Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Condamné pour pratiques anticoncurrentielles, Qualcomm contre-attaque contre la FTC

Le 22 mai dernier, Qualcomm était jugé coupable d'abus de position dominante dans le cadre de la conception de puces pour smartphones. Le fabricant des processeurs Snapdragon a finalement répondu mercredi soir et a indiqué qu'il allait faire appel de la décision.

Aux États-Unis, c'est une guerre juridique qui s'est lancée il y a deux ans entre Qualcomm, le fabricant de modems et de SOCs pour smartphones, et la commission américaine du commerce, la FTC. La seconde a en effet poursuivi Qualcomm en justice, l'accusant de « tactiques anti-compétitives pour maintenir son monopole ». Le 21 mai dernier, la cour fédérale de Californie a finalement donné raison à la FTC, forçant Qualcomm à renégocier ses accords de licences avec les constructeurs de smartphones.

Une décision avec laquelle l'équipementier n'est pas d'accord. Ce mercredi, Qualcomm a en effet publié une page sur son site Internet afin de répondre point par point au jugement rendu par la cour californienne et aux accusations de la FTC.

« Le modèle de licence promeut la compétition dans l'industrie des puces mobiles »

Qualcomm a ainsi fait part de sa décision d'interjeter appel et conteste fortement la décision : « Dès le départ, l'affaire de la FTC a été indubitablement défectueuse, manquant de toute théorie plausible d'atteinte à la concurrence ». Selon Qualcomm, « les constructeurs d'appareils mobiles ont témoigné à plusieurs reprises que Qualcomm avait les meilleures puces disponibles, et même Intel a indiqué que la R&D de Qualcomm rythmait l'innovation sur mobile ».

Qualcomm rappelle par ailleurs avoir investi au total 57 milliards de dollars en recherche et développement, avoir déposé 130 000 brevets et avoir des puces utilisées sur 11 milliards d'appareils mobiles dans le monde. C'est justement cette position dominante et son modèle économique, qui fait payer aux constructeurs une licence d'utilisation sur les puces Qualcomm, qui a été remise en question par la cour fédérale. Une critique que Qualcomm n'entend pas : « Contrairement aux allégations de la FTC, le modèle de licence de Qualcomm promeut -- et n'affaiblit pas -- la compétition dans l'industrie des puces mobiles, et plus largement l'industrie mobile dans son ensemble en ressort plus vigoureuse et plus compétitive ».

https://www.frandroid.com/culture-tech/juridique/405927_qualcomm-est-accuse-de-pratiques-anticoncurrentielles-aux-etats-unis