Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Zoom a enfin corrigé le bug qui laissait le micro actif sur Mac

Depuis le mois de décembre, un grand nombre d’utilisateurs de Zoom s’étaient plaints d’un bug très désagréable. Sous macOS Monterey, en raccrochant à la fin d’une conférence, le micro ne se désactivait pas. Les personnes faisant face à ce problème ont pu s’en rendre compte grâce à une nouvelle fonctionnalité de la dernière mouture de l’OS d’Apple : un point orange s’affiche désormais dans la barre de menu lorsque le microphone est actif. Il n’y a alors d’autres choix que de quitter totalement l’application pour couper le micro. De quoi faire un peu peur sur le domaine de la confidentialité…

Un micro ouvert ou un bug de voyant ?

Il s’agissait donc d’une bien mauvaise presse pour la société américaine qui avait déjà été sous le feu des critiques pour ses pratiques en matière de sécurité et de vie privée. Concernant ce bug de micro, Zoom a enfin réagi en publiant une mise à jour la semaine dernière.

Si la firme a bien publié un correctif, elle en a profité subtilement pour expliquer qu’il s’agissait d’un bug concernant le voyant orange… pas l’extinction du micro. Un des représentants de l’entreprise a affirmé que la dernière version du logiciel corrigeait ce souci :

Nous avons rencontré un bug lié au client Zoom pour macOS, qui pouvait permettre au voyant orange de continuer à s’afficher après avoir quitté une réunion, un appel ou un webinaire. Ce bug a été corrigé dans le client Zoom pour macOS, version 5.9.3, et nous vous recommandons de mettre à jour vers cette version 5.9.3 pour appliquer le correctif.

Impossible de savoir si Zoom est de bonne foi, mais la plupart des utilisateurs resteront sans doute méfiants en raison des antécédents de la boite, qui avait notamment été condamnée après avoir menti sur le chiffrement de bout en bout de ses services.