone, mêmes appareils photo… Tout est semblable chez les deux smartphones, hormis leur processeur. Car chez le Gionee, pour là aussi environ 300 euros, on retrouve un SoC Snapdragon 400 à 1,2 GHz compatible avec la 4G de catégorie 4 (150 Mb/s). De quoi justifier le prix de l’appareil de Gionee qui, s’il est entièrement séduisant en termes de design chez Kazam, offre un rapport qualité-prix nettement plus discutable.

tornado-5 tornado-6