Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

En plus de Google et Bing, qui sont les moteurs de recherche info.com et PrivacyWall proposés sur Android ?

Google a récemment mis aux enchères trois emplacements pour que les moteurs de recherche externes apparaissent sur un écran de configuration sur les appareils Android vendus dans l'Espace économique européen (EEE). En plus de Google (obligatoirement disponible) et Bing (Microsoft), deux moteurs de recherche — info.com et PrivacyWall — ont remporté un emplacement dans de nombreux pays où la vente aux enchères était organisée, dont la France et la Belgique. Cette seconde période s'étale du 1er octobre au 31 décembre, il y aura de nouvelles enchères organisées tous les quatre mois.

Qui est info.com ?

Info.com, ou InfoSpace, est une entreprise de recherche en ligne relativement ancienne dans la chronologie de l'histoire d'internet... même très ancienne. Cette entreprise a été fondée en 1996 à Seattle et elle est soutenue par le co-fondateur de Microsoft, Paul Allen. InfoSpace est entré en Bourse en décembre 1998, au plus fort de la bulle Internet. En mars 2000, cette entreprise américaine était évaluée à peu près au même niveau que Boeing, soit 31 milliards de dollars. Peu de temps après, la bulle a éclaté et le cours de l'action d'InfoSpace s'est effondrée.

Depuis son apogée éphémère, InfoSpace a connu une série de ventes et de restructurations. L'entreprise s'est recentrée sur la « méta-recherche », ou l'agrégation des résultats d'autres moteurs de recherche. Les résultats de ce moteur de recherche sont aujourd'hui fournis par Bing en France, cela reste un moteur de recherche très basique avec beaucoup de publicités.

Qui est PrivacyWall ?

Derrière ce moteur de recherche se trouve une entreprise américaine d'une douzaine de personnes basée à San Juan, à Porto Rico (Porto Rico est une île des Caraïbes et un territoire non incorporé des États-Unis).

Fondée par Jonathan Wu, cette entreprise vise à se concentrer sur la confidentialité des données des consommateurs. Le premier produit de PrivacyWall était un pare-feu pour PC pour aider les utilisateurs à bloquer les « Shadow profiles » (ou profils fantômes) utilisés par des entreprises comme Facebook pour faire du ciblage publicitaire. Cette technique consiste à utiliser des données que le réseau social recueille auprès des utilisateurs qui ne sont pas inscrits sur la plateforme. Aujourd'hui, les résultats sont également fournis par Bing.

Des places pour les plus offrants

Pour cette nouvelle période, Qwant et DuckDuckGo perdent le marché français. DuckDuckGo estime que la méthode ne fait rien de plus que de continuer à offrir à Google un abus de pouvoir, c'est ce qui est relaté dans un article dédié. PrivacyWall a remporté l'enchère dans 22 pays, GMX dans 16 pays et Bing dans 13 pays. Quant à DuckDuckGo, le moteur de recherche alternatif n'a remporté que huit créneaux sur des marchés plus petits.

DuckDuckGo, qui a été créé pour offrir un moteur de recherche privé et sans trackers, n'a aucun moyen de rivaliser avec les enchères trop élevées. Avec l'entrée de Bing et d'autres moteurs de recherche, les enchères ont grimpé fortement sur cette seconde période. Ce qu'ils peuvent offrir pour cette place ne suffit plus pour figurer sur la shortlist de Google. DuckDuckGo propose donc de stopper ce mécanisme et de choisir une sélection aléatoire, tout simplement.

Pour rappel, afin d'éviter les abus et des sanctions de la part de l'Union européenne, Android offre désormais aux utilisateurs la possibilité de choisir un moteur de recherche autre que Google comme moteur de recherche par défaut. Ce choix se produit lors de la configuration du téléphone dans certains pays de l'UE. Tous les quatre mois, Google organise donc une vente aux enchères à laquelle les autres entreprises peuvent participer. À partir de là, les trois moteurs de recherche (les plus offrants) qui apparaissent sur l'écran de sélection au cours des quatre prochains mois sont choisis.