Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de l'Ultym 5 ou Huawei Ascend G6, un smartphone 4G équilibré

Décidément, 2014 est l’année du téléphone 4G. Après le Wiko Wax, l’Alcatel One Touch Pop S3 ou encore l’Archos 50 Helium, c’est au tour du Ultym 5, vendu en exclusivité dans la boutique de Bouygues Telecom, d’entrer dans la cour des téléphones 4G bon marché. Ou plutôt devrait-on parler du Huawei Ascend G6, puisqu’il s’agit bien d’un téléphone vendu en marque blanche. Dans tous les cas, ce Ultym 5/Ascend G6 est un bon compromis pour ceux qui ne veulent pas dépenser des sommes folles dans un smartphone et disposer de la compatibilité LTE. Et c’est ce que nous allons voir dans ce test.

bon-1

Fiche technique

La fiche technique de l’Ultym 5 n’est pas exceptionnelle mais elle n’est pas mauvaise pour autant. Le téléphone de Bouygues Telecom dispose de bons composants et notamment d’un Snapdragon 400 qui lui permet d’avoir à la fois de bonnes performances, une compatibilité 4G et un GPS digne de ce nom. Mais son écran qHD le place légèrement en retrait par rapport aux autres téléphones de cette gamme.

 

Un téléphone aux faux airs d'iPhone

L’Ultym 5 est un beau téléphone. Son design, tout en rondeur, possède un lointain air de famille avec l’iPhone. Ses bords arrondis ainsi que le bas du téléphone, décrivant une courbe, le distingue très facilement des designs des autres appareils de cette gamme de prix, souvent sans âme.

bon-2

La prise en main est agréable. Comme il est doté d'une dalle de 4,5 pouces, l’ensemble de l’écran est facilement accessible avec le pouce de la main porteuse. Les bords ne sont pas trop tranchants et restent assez confortables. Évidemment, cela ne vaut pas le confort d’une coque arrondie. Huawei a placé une petite couche de plastique lisse d’apparence métallique tout autour du téléphone qui ajoute du cachet à l’appareil. La façade de l’Ultym 5 dispose également d’une caméra frontale.

bon-3

Ce qui surprend le plus quand on prend le téléphone en main pour la première fois, c’est sa finesse (7,85 mm) et sa légèreté (115 grammes). Au point qu’on est allé vérifier dans la boîte si nous n’avions pas oublié la batterie. Une batterie qui est déjà insérée dans le téléphone et que l’on ne peut pas enlever. L’ensemble rend en tout cas très bien : c’est un téléphone à la fois bien fini et doté d’un look moderne. Pour un smartphone d’entrée de gamme, c’est agréable et suffisamment rare pour être noté. Outre le bas du téléphone, arrondi, l’Ultym 5 a la particularité de posséder un port jack sur sa tranche gauche. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique, surtout quand a l’habitude de garder son téléphone dans la poche et que l’on écoute de la musique. Un bon moyen de flinguer rapidement une prise jack… Le reste de la tranche gauche est vierge.

bon-6

Sur le haut du téléphone se trouve le port USB 2.0. Sur son téléphone, Huawei a privilégié le design au fonctionnel : on ne met rien en bas du téléphone et on décale tout sur le haut et sur les côtés. Enfin, sur la tranche droite se trouvent les boutons de réglage du volume ainsi que la touche de mise en marche. Rien de particulier à signaler sinon qu’ils ont tendance à grincer légèrement lorsque l’on passe le doigts dessus.

bon-7

bon-6

bon-5

Le dos de l’appareil est très iPhone-like. Le capteur photo, encadré d’une petite bague métallique du plus bel effet, est situé à l’extrémité haute et gauche de l’appareil. Quelques centimètres plus loin se trouvent le flash et le micro. Tout en bas on aperçoit le haut-parleur. La coque dispose d’un plastique mat assez agréable au toucher qui a le bon goût de ne laisser aucune trace de doigt. Le logo de Bouygues Telecom, au centre de l’appareil est quant à lui quasiment imperceptible.

bon-4

Une fois le capot enlevé, il est possible de mettre une unique carte SIM et éventuellement d’ajouter une carte micro-SD. Rien de particulier à signaler.

bon-8

 

Ecran : pas de HD, mais une dalle qui assure

L’écran de l’Ultym 5 est une bonne surprise dans l’ensemble. Il s’agit d’un écran IPS LCS de 4,5 pouces qHD (540 x 960 pixels). Sa résolution de 240 pixels par pouces est amplemant suffisante pour un écran de cette taille là. Aucun pixel ne dépasse et il faut bien admettre qu’il est agréable à regarder. Le test des couleurs à d’ailleurs confirmé nos premières bonnes impressions. Les couleurs sont fidèles, avec un blanc très légèrement jaune et un rouge qui tire un tout petit peu vers l'orange. Les angles de vision sont de surcroît très bons, les couleurs ont simplement tendance à s’éclaircir très légèrement.

Le principal problème avec cet écran reste encore une fois sa luminosité. Pour profiter en profiter pleinement, il faut penser à mettre la jauge de luminosité au taquet sous peine d’avoir un écran très sobre et un peu fade. C’est évidemment la batterie qui est la première à encaisser ce choix. Soyons francs, pour un téléphone de cette gamme de prix, l’écran de l’Ultym 5 est plus qu’honnête. Allez, on aurait même pu dire qu’il serait bon si Huawei avait fait l’effort de le passer enHD classique. On ne peut pas tout avoir.

 

Logiciel : une interface Huawei discutable

L’Ultym 5 dispose de Android 4.3. Mais on est très loin de la version stock d’Android puisque Huawei y a apposé sa surcouche maison : l’EmotionUI 2.0 Lite. Il faut bien admettre que les premières minutes passées en compagnie de cette interface sont plutôt sympathiques. On retrouve des icônes à bords arrondis du plus bel effet et qui ne sont pas sans rappeler celles de iOS 7. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point commun que cette interface partage avec l’OS d’Apple puisqu’il n’y a pas de raccourcis spécifique pour accéder à la liste complète des applications installées sur le téléphone. Cela signifie qu’une fois installée, l’icône de l’application sera directement présente sur le launcher. Autrement dit, si vous êtes du genre à avoir 50 applications installées sur votre téléphone, vous ne pourrez jamais les faire disparaître. Le launcher propose heureusement jusqu’à 9 volets différents pour ranger ces applications et l’on peut accéder rapidement d’un volet à l’autre d’un simple pincement sur l’écran. Huawei a également pensé à la possibilité de créer des dossiers et un appui long sur le launcher permet d’y ajouter des widgets. Pour un habitué d’Android, il faut bien admettre que cette disposition est assez déstabilisante au premier abord. Il manque également quelques fonctionnalités bien pratique comme l’explorateur de fichiers, par exemple.

L'Ultym 5 est installé de base avec quelques applications qu’il est possible de désinstaller à l’envi. Outre une application Radio FM, on trouve une app Lampe Torche, une application mail, les Pages Jaunes, une application MetroNews, un APK de Huawei pour acheter des sonneries supplémentaires, un lien pour télécharger « un jeu offert » par Gameloft (qui ne fonctionnait pas au moment où nous avons testé le téléphone) et une série d’applications Bouygues Telecom pour accéder à la télévision, pour gérer son compte ou pour télécharger des jeux.

De la place, il faudra de toute façon en faire rapidement sur le Ultym 5. Le téléphone a beau avoir 8 Go de mémoire interne au total, une fois le téléphone lancé, il n’en reste en fait un peu moins de 5 Go. Et sur ces 5 Go seuls 2 Go sont alloués à l’installation d’application. On ne comprend pas vraiment pourquoi Huawei (ou Bouygues Telecom ?) a partitionné la mémoire ainsi, mais c’est franchement dommage. Notons qu’il est toutefois possible d’installer une carte mémoire dans le téléphone et qu’EmotionUI intègre d’office Nettoyeur de mémoire efficace conçu par DU Speed Booster.

Les menus paramètres ont également quelques fonctionnalités inédites par rapport à Android Stock. On ne va pas toutes les citer, mais il sachez qu’il est possible de personnaliser la barre de notification en choisissant l’ordre et les raccourcis fonctionnels que l’on veut y intégrer ou encore de sélectionner les applications dont on veut interdire les notifications. Bien vu ! Notons pour terminer que quelques gestures sont activables dans les paramètres pour couper le son ou décrocher sans avoir à appuyer sur des boutons.

 

Des performances légèrement au-dessus de la moyenne

L’Ultym 5 embarque un SoC Snapdragon 400 à quatre cœurs cadencé à 1,2 GHz et épaulé par 1 Go de RAM. Ce sont des caractéristiques d’un téléphone de milieu de gamme et de ce point de vue, on a très peu de chose à redire. La navigation au sein du téléphone est fluide et nous n’avons jamais rencontré de ralentissement particulier dans des applications quotidiennes. Evidemment, dès qu’il s’agit de faire tourner des applications en 3D, l’Ultym 5 est beaucoup moins à l’aise. Mais il n’a pas été conçu pour cela. Comprenez par là qu’il n’y aura jamais de ralentissement sur Google Maps ou un Jetpack Joyride mais qu’il n’est pas question de faire tourner idéalement un Real Racing ou un Dead Trigger 2.

Sans surprise, le score AnTuTu obtenu après le benchmark se situe dans la moyenne des appareils qui utilisent un Snapdragon 400. Son score de 17591 le place à hauteur du HTC One Mini 2 par exemple ou encore à proximité du Samsung Galaxy S3.

 

Communication et GPS :

Rien à signaler du point de vue de la communication, les appels sont clairs et aucun grésillement ou contriété du genre n’est venu entacher nos tests. Même constat pour le GPS qui a eu le bon goût de fixer notre position en 25 secondes (et sans l’aide d’une quelconque connexion à Internet). On remerciera Qualcomm et ses puces GPS bien meilleures que les piètres résultats des GPS de MediaTek.

Enfin, faute d’abonnement 4G nous n’avons pas pu tester la connectivité en 4G. Théoriquement, l’Ultym 5 est un téléphone compatible LTE de catégorie 4, ce qui lui permet d’atteindre des débits (tout aussi théoriques) de de 150 Mbits/s. Notez que le téléphone est désimlocké d’office et que j’ai pu ainsi mettre ma carte SIM Orange sans problème sur le téléphone.

 

La belle surprise de la photo

Avant de rentrer dans la qualité même des clichés pris par l’Ultym 5, un détour par les menus confirme que la partie photo n’a pas été au centre des attentions de Huawei. Le menu propose le minimum syndical, à savoir des clichés en mode Normal, Smart, HDR ou Panoramique mais ne va pas beaucoup plus loin. Alors, oui, il est possible d’ajouter à la volée des effets sur la photo (monochrome, négatif, sépia, etc.), et il existe même une aide à la prise de Selfies, mais rien de plus. Si l’on désire des options supplémentaires, le passage par une application tierce est conseillée.

ultym 5 photo 1

ultym 5 photo 2

Concernant les photos en elles-mêmes, c’est encore une petite surprise puisqu’elles se sont révélées agréablement bonnes. Le Ultym 5 bénéficie d'un capteur de 5 millions de pixels dans son dos et de 0,9 million de pixels en façade. En extérieur, les couleurs sont respectées et on note simplement une légère tendance à la surexposition quand il y a un peu trop lumière. D’ailleurs, le mode Smart, avec lequel nous avons pris la majorité de nos photos rend mieux les couleurs qu’en mode normal, beaucoup plus jaune.

Comme d’habitude avec ce genre d’appareil photo pas trop haut de gamme, les clichés de prêt ont tendance à faire la mise au point derrière l’objet sélectionné. En intérieur, le téléphone a tendance également à lisser un peu trop les détails.

IMG_20140619_121402

IMG_20140619_160608

Le mode panoramique quant à lui fonctionne très bien.

PANO_20140619_081750

 

Une autonomie travaillée

L’ultym 5 dispose d’une batterie de 2000 mAh. C’est tout à fait dans la norme des téléphones de cette gamme et elle s’avère à l’usage satisfaisante. Nous avons laissé le téléphone tourner durant une heure sur une vidéo YouTube avec le son comme la luminosité au maximum, et la batterie a perdu durant ce laps de temps 16 %. C'est très bon et cela confirme également nos bonnes impressions lors de notre utilisation quotidienne. Le téléphone se décharge assez lentement et semble capable de durer une bonne journée et demie avant d'être rechargé. Il est même possible de le faire tenir un peu plus en baissant la luminosité.

ultym 5 batterie

Huawei a toutefois inclus dans son interface EmotionUI 2.0 un menu d’économie d’énergie qu’on retrouve trop rarement sur les appareils Android. Celui-ci permet de sélectionner un profil d’alimentation parmis trois choix. Smart, Endurant et Normal. Le premier limite légèrement l’utilisation du CPU et du réseau, tandis que le second les bride un peu plus, tandis que le dernier les maximise. Tous nos tests se sont d’ailleurs déroulés dans le mode Normal. Enfin, deux sous-menus sont présents : Appli protégées et Applis consommatrices d’énergies. Le premier permet de désactiver à la demande des applications lorsque l’écran est éteint, tandis que le second indique simplement quelles applications sont les plus voraces en énergie. Seul bémol de ce menu, nous n’avons toujours pas trouvé le moyen d’activer le pourcentage de batterie restante à afficher dans la barre de notification.