Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La SNCF va enfin lancer une application unique pour tous ses services

Il n’en restera qu’une. La SNCF l’assure. D’ici la fin de l’année, elle lancera une application unique regroupant l’essentiel de ses services, disséminés à l’heure actuelle à travers une petite dizaine d’applications, dont certaines méconnues. C’est en tout cas ce qu’avait promis Jean-Pierre Farandou, Président du groupe SNCF, en décembre dernier sur BFMTV.

Une promesse réitérée il y a quelques jours par Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs qui s’exprimait auprès de journalistes. Cette initiative s’inscrit dans un plan global d’amélioration du service client surnommé « Easy SNCF ». Le déploiement d’une application unique se fera néanmoins après d’autres changements, comme l’arrivée prévue cet été d’une nouvelle grille tarifaire que la SNCF veut « plus simple, plus accessible, plus attractive ».

Des services éparpillés… et des clients parfois perdus

Aujourd’hui, les voyageurs sont confrontés à pas moins de huit applications : Assistant SNCF, OUI.sncf, OuiGo, TGV INOUI Pro, pour les plus connues, mais aussi En Gare, Andilien, Junior & Cie ou encore Alerte 3117, qui proposent aux usagers des services et aides complémentaires (savoir quelles boutiques sont disponibles dans une gare, permettre aux personnes en situation de handicap d’obtenir de l’aide, solliciter un accompagnement pour un enfant et alerter la SNCF d’un incident lors d’un trajet, respectivement). Une constellation d’apps difficile à gérer efficacement pour la SNCF et complexe à appréhender pour les voyageurs.

https://twitter.com/killianchaplain/status/1346802789591216130

Cette variété cocasse d’applications est due à l’organisation fragmentée de la SNCF en plusieurs divisions distinctes, ayant chacune lancé leur propre application plutôt que de miser de manière concertée sur le développement d’une version unique. Une situation qui devrait donc évoluer dans les prochains mois. Reste maintenant à savoir comment l’entreprise s’y prendra pour regrouper autant de services dans une seule app ergonomique et lisible. Réponse attendue d’ici la fin de l’année.