Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Plusieurs milliards de perte, un revers pour Amazon qui ne connaissait pas la crise

C'est la saison des rapports financiers, et voilà une surprise : Amazon a enregistré sa première perte trimestrielle depuis 2015. Comme le groupe américain l'a annoncé le 28 avril 2022 après la clôture des marchés à New York, la perte s'est élevée à 3,8 milliards de dollars américains (3,43 milliards d'euros). Il y a un an, sur la même période, Amazon enregistrait 8,1 milliards de dollars de bénéfices.

Que s'est-il passé ?

On ne parle pas ici de cailloux dans la chaussure, le modèle Amazon souffre de plusieurs maux. Premièrement, Amazon comptabilise une perte de valeur de 7,6 milliards de dollars sur son investissement en actions dans Rivian Automotive, un des rivaux de Tesla. Pour cause de multiples retards, les actions Rivian ont perdu plus de la moitié de leur valeur au premier trimestre 2022, ce qui a obligé Amazon à réduire considérablement sa participation dans la startup de voitures électriques.

Mais les pertes d'Amazon ne s'expliquent pas uniquement par cette dépréciation. Le ralentissement des dépenses en ligne est réel et généralisé. Après plusieurs mois d'euphorie sur le marché de la vente en ligne depuis le début de la pandémie de Covid-19, mars 2022 est le premier mois à afficher une baisse des ventes en ligne au niveau mondial. Amazon n'en parle pas directement, mais Mastercard l'a confirmé en mettant en ligne quelques données liées au suivi des dépenses effectuées sur le réseau de paiement par carte bancaire.

S'il est clair qu'Amazon a profité de la crise pendant la pandémie de Covid-19, car les personnes confinées se sont tournées massivement vers Internet pour acheter ce dont elles avaient besoin, cette croissance a désormais ralenti, car les personnes vaccinées se sentent plus à l'aise de sortir dans un monde où tous les magasins ont rouvert. De plus, la guerre en Ukraine a entraîné des augmentations importantes de l'énergie et donc du transport.

Amazon fait face à la pression de l'inflation, aux problèmes de chaîne d'approvisionnement et aux pénuries de main-d'œuvre. Malgré, l'augmentation du prix de l'abonnement Prime aux États-Unis, ainsi que l'augmentation de 5 % des frais facturés aux vendeurs tiers qui utilisent ses services d'expédition et de stockage, cela n'a pas suffi pour éviter les pertes élevées du dernier trimestre.

Ajoutons à ce contexte le fait que l'entreprise fait face à une poussée croissante de syndicalisation aux États-Unis. Pour rappel, les employés ont voté en faveur de leur représentation par un syndicat indépendant, contre lequel s'est vivement battu Amazon, qui a toujours réussi jusqu'à présent à tuer dans l'œuf les velléités syndicales. Amazon estime que le petit groupe de syndicalistes a « menacé » les employés de son entrepôt pour les forcer à voter en faveur de la création d’un syndicat. Une deuxième élection syndicale est en cours dans un entrepôt à Staten Island, à New York.