La marque bq organisait mardi un évènement à Madrid pour faire le point sur plusieurs choses. D’abord, il affirmait sa volonté de se développer en dehors de l’Espagne, et a choisi quelques marchés européens pour s’essayer à l’exportation. Pour cela, elle a présenté deux nouveaux produits, un smarphone et une tablette, qui viendront alimenter le marché français d’ici quelques jours. Mais que valent ces produits ? Début de réponse avec la prise en main de l’Aquaris E5 4G.

Aquaris E5 4G 6

Comme on l’a vu lors de la présentation de la firme et de sa vision de l’appareil électronique, bq est un acteur majeur sur l’open market en Espagne grâce à des smartphones visiblement réputés pour leur rapport qualité/prix. Aux yeux des Français, le tarif proposé sur ses produits n’est pas de l’ordre du low-cost mais plutôt assez classique. Toutefois, le constructeur semble assez soucieux de fournir des produits fiables et d’assurer un suivi continu des objets. En effet, sur les presque 1000 collaborateurs que compte bq, un tiers serait dédié au service clientèle.

 

Fiche technique

L’Aquaris E5 4G, qui sera commercialisé dès le 28 novembre en France, s’inscrit à mi-chemin entre l’entrée et le milieu de gamme, un peu à la manière d’un Motorola Moto G. Sa fiche technique est d’ailleurs assez classique. On y trouve un écran IPS de 5 pouces (720 x 1280 pixels), un processeur Snapdragon 410 (4 coeurs Cortex-A53 et compatible 64 bits), une puce graphique Adreno 306, 1 Go de mémoire RAM16 Go de stockage interne (avec micro-SD jusqu’à 32 Go), un appareil photo numérique de 13 mégapixels en dorsal (double flash LED, autofocus, ouverture f/1,8), un capteur de 5 mégapixels en façade (ouverture f/2,2), et une batterie de 2850 mAh. La nouveauté pour bq, c’est qu’en s’attaquant au marché français, le constructeur a donné la compatibilité 4G à son smartphone. C’est le premier de la firme à se doter de ce réseau.

Aquaris E5 4G 9

Rectangle et coins arrondis

Il y a une certaine harmonie dans ce que propose bq visuellement. Le logo d’abord, se pare de formes rectangulaires aux coins arrondis, et le mobile reprend ces codes. Le rectangle est ici le fil conducteur (aspect global, APN, flash LED) et on retrouve les coins arrondis à chaque fois, jusque sur l’icône bq qu’on trouve dans l’interface logicielle. On imagine que cela fait partie du travail du constructeur sur ce téléphone, lui qui affirme attacher « autant d’importance au design extérieur qu’au design intérieur ».

Aquaris E5 4G 2Aquaris E5 4G 18

Esthétiquement, on ne peut pas dire grand-chose de cet Aquaris E5. Il possède un aspect visuel très banal, et ne se démarque pas spécialement de ce qui se fait ailleurs. Quelques bizarreries viennent rompre avec la monotonie de ses courbes. Par exemple, la coque est légèrement surélevée, d’un millimètre au niveau du centre de la tranche, un peu à la manière d’un ZTE Grand S Flex, mais de façon moins prononcée. D’après les ingénieurs, cela sert « à éviter certaines rayures ». Seconde étrangeté : un port pour carte microSD est logé sur la tranche supérieure du mobile. De souvenir d’homme, c’est la première fois que l’on rencontre un logement micro-SD à cet endroit, et bq n’a pas vraiment d’explication à la chose.

Aquaris E5 4G 1Aquaris E5 4G 3

Après avoir reçu quelques remarques de consommateurs sur le manque de praticité du bouton power situé trop haut sur le modèle précédent, bq a revu l’emplacement de ce bouton, maintenant installé plus bas sur la tranche droite. Sur celle de gauche, on trouve les deux ports pour cartes micro-SIM (fait notable sur un modèle 4G), et sur la tranche inférieure se loge l’emplacement micro-USB et deux enceintes. Pour le reste, l’Aquaris E5 4G arbore des dimensions de 143,15 x 72,15 x 8,7 mm, pour un poids de 139 grammes. À la prise en main, ce mobile n’est pas désagréable avec un poids très bien réparti qui le fait paraitre plus léger qu’il n’est. Le polycarbonate utilisé paraît de bonne qualité et les finitions semblent avoir été soignées. On a beau tordre un peu l’objet, il fait bloc : pas de plastique qui craque ou de zone molle. La qualité semble être au rendez-vous.

Aquaris E5 4G 5

Écran, interface et performances

Alors qu’il existe un modèle doté de Full HD chez bq, le constructeur a choisi d’opter ici pour un écran HD. On se retrouve donc avec une définition de 720 x 1280 pixels sur une diagonale de 5 pouces, ce qui offre une résolution d’environ 294 pixels par pouce. Cet écran intègre la technologie OGS, qui permet d’éliminer l’air entre la dalle et l’écran pour donner une impression de proximité au toucher, et bq semble avoir beaucoup travaillé sur la colorimétrie de son écran. La firme propose des couleurs très vives (trop ?) et assure avoir une palette de couleurs visibles élargie. À première vue, et avec une luminosité qui n’est pas surévaluée, ces couleurs ne semblent pas saturées. Il faudra vérifier la chose en test, d’autant que les conditions de luminosité n’étaient pas optimales sur place. 

Aquaris E5 4G 11

Pour l’interface logicielle, bq joue la simplicité. L’un des ingénieurs n’hésite d’ailleurs pas à dire que bq « ne veut pas gâcher de l’argent dans ces conneries ». C’est donc un Android Stock (KitKat 4.4.2) qui anime le mobile, et Lollipop prendra la succession au premier semestre 2015. Quand on cherche un peu, on trouve tout de même un ajout logiciel : une application d’assistance bq qui permet de souscrire à une sorte de garantie. On explorera un peu plus cette application lorsqu’on pourra la manipuler en français. Cette interface presque pure est du coup tout à fait réactive et fluide.

Pour les performances, il ne nous a pas été possible de faire tourner le moindre benchmark. Toutefois, et pour se donner un ordre d’idée, le Snapdragon 410 qui propulse ce terminal est une légère évolution du Snapdragon 400. Les performances sont censées s’améliorer légèrement et la consommation est censée être revue un poil à la baisse. Mais ce SoC permet la compatibilité 64 bits et se mariera donc très bien avec Android 5.0 Lollipop. Quand à la puce graphique, l’Adreno 306, elle ne diffère visiblement en rien de ce que qui fait sur l’Adreno 305, mis à part qu’elle consomme moins. On devrait donc avoir affaire à une expérience multimédia à peu près semblable à ce qui se fait sur la moitié du marché de la téléphonie.

Aquaris E5 4G 10

Enfin, l’appareil photo dorsal de 13 mégapixels semble offrir des clichés d’assez bonne facture, d’autant qu’il n’a été possible d’en faire qu’en intérieur, avec éclairage assez faiblard. L’autonomie pourrait être assez bonne, grâce à la batterie de 2850 mAh, un processeur moins gourmand qu’avant, et un écran à la définition peu élevée.

À la conquête de l’Europe

Difficile de faire des paris sur la réussite ou non de bq en Europe avec ce premier smartphone. En Espagne, le succès est déjà là et la firme estime qu’il est grand temps de s’exporter. Elle a donc mis son smartphone au goût du jour pour la France, avec la compatibilité 4G, mais son positionnement tarifaire est peut-être encore un peu haut (229 euros) pour s’imposer rapidement. Néanmoins, la firme possède la réputation, en Espagne et au Portugal, d’assurer un suivi sérieux, de posséder un SAV très qualitatif et de fournir des produits solides. L’Aquaris E5 4G pourrait très bien se mêler à la bataille de l’open market d’entrée et de milieu de gamme, et contre des marques comme Wiko et Archos. Ce premier mobile devrait être rapidement suivi d’autres. En effet, les responsables de bq nous ont donné rendez-vous au MWC, en février prochain, pour découvrir des smartphones plus haut de gamme.