Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Pour avoir menti sur son chiffrement, Zoom pourrait payer 85 millions de dollars

Avec le confinement, Zoom est devenu du jour au lendemain un acteur très connu du grand public quand il a été question d’organiser des visioconférences. Et la société commence à découvrir en partie la rançon du succès en étant amenée à accepter de payer 85 millions de dollars pour s’empêcher un procès.

Cela reste une somme, même pour l’entreprise américaine. Zoom a vu ses revenus annuels quadrupler en 2020, passant de 622,7 millions de dollars à 2,7 milliards. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Le premier trimestre 2021 de Zoom affichait des revenus de 956 millions, soit plus qu’en une année dans le monde d’avant. Côté bénéfices, le premier trimestre a rapporté 227 millions de dollars. On comprend donc que les 85 millions qui pourront être payés ne sont pas une pacotille.

Que reproche-t-on à Zoom ?

Malgré son succès fulgurant, l’histoire récente de la société californienne n’est pas qu’un long fleuve tranquille. En mai dernier, une class action (une plainte collective) a été déposée contre elle, lui reprochant d’avoir menti en promettant le chiffrement de bout en bout à ses utilisateurs.

Or, d’après la plainte, Zoom pouvait tout de même accéder aux données vidéo et audio échangées. Il ne s’agissait donc pas d’un chiffrement de bout en bout, utilisé par des services comme Signal par exemple.

Autre reproche fait au service selon la plainte : les utilisateurs n’auraient pas été mis au courant du fait que Zoom collectait des données sur eux pour les vendre à des sociétés tierces comme Facebook et Google.

Pourquoi cette somme ?

Zoom devrait donc payer 85 millions de dollars dans le cadre d’un accord à l’amiable, en échange duquel il n’y aurait pas de procès sur ces sujets. Il faut simplement que le tribunal accepte cet accord.

Cette somme représente environ 15 dollars par utilisateur non abonnés au service payant et 25 dollars pour ceux qui se sont abonnés. Certains plaignants demandent en outre 5000 dollars chacun. Si la cour valide l’accord, les avocats récupéreront 25 % des 85 millions de dollars, en plus de 200 000 dollars de frais.

Bien entendu, Zoom ne se contenterait pas de payer, et l’entreprise promet d’améliorer ses pratiques en matière de sécurité et de vie privée.