Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Nokia/HMD : une progression à confirmer en 2019

Un an après un Mobile World Congress 2018 réussi, Nokia/HMD présente un Nokia 9 PureView peut être un peu effacé par les annonces fracassantes en matière de 5G ou de téléphones pliables. Pourtant, la marque revendique une belle progression sur 2018. Le smartphone aux 5 capteurs photo peut-il confirmer la tendance ?

Un retour sous le signe d'Android One

En 2018, Nokia/HMD réalisait un MWC remarquable. La marque mythique finlandaise poussée par HMD Global avait-elle sorti le premier smartphone pliable ? Révolutionné le monde de la mobilité avec un produit jamais vu ? Non, juste annoncé une salve cohérente de terminaux d’entrée ou milieu de gamme, tous basés sur l’initiative Android One, et déjà précédés d’une bonne réputation en matière de réactivité et de légèreté des mises à jour.

Et comme on le disait à l’époque, on se réjouissait de retrouver une marque à la fois conforme à nos valeurs et que l’on pouvait conseiller à nos proches en quête d'un téléphone pas trop cher, pas blindé de bloatwares et dont le support ne va pas être coupé au bout d’un an. Les Nokia 6.1, 7 Plus ou 8 Sirocco n’étaient pas des smartphones exceptionnels, loin de là. Le Nokia 8 Sirocco nous paraissait même être une sorte de modèle de transition avant un vrai nouveau haut de gamme. Mais on se disait qu’on avait quelque chose qui ressemblait au Motorola de la période Google.

Nokia 9 Pure View: 5 capteurs d'avance ou un train de retard

Pour être tout à fait honnête, la suite m’a personnellement un peu déconcerté, et rappelé l’espèce de dilution qui s’est justement produite chez Motorola après son rachat par Lenovo. De plus en plus de modèles à la numérotation parfois confuse (le Nokia 8.1 qui prend la suite du Nokia 7 Plus, par exemple), une application pas toujours heureuse des modes du moment comme les encoches avec un « menton » qui prend malgré tout ses aises pour afficher le logo de la marque… Et ce Nokia 9 Pureview qui paraît déjà vieux avant sa sortie tant on en parle depuis longtemps.

Cela n’est pas qu’une impression. Sa fiche technique, et notamment son processeur Snapdragon 845 trahit une conception qui a pris du temps. Et on verra en pratique si son ambitieuse couche photo à base de 5 capteurs méritait un investissement aussi long. Le fantôme du précédent « Pureview », le Lumia 1020 (cœur sur lui), nous revient. Oui les photos étaient belles, bien que lentes à enregistrer. Mais le monde de la mobilité avance tellement vite que l'avantage concurrentiel était finalement assez mince face à Samsung ou Apple qui faisaient d'énormes progrès sur la photo à la même époque.

Dans le top 10 mais loin du podium

Toujours est-il que sans être le smartphone haut de gamme de l’année, le Nokia 9 PureView est important. C’est un vaisseau amiral sous Android One, et c’est suffisamment rare pour être salué. D’une manière générale, Nokia/HMD est sans aucun doute le supporter le plus fidèle et constant de l’initiative de Google qui, malgré ses défauts, apporte des garanties non négligeables pour les consommateurs, même les moins fortunés.

Et, signe plutôt encourageant au moins sur le papier, les efforts de Nokia semblent porter leurs fruits. Il y a un an, le constructeur était aux portes du Top 10. Il y figure aujourd’hui, avec des ventes triplées en 2018. Il faut tout de même nuancer cette réussite. 2018 a également vu Xiaomi étendre sa présence en Europe et notamment en France, et la concurrence de modèles comme la gamme Redmi Note ou l’impressionnant Mi 9 sous la barre des 500 euros est rude. Et tripler ses ventes ne lui permet malgré tout que d'écouler 15 millions de smartphones. Nokia/HMD a néanmoins un atout : une belle marque à l’image bien préservée pour le moment. Espérons que ça suffise pour transformer l’essai en 2019.