Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Raspberry Pi dévoile son Pico, un microcontrôleur aux usages multiples et au prix mini

« Il semble que toutes les entreprises ayant un nom de fruit fabriquent leurs propres puces en ce moment, nous ne faisons pas exception », c’est ce qu’on lit dans le communiqué de Raspberry Pi pour l’annonce, entre autres, de son Pico. Ce microcontrôleur est en effet basé sur une puce RP2040 conçue en interne par la fondation et devrait permettre de mener à bien certains travaux sur lesquels les Raspberry Pi 4 ou Zero (notamment) affichaient leurs limites, forçant les utilisateurs et industriels à y associer un microcontrôleur tiers.

De son propre aveu, la Raspberry Pi Foundation n’avait pas trouvé de solution pour fabriquer un microcontrôleur adapté à son univers et ses clients. Passer par la création d’une puce en interne aura permis de passer ce cap... et de donner naissance au petit Pico.

Un microcontrôleur touche à tout ?

Le Pico est donc le premier microcontrôleur de Raspberry Pi. Il vise à satisfaire les utilisateurs cherchant une carte autonome pour des projets de développement deep-embedded ou souhaitant simplement le coupler à l’un des ordinateurs monocarte Raspberry Pi. Ce nouveau produit peut aussi servir à des fins d’apprentissage pour les personnes souhaitant simplement apprendre comment utiliser un microcontrôleur.

https://twitter.com/Raspberry_Pi/status/1352148979870478337

Le Pico associe sa puce RP2040 à 2 Mo de mémoire flash et à une puce d’alimentation supportant les tensions comprises entre 1,8 et 5,5 V, précise Raspberry Pi. Le Pico peut donc être alimenté via diverses sources d’énergie. Il pourra par exemple se contenter de trois piles AA montées en série ou d’une unique pile au lithium-ion.

Le premier microcontrôleur de Raspberry Pi embarque pour le reste un unique bouton (utilisable pour passer en stockage de masse USB au démarrage ou comme entrée générale) et une LED. On y trouve 26 des 30 broches GPIO du RP2040, lit-on, dont trois de ses quatre entrées analogiques. Au travers de fiches de 0,1 pouce, il sera enfin possible de souder des éléments au Pico ou de le souder lui-même à une carte porteuse, par exemple.

Raspberry Pi, qui souhaite proposer ce produit tant aux particuliers qu’aux industriels, indique que les acheteurs en masse pourront commander des Pico pré-enroulées (comme illustré ci-dessus). Pour les particuliers, le Pico profite d’une documentation déjà touffue, permettant de faire ses premiers pas avec un microcontrôleur. Ces ressources sont disponibles à cette adresse.