Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google Chrome : « notre objectif n'a jamais été de casser le blocage de contenu »

Google est revenu sur son Manifest V3 qui a fait couler tant d'encre en confirmant sa volonté de ne pas aller à l'encontre des bloqueurs de publicité. L'intérêt est de rendre le web meilleur sans pour autant détruire le travail de nombreux développeurs.

En début d'année, la publication de la version 3 du manifeste de Google Chrome avait provoqué une levée de boucliers de la part des certains développeurs d'extensions visant à bloquer les publicités lors de la navigation. Dans un message à sa communauté, Google a confirmé vendredi 15 février que sa volonté n'était pas de nuire aux extensions et que des modifications seront apportées à son manifeste.

L'impact négatif sur l'expérience utilisateur

Dans sa V3, Google explique que certains logiciels tiers peuvent avoir « un impact négatif sur l’expérience utilisateur » et a donc proposé pour corriger cela « la restriction des capacités de blocages [des requêtes HTTP] de l’API webRequest ». Un point qui aurait empêché certaines extensions comme uBlock Origin de fonctionner correctement.

À cela, Cliqz, propriétaire de l'extension Ghostery, a publié une étude sur l'impact des bloqueurs de publicité sur les performances en se basant sur les bloqueurs les plus populaires, à savoir AdBlock Plus, uBlock Origin, Brave, DuckDuckGo et bien sûr Ghostery. L'étude montre qu'en dehors de DuckDuckGo, le temps médian accordé au blocage d'une requête est inférieur à la milliseconde :

Cette étude vise notamment à démontrer que l'impact des bloqueurs de publicité n'est pas si négatif que cela sur l'expérience utilisateur.

Google à l'écoute

Google s'est donc montré à l'écoute des nombreuses remarques et précise que « l'objectif n'est pas, et n'a jamais été, d'empêcher ou de casser le blocage de contenu », mais bel et bien de moderniser la plateforme. Par ailleurs, Google rappelle que l'API webRequest ne sera pas supprimée (même si fortement limitée) et qu'une nouvelle API (declarativeNetRequest) a été implémentée dans le but de remplacer ses fonctionnalités.

Si celle-ci est encore jugée insuffisante à l'heure actuelle par les développeurs des bloqueurs de publicités, Google rappelle que ce Manifeste V3 n'est pas encore finalisé et que cette API est encore en cours de développement, ce qui pourrait lui permettre de parfaitement remplir son rôle au final.

La V2 encore d'actualité

Si cette V3 du manifeste est en cours de développement, la V2 a encore un peu de temps devant elle. Non seulement elle reste d'actualité tant que la V3 n'est pas finalisée, mais en plus elle restera supportée après le déploiement de la V3 le temps que la migration complète soit effectuée, ce qui permettra aux développeurs d'apporter leurs retours et de travailler sur une nouvelle version de leurs extensions au besoin.