Le Sony Xperia L est un smartphone milieu de gamme dont le prix est fixé à 299 euros. Ses caractéristiques techniques lui permettent-elles d’assurer un bon rapport qualité/prix ? Je vais tenter de répondre à cette question en procédant à son test complet.

SONY DSC

Tout d’abord, concernant le design, je suis assez mitigée. Je ne suis pas tout à fait convaincue par ses formes incurvées. Autre forme distinctive de l’appareil, il possède une LED de notifications avec une lumière bleue pour toutes formes de messages, et rouge pour la recharge de la batterie.

SONY DSC

Côté connectiques, on retrouve en haut de l’appareil une prise jack. Sur la bordure latérale gauche se trouve un slot micro USB.

SONY DSC

De l’autre côté, on a le bouton volume +/-, le bouton power puis tout en bas un bouton raccourci pour la fonctionnalité appareil photo. Il s’agit là en quelque sorte d’une évidence puisque l’atout majeur du Xperia L est bel et bien son capteur photo.

SONY DSC

Au dos du Sony, rien de particulier à noter mis à part le logo NFC qui montre la compatibilité du smartphone avec cette technologie. Sinon, on retrouve tout naturellement le capteur photo et le haut-parleur.

L’écran : une impression mitigée

Parlons désormais de l’écran. Le Sony Xperia L affiche une résolution de 854 x 480 pixels sur son écran 4,3 pouces. Il s’agit d’une maigre définition qui reste toutefois habituelle sur le segment de l’entrée de gamme. On est loin des définitions 1080p ou Retina, mais pour un tel prix on ne peut pas s’attendre à plus et le rendu ici reste raisonnable. À noter également que je me suis assez vite habituée à son format 4,3 pouces même si d’ordinaire je préfère naviguer sur de plus grands smartphones. Enfin, je tiens à préciser que les traces de doigt seront légion sur ce Sony, bien plus que sur la plupart des téléphones ! Ainsi, ce qui pourrait être vu comme un simple détail dévient assez gênant et m’a véritablement fait une mauvaise impression.

L’interface Sony

Le Xperia L tourne sous Android 4.1.2. Je n’ai pas été désorientée avec cette version puisqu’il s’agit de la même que pour le Xperia Z que j’utilisais jusqu’à l’arrivée de sa mise à jour vers Android Jelly Bean 4.2.2. On sait aussi que les S, SP et M l’endossent.

L’expérience Sony vécue sur cet Xperia L est agréable. Sa singularité réside dans la présence de certaines applications propres au constructeur. On retrouve notamment l’application Walkman pour la musique, Albums pour les photos et Films pour les vidéos. Le service de reconnaissance musicale TrackID est aussi présent.

Screenshot_2013-06-24-11-38-32

Le launcher d’applications a également sa dose de particularités. Il propose au choix un tri des applis par ordre alphabétique, par fréquence d’utilisation ou encore par date d’installation. Autre atout, il permet de créer des dossiers à l’intérieur même de l’écran d’accueil.

Capture d’écran 2013-06-27 à 14.02.11

En revanche, j’ai une critique à émettre sur le clavier. Je reconnais qu’il est très réactif et je n’ai donc rien à lui reprocher de ce point de vue là. J’ai par contre eu beaucoup de mal à trouver comment accéder à ses paramètres de réglage. Il faut en réalité trouver l’icône outils lorsqu’on est en train de taper un message pour voir apparaître les différentes options qui s’offrent à nous. Par défaut, la correction automatique du texte est activée, ce qui empêche d’écrire simplement en abrégé, et il n’y a pas de point aux côtés des lettres. C’est dommage, surtout que changer ces paramètres n’est pas si évident de prime abord.

Le capteur photo, principal atout de ce milieu de gamme

L’APN est le principal atout de ce smartphone. Ce milieu de gamme se démarque de ses congénères avec ses 8 mégapixels, son capteur Exmor RS et ses multiples options. Il offre des photos lumineuses qui ne manquent pas de détails. La vidéo est également bonne. Le L est capable d’enregistrer en en 720p. Le rendu est « plutôt » net et « plutôt » stable. Disons ici que le smartphone fait bien son travail.

Du côté du SoC…

Le L embarque un processeur double-coeur Qualcomm MSM8230 à 1 GHz et est accompagné par 1 Go de RAM. La mémoire interne s’élève quant à elle à 8 Go, mais on peut aussi compter sur la présence d’un slot microSD allant jusqu’à 32 Go. Avec ces caractéristiques, le smartphone tourne bien, mais peut-être pas suffisamment vite pour les jeux 3D qui s’affichent avec des pixels.

Conclusion

Il faut rappeler ici que le Xperia L est un mileu de gamme à 299 euros. On ne peut donc pas attendre de lui les mêmes performances qu’un haut de gamme. Pour les mauvais points, je dirais que l’esthétique de la bête ne me plaît pas particulièrement, d’autant plus que je le trouve un peu trop épais. Par ailleurs, la qualité de son écran reste trop moyenne. Le smartphone est assez endurant avec peu de reproches à faire côte fluidité de navigation, mais ce n’est pas non plus une bête de course, surtout pour les jeux 3D ! Sony met en avant son capteur photo et vidéo en termes de communication. J’ai très vite compris pourquoi puisqu’il s’agit de sa seule véritable valeur ajoutée pour un milieu de gamme.