Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Une plateforme e-commerce sur WhatsApp : Facebook investit 5,7 milliards de dollars pour ouvrir la voie en Inde

Vu de France, l’investissement de Facebook peut sembler anodin. Pourtant, en prenant 9,99% de participation dans JioPlatforms, branche numérique du conglomérat indien Reliance Industries, l’entreprise de Mark Zuckerberg scelle un partenariat inédit sur le marché.

Avec cet investissement, Facebook devient le premier actionnaire minoritaire de Jio Platforms qui propose une flopée de services digitaux. Streaming audio, télévision, services internet, forfaits mobiles 4G, services de paiement et plus récemment e-commerce, voilà un florilège de ses talents. Et ce sont ces deux derniers segments qui intéressent particulièrement Facebook pour générer plus de revenus.

Une nouvelle plateforme e-commerce dans WhatsApp

En difficulté en Europe et aux États-Unis suite à l’affaire Cambridge Analytica, Facebook a essuyé quelques revers pour imposer son service de paiement en Inde. Grâce à ce partenariat, il renforce sa position sur le marché indien et compte bien intégrer un service de paiement sur WhatsApp qui compte 400 millions d’utilisateurs en Inde.

Surtout, Facebook peut compter sur les 380 millions d’abonnés mobile à Jio ainsi que sur la plateforme JioMart. Combinés à WhatsApp, ces services promettent une croissance inespérée pour l’américain. Dans un communiqué, Facebook déclare :

Soutien fort de l’entreprise américaine, Mukesh Ambani (PDG de Reliance Technologies et proche du premier ministre indien) se félicite de ce partenariat. Il déclare :

Bingo ! Ce partenariat assure donc à Facebook des jours meilleurs en Inde. Pour Reliance Technologies, les 5,17 milliards de dollars de participation permettront d’essuyer une partie de sa dette s’élevant à 22 milliards de dollars. Pour les utilisateurs, ce partenariat devrait se matérialiser par de nouvelles fonctionnalités directement intégrées à WhatsApp avec le risque que l’application de messagerie ressemble de plus en plus à Facebook Messenger, pour le meilleur et pour le pire.