Bonjour,

Voici ci-dessous la troisième partie des trois articles que j’avais rédigés lorsque je travaillais au sein de Consotel. La source est ici.


1.    Les données de facturation, au centre du contrôle de facturation

Les données de facturation sont cruciales et doivent être réfléchies dès la rédaction du CCTP.

Pour ce faire, il est conseillé d’exiger les accès suivants gratuitement (liste non exhaustive) :

Opérateur Segment Nom du flux Remarques
SFR Mobile Flux Facture Plus précis que Parc on Line
SFR Fixe et Data Extranet Avec les factures et les tickets d’appel
Orange Mobile Espace Client Mobilité Nécessite le module :pack Reporting
Orange Fixe EDI Infofacture Sur tous les SIREN de la collectivité
Orange Data OBS Data Manager Nécessite en plus l’accès à l’extranet Espace Client Électronique pour avoir un maximum d’information
BOUYGUES TELECOM Mobile Extranet (avec les factures et les tickets d’appel) Avec les factures et les tickets d’appel
BOUYGUES TELECOM Fixe Extranet Avec les factures et les tickets d’appel
COMPLETEL Fixe Extranet Avec les factures et les tickets d’appel
COMPLETEL VoIP Extranet Avec les factures
COLT Fixe Recevoir par mail les factures au format électronique
Adista Fixe et Data ? Avec les factures et les tickets d’appel

 

2.    Les outils de contrôle

Différents outils de contrôle peuvent être utilisés par la collectivité :

  • Ceux développés par la collectivité pour ses besoins propres
  • Ceux développés par les opérateurs pour leurs clients PME
  • Ceux développés par les spécialistes de gestion des télécommunications (Telecom Expense Management)

a.    Ceux développés par les collectivités

Au cours de ma carrière, j’ai pu rencontrer de véritables pépites développées par les collectivités pour leurs besoins internes. Ces développements ont demandé un temps important aux équipes informatiques et n’intègre pas forcément des outils de contrôle tarifaire. Ce sont plus des outils de gestion de parc de la collectivité.

b.    Outils des opérateurs

Les opérateurs fournissent des extranets toujours plus poussés sur la base d’outil de TEM (ex : Orange avec Fleet Analysis, SFR avec Pilotage Financier ou Bouygues Télécom avec Telcogestion). Ces outils ne sont bien entendu pas prévus pour contrôler un tarif. Ceux-ci seraient juges et parties dans ce cas-là. Ils sont efficaces pour la gestion de parc et la gestion des rapports.

c.     Outils des spécialistes

Ces entreprises sont souvent créées un peu après l’ouverture du marché de télécommunications à la concurrence en 1998. Elles sont spécialisées dans la gestion des données de facturation des opérateurs pour trois actions principales :

– La gestion de la facturation à travers :

  • Des rapports
  • Des tableaux de bord

– La gestion du parc :

  • Fixes
  • Mobiles
  • Et/ou Data

– La gestion de l’information des gestionnaires, utilisateurs, etc.

– Enfin, la gestion du contrôle :

  • Tarifaire
  • Inventaire
  • Analytique

Bien entendu, ces outils sont multi-opérateurs et permettent de suivre la migration des marchés. Un lot dédié sur un outil de TEM peut ainsi être prévu par la collectivité lors de la rédaction de son AO. En France métropolitaine, sont présents de nombreux outils, le marché reste dominer par quelques acteurs.

Pour autant, en tant qu’utilisateur de Consoview, j’ai pu contrôler de manière industrielle toutes les factures fixes et data d’une quarantaine de villes en quelques clics. Ainsi que détecter les lignes non utilisées ou celles consommant des services spéciaux générant ainsi pour les clients des gains sur leurs télécommunications significatifs (en moyenne -10% sur le budget d’une ville de 40 000 habitants). De plus, il est possible d’envoyer des rapports aux gestionnaires ou au cabinet du maire pour piloter l’usage des télécommunications par les élus.

J’espère ainsi avoir pu aider quelques collectivités à choisir un bon outil ou à intégrer un lot TEM dans leur AO Télécommunication.