Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du HTC U Ultra : double écran et performances au top, mais…

Le HTC U Ultra est la nouvelle phablette de HTC, qui vient succéder au HTC 10, mais sans vraiment le remplacer, puisqu'un autre flagship est prévu pour 2017. Le Taïwanais mise beaucoup sur ce flagship pour la première partie de l'année 2017, mais vaut-il vraiment les 799 euros demandés par HTC ? Réponse dans notre test complet !

HTC ne va toujours pas bien financièrement. Les résultats du Taïwanais sur le quatrième trimestre 2016 étaient toujours mauvais, malgré une petite embellie. Cependant, malgré les difficultés, l'entreprise ne chavire pas et semble prête à en découdre jusqu'au bout pour éviter le naufrage, survivre à la tempête et lever les voiles pour conquérir de nouveaux horizons.

Sauf que pour atteindre ce futur bien utopiste, HTC doit prouver qu'il est capable de tenir son statut de pionnier et de proposer des produits de qualité. C'était clairement l'intention de la marque au moment de dévoiler ses HTC U Play et U Ultra. Nous avons eu l'occasion de mettre la main sur le second pour savoir ce que cette phablette valait vraiment.

Et la première chose qu'il faut souligner, c'est que sur ses caractéristiques, le HTC U Ultra se situe en haut du panier.

Fiche technique

Test vidéo

Un beau design, mais trop salissant

Le HTC U Ultra donne l'impression d'être immense dans la paume sans être particulièrement épais. Quoique, il fait tout de même 7,99 millimètres d'épaisseur, mais grâce à des bords bien travaillés, on ne le ressent pas trop.

Sur la face avant, le téléphone est réussi sur le plan esthétique. L'écran occupe une très grande partie de la surface et peut donner la fausse impression d'être sans bordure. Quand le téléphone est éteint, il est assez difficile de voir où l'écran s'arrête puisque les bords sont d'un noir parfait.

Seul le capteur photo frontal rompt (très) légèrement avec cette homogénéité et se glisse à gauche de la barre d'écran supplémentaire sur laquelle nous reviendrons plus tard dans ce test. Même le lecteur d'empreintes se fait discret puisqu'il se distingue seulement par un léger renfoncement, le bouton ne changeant pas de couleur et n'étant pas entouré d'une petite charnière en aluminium comme le font certains fabricants.

Sur le dos en verre, on retrouve cette même impression d'homogénéité, mais elle est moins marquée à cause de l'appareil photo assez gros dont la forme carrée dépasse un petit peu en relief. Cela perturbe un petit peu l'esthétisme, mais seules les personnes les plus exigeantes y verront un réel inconvénient. En outre, quand on pose le HTC U Ultra sur le dos, on peut l'utiliser sans ressentir le déséquilibre provoqué par le capteur photo qui dépasse... Sauf si l'on appuie comme un bourrin sur les touches, le terminal se met à vaciller.

Par contre, le très grand désavantage de cette phablette, c'est qu'elle se salit très vite. Trop vite. Extrêmement vite. Après l'avoir pris en main juste une petite fois, le dos était déjà marqué par des traces de doigts très disgracieux. Certes, vous pourrez toujours rajouter une coque par dessus (fournie dans la boîte), mais le téléphone est déjà imposant. Pas besoin de le grossir encore plus. Les traces sont si visibles qu'elles gâchent vraiment la belle impression que donne le HTC U Ultra au premier abord.

En ce qui concerne les boutons, ils sont capacitifs et sont placés un peu trop bas. Si vous n'activez pas le rétroéclairage permanent, vous aurez du mal à les trouver, d'autant plus qu'ils sont vraiment petits, perdus dans une surface trop grande. Les contrôles du volume sont situés sur la tranche droite, réunis en un seul et unique bouton longiforme. Au-dessous, on trouve la touche de déverrouillage. Celle-ci est striée afin de la distinguer facilement.

En bas, le connecteur USB Type-C se tient à droite du haut-parleur. En haut, vous trouverez le tiroir SIM et microSD. Quant à la prise jack, elle ne fait partie du voyage sur ce modèle. À vous de voir si vous en vouliez ou non.

Des couleurs réglables et un contraste décevant

Il ne fait pas très beau actuellement par chez nous :on a eu droit à quelques beaux ciels bleus récemment, mais pas à un vrai soleil éclatant. Ainsi, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de voir ce que donnait l'écran LCD en QHD (2560 x 1440 pixels) de 5,7 pouces dans un environnement très éclairé.

Dans le ressenti, l'expérience proposée m'a paru assez convenable, même si avec une température de 7 500°K, l'écran affiche un peu trop de bleu. Mais ce détail peut être facilement réglé dans les paramètres du téléphone. On note toutefois que l'angle de vision reste un peu mauvais.

D'après notre sonde, la luminosité maximale est de 480 cd/m² — ce qui reste correct, mais n'est pas excellent du tout —, mais le contraste n'est que de 850:1. Sur le papier, ces résultats sont décevants pour un flagship annoncé en grande pompe. La frustration est grande pour un écran aussi large.

Un écran secondaire très pratique

En apprenant que j'allais me servir du U Ultra, j'anticipais déjà le fait de pouvoir utiliser HTC Sense Companion, l'assistant intelligent conçu par HTC et qui s'inscrit dans la même veine que Google Assistant. Mais, malheureusement, le téléphone n'étant pas encore sorti, nous avons pu utiliser une version de test uniquement, sans la fameuse intelligence artificielle nourrie par le deep learning.

Donc finalement, on a droit à une combinaison de l'interface maison Sense et d'Android 7.0 Nougat. Celle-ci est assez intuitive à prendre en main. Le panneau de notifications est très classique, tandis que l'agencement des tuiles de raccourcis se personnalise facilement par le biais de l'icône en forme de stylet.

Globalement, l'expérience semble assez sobre, mais un petit tour dans les paramètres permet de se rendre compte qu'un bon nombre de personnalisations sont disponibles. Déjà, il est possible d'activer le Double Tap pour pouvoir réveiller le téléphone en appuyant deux fois sur l'écran. Le U Ultra propose également des raccourcis pour accéder rapidement à l'appareil photo ou pour déverrouiller l'appareil en glissant le doigt sur l'écran.

Ces petites fonctionnalités sont plutôt pratiques et bien appréciables. On note également la présence de Boost+ pour nettoyer le téléphone — mais il ne faut pas abuser de cette option – et de USonic, une plateforme qui analyse la structure interne des oreilles par le biais des écouteurs pour optimiser l'expérience d'écoute. Nous parlions déjà de ce service dans notre test du HTC 10. La plateforme fonctionne plus ou moins bien, mais le résultat n'est pas éblouissant, même si le son parait effectivement un peu plus fort.

Nous avons également pu apprécier à loisir l'ingéniosité de l'écran secondaire du HTC U Ultra. Il a une diagonale de 2,05 pouces pour une définition de 160 x 1 040 pixels. Situé au-dessus de l'écran principal, celui affiche la barre d'état classique, que l'on retrouve sur tous les smartphones.

Mais il ne se contente pas uniquement de cela. Cette barre supplémentaire permet aussi d'accéder rapidement à vos contacts les plus utilisés ou encore de créer des raccourcis vers des applications. C'est très simple à prendre en main et il s'agit d'un vrai plus pour l'utilisateur. D'autant plus qu'en le paramétrant correctement, vous pouvez l'activer sans allumer l'écran principal. Il vous suffira simplement de soulever votre téléphone ou d'appuyer deux fois sur l'écran secondaire pour le réveiller.

On a voulu savoir comment fonctionnait exactement ce double écran un peu intrigant. En effet, le U Ultra ne bénéficie pas de l'AMOLED, mais ses deux écrans utilisent une seule et unique dalle LCD. Dès lors, il aurait été intéressant de savoir comment est géré le rétroéclairage qui permet de n'afficher que l'écran secondaire. Cependant, une représentante de HTC a avoué ne pas pouvoir répondre à notre question. Pour l'instant, nous ignorons donc le fonctionnement exact de ces affichages.

Avant de conclure la partie logicielle, rappelons que HTC Sense Companion qui promet de toujours apprendre, chaque jour, pour répondre au mieux à nos besoins. À titre d'exemples, le fabricant précise sur son site qu'il suffit juste d'une commande vocale pour prendre ou rejeter un appel ou envoyer un message.

Des photos fidèles à la réalité

Le capteur de 12 MP à l’arrière est plutôt bon et dispose notamment d’une excellente ouverture de f/1.8. Ainsi, dans de bonnes conditions, les photos bénéficient de couleurs fidèles à la réalité avec une bonne balance des blancs. Quant aux niveaux des détails, il est satisfaisant, mais les clichés ont tendance à être un peu flous sur les bords.

Faites tout de même attention à ne pas trop bouger malgré le stabilisateur optique dont bénéficie le capteur. J'étais accroupi en prenant la photo de chat ci-dessous et j'étais par conséquent un peu moins stable sur mes appuis. Ainsi, l'image est donc un peu moins nette que prévu, la mise au point ayant été faite sur le museau de l'animal.

Pour les photos de nuit, on remarque un peu de bruit sur les images, mais la qualité reste tout de même assez bonne avec notamment de belles couleurs affichées. Si l'on en croit HTC, cette bonne performance est due à UltraPixel, une solution maison qui combine plusieurs photosites afin d'augmenter la sensibilité du capteur. Autrement dit, l’appareil photo de capter plus de lumière et se révèle plus pratique dans les environnements à faible luminosité.

Enfin, la définition du capteur frontal est plus élevée et atteint les 16 MP. La qualité des selfies est plus que correcte et affiche un bon niveau de détails pour un égoportrait, sans être époustouflante.  Ce capteur bénéficie aussi d'un mode UltraPixel.

Un Snapdragon 821 au top

En termes de performances, c'est un vrai plaisir de jouer sur un écran aussi large et avec une définition aussi élevée. Je n'ai ressenti aucun ralentissement pendant les parties de jeux vidéo, même pendant les sessions très longues. On note cependant que le Snapdragon 821 cadencé à 2,15 GHz chauffe un petit peu quand il est poussé à bout. La température monte carrément en flèche quand il enchaîne jeux vidéo gourmands et charge rapide.

Dans l'ensemble, les benchmarks confirment cette impression personnelle globalement positive avec des résultats tantôt meilleurs, tantôt inférieurs à ceux du très bon Huawei Mate 9. Par rapport au HTC 10, hormis un résultat étonnamment moins bon sur AnTuTu, le U Ultra montre qu'il propose de meilleures performances que le smartphone de 2016.

Pour le moment, nous n'avons pas pu lancer notre protocole de test complet qui inclut GameBench (sur Real Racing 3 et Hitman Sniper) à cause d'une incompatibilité. Nous tenterons de revenir dessus dans les jours à venir.

Une bonne endurance, mais loin de l'excellence

La batterie du HTC U Ultra a une capacité de 3 000 mAh. Celle-ci permet de tenir aisément pendant une journée et demie en utilisation intensive sans être rechargée. Pour qu'elle tienne plus longtemps, vous devrez modérer votre utilisation. Personnellement, j'ai été satisfait par son endurance.

Pendant notre test d'autonomie qui consiste à lancer une vidéo YouTube pendant une heure après avoir réglé l'écran à 200 cd/m², la phablette a perdu 13 % de sa batterie. Il s'agit d'un résultat correct qui se situe dans une bonne moyenne. On est cependant loin des sommets occupés par les smartphones les plus autonomes qui peuvent parfois perdre moins de 10 % d'autonomie sur le même exercice.

Il est important de souligner que le HTC U Ultra bénéficie de la recharge rapide Quick Charge 3.0.

Réseau et communication

RAS. Rien à signaler. Que ce soit pour la qualité des appels, l'accessibilité aux réseaux 4G ou le GPS, tout fonctionne comme sur des roulettes. D'autant plus que le HTC U Ultra est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises.

Prix et disponibilité

Selon le site de HTC, les premières livraisons seront expédiées le 1er mars 2017. Pour vous le procurer, vous devrez débourser 799 euros. Sachez également que le smartphone se décline en deux coloris : noir et bleu (il existe également un modèle en blanc, mais celui-ci ne semble pas disponible en France).