Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Une console de jeu à venir chez Apple ? La nouvelle rumeur folle

Après le rachat fou d’Activision Blizzard par Microsoft, à qui le tour de faire trembler le monde du jeu vidéo ? Et pourquoi pas Apple. La guerre des géants semble bel et bien lancée et elle paraît passer à un niveau supérieur. Microsoft ne cache pas que ses nouveaux concurrents ne sont plus Nintendo ou Sony, mais plutôt les Facebook, Amazon, Google… et peut-être même Apple.

Ce dernier a tenté une incursion dans le milieu du jeu vidéo récemment avec Apple Arcade qui poursuit son intéressant chemin loin des spotlights. Mais la firme de Cupertino n’en est pas à ses premiers pas dans le secteur et nourrit un ambitieux projet depuis fort longtemps.

Des ingénieurs Xbox approchés par Apple

Dans son podcast, Jez Corden, journaliste chez Windows Central, a expliqué avoir eu écho qu’Apple avait approché des ingénieurs de Xbox « pour fabriquer sa propre console. » « Je ne sais pas s’il s’agit de réalité virtuelle, de métavers ou quelque chose dans ce genre-là », tempère-t-il cependant en ajoutant qu’il n’a pas non plus de source forte ni document ou photo à l’appui. « C’est juste quelque chose que j’ai entendu, je ne sais pas si ça se concrétisera ou même s’ils l’ont déjà annulé. »

En soi, ce n’est pas une nouvelle lubie pour Apple. Il faut remonter à 1996 pour trouver trace d’une première tentative frappée d’une pomme dans le jeu vidéo. La Pippin est une console conçue par Apple et Bandai pour venir concurrencer la Sega Saturn, la Nintendo 64 et même une petite dernière qui secoue le marché, la PlayStation. Mais ce sera un fiasco.

Pourtant, l’idée n’était pas mauvaise : une console multimédia avant l’heure avec un processeur de Macintosh, des entrées et sorties audio, capable de proposer du jeu vidéo, mais aussi de la navigation sur Internet ou la possibilité de programmer des jeux en java. Cependant, le résultat était trop léger pour une console (peu de jeux) et pas assez puissant pour un ordinateur, le tout pour plus de 620 dollars (environ 550 euros HT), une fortune à l’époque. Bandai arrêtera même la commercialisation dès la mi-1997.

Le boîtier multimédia Apple TV new look relancée en 2015, avec du stockage plus important, un processeur plus rapide et un App Store dédié, avait également été intronisée pour servir aussi de console de jeux potentielle. Même concept multifonctions en vue. Mais l’aspect vidéoludique n’a jamais été réellement poussé. La télécommande qui devait se muer en manette façon Wii ne s’avérera jamais ergonomique ni facile à appréhender pour beaucoup de jeux, avec un catalogue alors famélique.

Le casque VR en toile de fond ?

C’est finalement l’arrivée d’Apple Arcade en 2019 qui marque le plus sérieux pas d’Apple dans le domaine du jeu vidéo. Après un démarrage en demi-teinte, le catalogue s’enrichit au fil des mois, des éditeurs de renom viennent de plus en plus proposer des titres, les manettes des principales consoles sont compatibles, et la volonté d’un service familial large est respectée. Ici, pas de jeux de tir, de survival-horror ou autres jeux violents en vue. Apple tient sa force d’une offre carrée techniquement et peut se targuer d’un service présent sur plusieurs plateformes de son écosystème (iPhone, iPad, Mac, Apple TV, etc.).

Apple a-t-il véritablement besoin d’une console ? Clairement pas en l’état. Si l’entreprise californienne est allée tenter de débaucher des ingénieurs de Xbox, c’est sans doute davantage pour travailler sur son fameux projet de casque de réalité virtuelle, promis comme une porte d’entrée vers différents domaines et le fameux métavers qui fait tant frémir les géants de la Tech. Alors, pourquoi pas le jeu vidéo ? Encore faut-il avoir le système d’exploitation qui le permette et éventuellement connaître les codes du jeu vidéo pour parfaire le tout. Microsoft et Xbox l'ont, Apple un peu moins. Sans contenu, le contenant ne sert à rien et inversement.

Comme pour Google avec Stadia et un temps Amazon Gaming Studios avant de recadrer le tir, les ratés ont souvent été à ce niveau, comprendre les règles de l’industrie et ne pas venir en terrain conquis en pensant qu’être un ténor de la Tech suffit à tout écraser. Faire des smartphones ou des jeux vidéo reste deux choses totalement opposées dans leur approche et leur mentalité.

Concevoir une offre gaming autour d'un produit

Avec un marché du jeu vidéo qui représente des milliards de dollars, il est certain que le potentiel de nouveaux utilisateurs à capter est attirant et vaut l'investissement. Apple a de plus sérieux atouts à faire valoir si l’envie lui prend de se jeter un peu plus dans le jeu vidéo : des fonds vertigineux pour des projets ou des recrutements ambitieux, la patience nécessaire pour ne pas lancer un produit qui ne soit pas fini, un savoir-faire technologique, des serveurs, du cloud et une communauté forte de fans à l’affût des nouveautés.

Il lui manque désormais à savoir se concocter un support matériel plus adapté et à hériter de contenus spécifiques plus costauds pour séduire que de simples jeux de l’App Store refagotés pour de la VR.

En cela, les talents gaming de Microsoft l’intéressent à défaut de racheter des studios dont Apple ne saurait quoi faire sur le long terme. Un bon support, casque ou autre, la sécurité statutaire de l’entreprise et les studios se presseraient d’eux-mêmes pour proposer du contenu sur un nouveau produit signé Apple même à des tarifs délirants. En cela, la marque à la pomme pourrait être un sérieux challenger pour Microsoft ou encore Tencent, l’ogre en devenir.

https://www.frandroid.com/produits-android/console/console-de-jeux/1176107_bye-bye-2021-les-16-jeux-video-quon-vous-conseille-de-garder-en-tete