Slack permet désormais aux administrateurs de sa plateforme de télécharger toutes les données de leur espace de travail sans que les autres membres ne soient avertis. Une nouveauté qui rend peu sûres les discussions, même privées, au sein d’une entreprise.

Les entreprises cherchent à être de plus en plus dynamiques, éviter les réunions et à simplifier les échanges internes. Plutôt que de passer par les mails, que beaucoup ne savent pas utiliser correctement (vous savez, le bouton « répondre à tous »…), des outils permettent une organisation efficace du travail, comme Trello, HipChat ou encore Slack pour les plus connus. Cette dernière messagerie collaborative fait cependant face à une nouvelle polémique en plein questionnement sur les données privées, que ce soit pour la RGPD ou le scandale de Cambridge Analytica.

En effet, une mise à jour récente des règles de fonctionnement de la plateforme permet aux administrateurs premium (payant un abonnement) d’un espace de travail de télécharger la totalité des données qu’il contient. Cela concerne bien évidemment les canaux de discussion publics, mais également les discussions privées. Autrement dit, votre patron pourrait avoir accès à toutes les discussions que vous tenez avec vos collègues, même quand vous dites du mal de lui dans son dos en privé.

Le détail qui change tout

En réalité, ce n’est pas vraiment une nouveauté, puisqu’un administrateur premium pouvait déjà télécharger les données de son espace de travail avant cela. La différence est que cette fonctionnalité n’était disponible que pour certains, devait être activée au préalable et affichait un message à tous les membres lors de leur connexion, ce qui leur permettait de savoir que leurs DM n’étaient pas entièrement privés.

Dorénavant, les personnes présentes dans l’espace de travail ne sont plus obligatoirement informées, ce qui est tout de même une différence de taille.

Comment savoir ?

La fonctionnalité « import and export workspace data » n’est disponible que pour les abonnements premium. La première chose à faire est donc de vérifier si le Slack sur lequel vous discutez repose sur un plan gratuit, standard ou plus. Pour cela, rendez-vous sur la page https://LeNomDeVotreEquipe.slack.com/account/team. Le « Slack Plan » apparaît alors en bas de la page.

Attention néanmoins, des applications tierces permettent la même chose. Pour vérifier, allez sur https://LeNomDeVotreEquipe.slack.com/apps/manage et regardez la liste des applications qui peuvent « accéder aux messages » et vérifiez dans les paramètres de chaque application qui a la permission d’« accéder au contenu dans les messages directs des utilisateurs ». Vous pourriez être surpris.

Sinon, vous pouvez toujours essayer de faire pression pour changer d’outil, Microsoft travaille par exemple sur son propre concurrent, baptisé Skype Team.

À lire sur FrAndroid : Microsoft travaille sur Skype Team, un concurrent de Slack