Bonjour ! C’est mon premier test sur RayTests et ça tombe plutôt bien, depuis peu j’ai eu l’occasion de m’équiper d’un nouveau smartphone.

Parmi les smartphones à bas prix disponibles dans nos rayons, on trouve généralement, d’un côté, les marques Franco-Chinoises comme Alcatel, Archos ou Wiko, de l’autre, des modèles de marques internationales plus connues mais au rapport caractéristiques/prix généralement moins intéressant.

Mais tout comme Motorola et son Moto G, Asus, dont la gamme Zenfone 2 est connue pour l’agressivité de ses prix, propose depuis quelques mois un nouveau modèle rivalisant sans peine avec les spécialistes de l’entrée de gamme.

Un Asus à moins de 150€ ?

Un Asus à moins de 150€ ?

Que vaut un ASUS sous la barre de 150€ ? Ce test va vous répondre.

Fiche Technique : Il reste très bon pour le prix

Côté performances, ce Asus n’a rien à envier à ses concurrents au même prix.
Voici sa fiche technique :

Hardware
Dimensions 143,7 mm x 71,5 mm x 10,5 mm
Poids 140 grammes
Type d’écran Tactile
Taille d’écran, 5″, IPS LCD HD, 320 PPI
Résolution 1280 x 720 pixels
Type de SIM Dual SIM, micro SIM
Processeur Snapdragon 410 Quad-Core 1.2 GHz (64-bit)
GPU Adreno 306
RAM 2 GB RAM
Mémoire interne 8 GB
Mémoire externe Extensible jusque 128 GB (MicroSD)
Batterie LiPo 2400 mAh
Couleurs Noir/Blanc céramique/Argent/Violet/Bleu aquatique/Or pur/Rouge glamour

Hardware : il tient la route

Avec un score AnTuTu v6.0.1 de 24795 points, ce téléphone ne vous permettra ni de frimer sur sa puissance, ni de vous lancer sérieusement dans le gaming mobile.
Mais pour un appareil à moins de 150€, le hardware tient clairement la route et reste fluide avec la plupart des applications, même en multi-tâche.

Notons aussi qu’en utilisation normale, la batterie peut facilement tenir une journée, voire presque deux jours lorsqu’on le sollicite moins.

Fini Intel, place au Snapdragon !

Fini les pocesseurs Intel des premiers Zenfone 2, place aux Snapdragon

Le Snapdragon 410 chauffe rarement et les 2 GB de RAM sont plus que suffisants pour une grande partie des utilisations courantes (surf, applications, vidéo…).
Seul cas de ralentissement plus grave observé : le multi-tâche lors d’une conversation vidéo sur une application comme Skype peut provoquer des saccades, notamment lors de la saisie de texte et fait chauffer bien plus remarquablement le processeur, sans tout de même entrer dans une situation de surchauffe.

Petit problème hardware potentiel en revanche : Le smartphone semble parfois ne plus parvenir à échanger certaines données via la connexion Wi-Fi.
Seul moyen d’y remédier : désactiver puis réactiver cette dernière.
Je parle ici de problème potentiel car il peut venir d’un autre élément de ma configuration Internet, mais le Zenfone 2 étant le seul à en souffrir, je le signale au cas où.

Design : un air de déjà vu

Si vous avez déjà vu un modèle de la gamme Zenfone 2, vous ne devriez pas trop être surpris par le design de ce modèle qui reste quasiment identiques aux premières versions de la gamme à quelques détails près.
La plus grande différence se trouvera au dos de l’appareil : le flash quitte le dessus de l’objectif pour se retrouver à sa gauche tandis qu’à sa droite, le laser donnant son nom au téléphone fait son apparition.

Le laser sert à l'autofocus...

Le laser sert à l’autofocus…

Malgré une épaisseur dépassant le centimètre, ce qui commence à devenir assez rare, le design bombé du dos de l’appareil laisse place à des bords très fins sur les côtés et la prise en main reste agréable malgré un petit bémol : selon la façon dont il est tenu, les boutons de volume du téléphone, se trouvant au dos, ne sont pas toujours si faciles d’accès.

Autre petit problème, à l’usage cette fois, les boutons tactiles de la façade sont très sensibles et un peu trop près de l’écran.
Si vous tapez rapidement en mode portrait, il ne sera peut-être pas rare d’appuyer sur le bouton « Home » en tapant, notamment sur la touche d’espace.

Le bouton d’allumage, pour finir, aurait pu être bien mieux placé : se trouvant sur le haut de l’appareil (très rarement vu depuis l’arrivée sur le marché des smartphones de plus de 4″), il est très difficile d’accès à une main lorsque l’on tient le téléphone.
Fort heureusement, ce défaut est corrigé par la partie logiciel qui dispose d’un « knock-knock » (réveil du téléphone en tapotant 2 fois sur l’écran lorsqu’il est en veille) ayant la particularité de pouvoir aussi mettre le téléphone en veille si on répète le geste sur une zone vide d’un bureau d’accueil.
Des raccourcis en sortie de veille sont également présents, donnant par exemple la possibilité de réveiller l’appareil directement en mode photo en dessinant un « C » sur l’écran en lieu et place du « knock-knock ».

Logiciel : parfois un peu…amateur

Commençons par un très bon point : L’interface ZenUI est plutôt bien pensée et il est très rare qu’elle souffre de ralentissements.

La disposition des bureaux est assez proche d'Android Stock

La disposition des bureaux est assez proche d’Android Stock

Le tout fonctionne bien, est fluide, cohérent et surtout très personnalisable, laissant l’utilisateur choisir son nombre de bureaux, différents effets d’animation, ainsi que divers thèmes disponibles dans une boutique dédiée (certains thèmes sont payants mais il y a un certain nombre de thèmes gratuits).

Un appui sur un bureau long suffit à afficher ce menu

Appui long sur un coin vide du bureau pour voir arriver ce menu

Les applications téléchargées peuvent être automatiquement classées par thèmes (à condition qu’elles viennent du Google Play) et plusieurs petits outils intégrés au téléphone sont disponibles comme des applications :
Hormis les outils de personnalisation, on trouvera un « miroir » (autrement dit, une image de la caméra frontale seule, hors du mode photo), un bloc notes plutôt complet, un logiciel de « Todo Lists », les traditionnelles torche et calculatrice ainsi qu’une règle laser (grâce au laser de l’autofocus) mesurant les distances jusqu’à 50cm.

Mais si l’interface est très réussie, elle garde quelques petits défauts ou quelques petites erreurs étonnantes pour un modèle de constructeur réputé à l’international :
Lors de l’acquisition de l’appareil et après sa première mise à jour, j’ai pu voir ceci :

une faute peut-être corrigée grâce à moi

une faute peut-être corrigée grâce à moi

Rien de grave dans cette petite erreur de traduction littérale (« Free » traduit en « Gratuit » au lieu de « Libre ») corrigée depuis, mais c’est quelque chose dont on est plus habitué de la part d’un petit constructeur Chinois acheté en import que de l’un des leaders mondiaux du marché informatique acheté en grande enseigne.
Notez que j’ai prévenu Asus France via Twitter et qu’une mise à jour est parue le soir même, corrigeant notamment cette faute. Coïncidence ?

Mais on pourra surtout reprocher deux choses au logiciel de ce téléphone :

-La présence en assez grand nombre d’applications pré-installées impossibles à désinstaller hors root, provoquant très rapidement un manque de stockage sans MicroSD.

-La publicité de certaines applications intégrées au système : Si l’intégration de CM Applock dans ZenUI n’est pas une mauvaise chose, permettant de verrouiller des applications avec un schéma de sécurité (comme celui que l’on peut mettre en place pour sécuriser le déverrouillage d’Android) et de prendre secrètement une photo d’un potentiel intrus, la publicité dans cette application peut gêner quand on la sait fournie nativement dans un appareil à plus de 100€.

CM Applock est gratuite, mais ici, elle est intégrée à l'interface d'un appareil à un peu moins de 150€

CM Applock est gratuite, mais ici, elle est intégrée à l’interface d’un appareil à un peu moins de 150€

Pour terminer sur une note positive, notons que, malgré le fait qu’il reste sur la version 5.0.2, le système est régulièrement mis à jour…
Asus a d’ailleurs promis Marshmallow pour le mois prochain !

Écran : Le petit plus du logiciel

Disons le sans détour : L’écran est très bon.
Difficile de s’attendre à plus que du HD 720p à ce prix, mais l’écran est de très bonne qualité avec un très bon rendu des couleurs, et dispose de quelques options intégrées pour s’adapter à vos préférences.
Bien connue des autres Zenfone, la petite application « Splendid » est donc de la partie.

Votre écran, vous le préférez chaud ou froid ?

Votre écran, vous le préférez chaud ou froid ?

Cette application native vous permet de régler la température, la teinte et la saturation des couleurs de l’écran grâce à des paramètres présélectionnés ou personnalisés.
Ajoutons à ça la présence du « Filtre Bleu », permettant d’atténuer les lumières bleues émises par l’écran pour augmenter le confort de lecture sur ce dernier.

Pour terminer, aucun problème de lisibilité en extérieur.

Caméra : Pas mauvaise mais pas si bonne

Pour un téléphone à moins de 150€, la caméra de cet appareil est dans les normes, mais quand on a un téléphone dont le nom, Zenfone 2 Laser, mets l’accent sur l’autofocus, donc, indirectement, sur la photo, c’est un peu normal de vouloir être exigeant.

Mais le modèle ZE500KL troque la caméra de 13 Mégapixels de son grand frère de 5,5″ contre une caméra moins onéreuse de 8 Mégapixels.
Et comme toute caméra d’entrée de gamme sur un téléphone à ce prix, le moindre manque de lumière fait apparaître du bruit sur les clichés.

En extérieur, ça va

En extérieur, ça va

En extérieur, les photos sont acceptables, sans avoir de quoi nous épater, mais sans que le cliché ne soit gâché par un bruit omniprésent.

En intérieur (avec une source de lumière extérieure), le bruit à l’image commence déjà à être visible et la présence ou non du HDR n’y change pas grand chose.

sans le HDR

sans le HDR

Avec le HDR

Avec le HDR

Notons tout de même que, si la situation s’y prête, ce smartphone est équipé d’un flash LED bicolore, ce qui est rare à ce prix. (les photos ci-dessus sont sans flash).

Un mode adapté à la basse luminosité est également présent.
Baissant la résolution des photos à 2 Mégapixels, ce mode permet de capter beaucoup plus de lumière pour des prises de vues sans flash.
Ici aussi, le bruit est bien visible sur le résultat, mais on peut admirer la visibilité du sujet des photos en très basse lumière malgré la résolution plus faible.

Photo prise uniquement avec un éclairage électrique.

La lumière ici ne vient que de l’écran de l’ordinateur et de spots au plafond

La lumière ici ne vient strictement que de l'écran de l'ordinateur

La lumière ici ne vient strictement que de l’écran de l’ordinateur

Toutes ces photos de test ont été prises avec les réglages automatiques mais Asus a le mérite de proposer un mode manuel et beaucoup d’autres présélections.

Les modes photo sont nombreux

Les modes photo sont nombreux

Les 2 modes manquants : Timelapse et ralenti

Les 2 modes manquants au dessus :
Timelapse et ralenti

Côté vidéo, l’appareil est capable de filmer en 1080p à 30 images par seconde, le résultat est plutôt net et fluide, peu ou pas de saccade ni de bruit apparent.

Conclusion

Pour moins de 150€ il n’y a aucun reproche majeur à faire à ce modèle.
Le processeur tient la route, les 2 GB de RAM sont plus que suffisants dans cette gamme de prix, l’écran est bon et la caméra est dans la norme.
Seuls les quelques défauts de ZenUI, du placement des boutons ou du potentiel problème de Wi-Fi cité précédemment viennent légèrement noircir le tableau.Mais on pourra souligner, d’un autre côté, que le rapport caractéristiques/prix est plus que correct et que, contrairement à d’autres constructeurs dans la même gamme de prix, Asus semble prendre soin de ses modèles, notamment en terme de mises à jour.

Un 8/10 bien mérité.
Difficile de trouver mieux, et surtout, mieux supporté, à ce prix.

Point forts :

  • Très bon écran HD
  • Hardware qui tient bien la route…et la charge
  • Prix sous la barre des 150€
  • ZenUI plein de bonnes idées et souvent mis à jour…

Points faibles

  • …mais avec quelques défauts ennuyeux
  • Boutons pouvant être moins sensibles et/ou mieux placés
  • Caméra en retrait malgré l’accent mis sur l’autofocus