Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Apple obtient un brevet pour... un toit ouvrant de voiture

En Tech comme ailleurs, faire breveter ces inventions est devenu primordial. Le nerf de la guerre même. Alors les entreprises en déposent à tout-va auprès des différents organismes à travers le monde. Et à ce jeu-là, Apple n’est pas le dernier à y aller bon train.

Parmi les multiples demandes de brevet déposées par la marque à la pomme, l’un obtenu récemment peut laisser perplexe. L’USPTO, Office américain des brevets et marques, a accordé un brevet pour… un toit ouvrant de voiture.

Un toit filtrant la lumière et pouvant s’ouvrir

On pensait le projet Titan à l’abandon, il n’en est peut-être définitivement rien. Le toit ouvrant breveté par Apple proposerait un verre à opacité variable, ce qui signifie que le conducteur aurait toute liberté de moduler la transparence selon son confort.

Cela n’est cependant pas tout à fait nouveau comme technologie et certaines voitures en sont déjà équipées. Là où Apple apporterait une différence, c’est que cela serait possible sur un toit pouvant s’ouvrir, alors que les modèles actuels ont un toit fixe. Il serait donc possible de choisir l’entrée de lumière, avec ou sans toit ouvert.

En 2018, la firme de Cupertino avait déjà obtenu un brevet pour un système de rails permettant une ouverture très large du toit, ainsi qu’un brevet pour un retour haptique dans le siège de l’habitacle qui permettrait « un système d’assise dynamique » grâce à l’ordinateur de bord.

Cela tend surtout à confirmer qu’Apple poursuit ses avancées sur son projet de voiture, au-delà des simples ajouts pour le système Car Play. On évoque une voiture autonome tout autant que des partenariats avec des constructeurs automobiles de renom. Une chose est sûre : l’arrivée d’un véhicule estampillé va encore se faire attendre quelques années. Ou jamais.