Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Coronavirus : le plafond de paiement sans contact passera à 50 euros dès le 11 mai

Il y a quelques jours, nous évoquions la possibilité d’un relèvement des plafonds de paiement sans contact à 50 euros pendant la crise de coronavirus. Nos sources indiquaient que le sujet était sur la table sans toutefois préciser de date de mise en place.

Bruno le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, confirme cette nouvelle mesure. « Les banques françaises ont répondu à l’appel. C’est une bonne nouvelle et une vraie simplification du quotidien pour tous les Français » se félicite-t-il.

À partir du 11 mai

Il faudra toutefois attendre le 11 mai, date du début du déconfinement, pour pouvoir payer sans contact une facture de plus de 30 euros avec votre carte bancaire. Si vous utilisez le paiement mobile, vous disposez déjà d'un plafond plus important. Le gouvernement souhaite ainsi accompagner la réouverture des magasins indique Le Parisien. Initialement, l’augmentation du plafond de paiement sans contact était prévue pour 2021. Mais dans ce contexte de crise sanitaire, les banques et les autorités ont accéléré le processus pour répondre aux besoins des Français.

« Cette mesure est l’aboutissement d’un travail très important depuis plus d’un mois » se félicite Michel Ganzin, président du GIE Cartes bancaires et directeur général adjoint du Crédit Agricole. Même son de cloche du côté de la Fédération française des banques. « La mise en œuvre prouve bien que les banques sont mobilisées de façon continue dans cette crise pour répondre aux besoins de leurs clients », se félicite Frédéric Oudéa.

71 millions de cartes bancaires à mettre à jour

Les banques françaises n’ont pas chômé. Alors que leurs équipes sont en télétravail, elles préparent depuis des semaines la mise à jour de plus d’un million de terminaux de paiement (TPE), de 71 millions de cartes bancaires (compatibles NFC) et d’une centaine de systèmes informatiques. Le président du GIE CB confie :

Parmi les risques encourus, un bug ou des fraudes. Mais le GIE assure qu’il recense 0,02 % de fraudes sur ses paiements sans contact grâce à un « système anti-fraude très efficace ». Bruno le Maire se veut lui aussi rassurant : le risque de fraudes « est maîtrisé ».

Quant à un éventuel bug, le président de la FBF précisait déjà à l’AFP la semaine dernière que l’opération nécessitait une « industrialisation informatique lourde et délicate » ne pouvant « se faire du jour au lendemain, dans la précipitation, sans risquer de déstabiliser un système qui fonctionne bien, surtout dans le contexte délicat de ce coronavirus ».

Un moyen de paiement largement plébiscité

La hausse du plafond de paiement sans contact sonne comme une aubaine. En pleine crise de coronavirus, les Français ont largement adopté cette méthode de paiement afin de limiter au maximum les contacts avec les commerçants. Aujourd’hui, plus d’un quart des paiements par cartes bancaires s’effectuent sans contact. En 2019, cette méthode a grimpé de 56,5 %. Le président du GIE assure que « 70 % des achats en cartes bancaires pourront être effectués sans contact grâce à ce nouveau plafond ».

Pour les Français et pour les commerçants, tout se fera automatiquement. « Les cartes bancaires seront mises à jour à l’occasion d’une opération de paiement ou d’un retrait et/ou par mise à niveau des systèmes informatiques des banques », explique un expert du GIE à nos confrères du Parisien. Pour les commerçants, même topo. Les terminaux se mettront à jour automatiquement dès qu’ils les réactiveront.

En revanche, les banques et les autorités n’envisagent pas de changer les règles pour les commerçants. Si le coût de la mise à jour sera pris en charge par les banques, la commission reste comprise entre 0,45 et 0,65 % selon les montants et volumes de transactions. Le président du GIE CB explique :

Un argument qui ne passe pas auprès de la Confédération des buralistes. Le 4 avril dernier, son Président Philippe Coy dénonçait les surcoûts liés à l’utilisation du paiement sans contact. « Pour moi, ce n’est pas le sujet », répond le président du GIE CB.