Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de l'iPhone SE, le meilleur smartphone de petite taille ?

L'iPhone SE, cet ovni. Un smartphone qu'Apple a présenté comme son appareil le moins onéreux, mais aussi dédié à ceux qui ne veulent plus s'encombrer de "grands" smartphones, puisque les iDevices montent désormais jusqu'à des diagonales de 5,5 pouces. Ce modèle de 4 pouces s'invite dans un univers mobile où les petits téléphones ont pratiquement disparu, ce qui laisse l'iPhone SE sans concurrence, ou presque. Faut-il pour autant, pour un féru d'androphones, céder aux sirènes du dernier-né d'Apple ? Nous avons choisi de le tester comme nous l'aurions fait pour n'importe quel terminal sous Android, histoire d'en avoir le cœur net.

Caractéristiques techniques

Design

Que l'on aime la pomme ou pas, on ne peut que lui concéder la réussite que constitue le boîtier de cet iPhone 5s - ou plutôt iPhone SE. La qualité des matériaux est au rendez-vous, c'est indéniable, puisque l'on a ici affaire à un boîtier métallique à l'apparence solide, et dont l'assemblage est impeccable. Le format est parfait pour les grandes comme les petites mains (123,8 × 58,6 × 7,6 mm), c'est un poids plume de 113 grammes et il rentrera sans peine dans la poche d'un pantalon, cela va sans dire. On apprécie également le fait que cet iPhone soit proposé en quatre coloris métallisés et réussis : rose pâle, doré, argenté et noir. On a donc un peu plus le choix qu'à l'époque de l'iPhone 5s.

Voilà pour les qualités. Car ne nous leurrons pas, tout n'est pas parfait. D'abord, parce que la finesse de départ assurée par le téléphone est contrebalancée par l'obligation d'utiliser un étui de protection qu'il vaut mieux acheter pour éviter l'usure de la coque dorsale - les propriétaires d'iPhone 5s savent de quoi je parle - mais aussi apporter un peu de confort à la prise en main du téléphone. Car s'il conserve les bons côtés de l'iPhone 5s, l'iPhone SE souffre de ses travers.  Les bordures sont coupantes, et à l'heure des écrans 2,5D, le SE se contente d'une vitre plate bien peu agréable sous le doigt. Avec cette coque, la différence de taille avec un Sony Xperia Z5 Compact (127,3 × 64,7 × 8,99 mm) n'est pratiquement plus d'actualité. Ce que l'on retiendra en tout cas, c'est que l'écart de format entre les deux smartphones est bien maigre, quand l'écran du deuxième mesure tout de même 0,6 pouce de plus que celui de l'iPhone SE. À l'usage, la différence se ressent tout de même largement.

En vérité, ce que l'on retiendra de cet iPhone SE, c'est qu'il tente de remettre au goût du jour un format obsolète chez les smartphones concurrents. Il s'autorise donc un manque flagrant d'efforts (ce bouton Power mal placé sur sa tranche supérieure, ces tranches coupantes, ces larges bordures d'écran...) dommageable au regard de son prix somme toute élevé, puisque concrètement, il n'a aucun rival menaçant. Mais comme il lui faut une coque pour bien tenir en main, il est aussi imposant que des smartphones un peu mieux armés en termes d'affichage.

Écran

On l'indiquait plus haut, l'iPhone SE dispose d'un écran de 4 pouces tout ronds. Une rareté de nos jours, mais qui, associée à une définition de 640 × 1136 pixels, lui permet d'obtenir une résolution de 326 ppp. De ce point de vue, il n'y a rien à redire : un Xperia Z5 Compact, avec son écran de 4,6 pouces HD, affiche 323 pixels par pouce. Du pareil au même, donc.

En revanche, à l'usage, on est un peu plus circonspect. Si la dalle affiche une très bonne luminosité de 577 cd/m2 et des couleurs vives, on lui reprochera un certain éloignement avec la vitre qui la protège. C'est un peu moins agréable au quotidien, d'autant que cela a tendance à accentuer les reflets sur cet écran. Tout cela est nettement contrebalancé par un très bon équilibre des couleurs, malgré une température des couleurs légèrement froide (environ 7500°K). La réactivité de l'écran est en outre très bonne.

Plus largement, on posera la question de la pertinence de cet iPhone. Plus haut que les autres iPhone, ce qui pose la question de l'affichage des applications, doté d'une coque imposante au regard de la taille de son écran, il est presque aussi encombrant qu'un terminal "compact" de marque concurrente. Mais même pour les utilisateurs d'iPhone venant d'un terminal de 4,7 pouces, pas facile de revenir en arrière.

Performances

Avec l'iPhone SE, Apple utilise le SoC de l'iPhone 6s, c'est-à-dire une puce Apple A9. Celle-ci est gravée en 14 ou 16 nm selon les versions et intègre seulement deux cœurs 64 bits Twister, cadencés à 1,85 GHz assistés par 2 Go de mémoire vive. Pour le GPU, l'Apple A9 fait confiance à la PowerVR GT7600 d'Imagination Technologies. Mis à part la puce graphique, la quantité de mémoire vive et la partie processeur fait penser à un smartphone milieu voire même entrée de gamme dans l'univers Android. Pourtant, c'est ce qui se fait de mieux sous iOS, si l'on met de côté les iPad. Voyons voir ce que donne le nouveau venu d'Apple dans les benchmarks face aux téléphones haut de gamme sous Android.

Malgré la présence de seulement deux cœurs, l'iPhone SE se débrouille vraiment très bien dans les benchmarks, avec des performances comparables au Snapdragon 810 en termes de puissance processeur. Au niveau de la puissance graphique, on est clairement au-dessus de la plupart des smartphones haut de gamme sous Android dans les benchmarks. Seuls les Snapdragon 820 et l'Exynos 8890 peuvent lui faire un peu d'ombre. Mais dans la pratique, avec un écran 720p, l'iPhone SE dépasse le Galaxy S7 grâce à la quantité de pixels à afficher en moins, même si la puissance théorique est légèrement plus faible. Dans les faits, l'iPhone SE est donc beaucoup plus performant que n'importe quel smartphone sous Android et ne peinera pas à faire tourner les jeux les plus gourmands, avec de nombreux effets. Il est d'ailleurs plus performant que les iPhone 6s et 6s Plus, encore une fois grâce à sa définition d'écran plus faible.

Au quotidien, l'iPhone SE se révèle très réactif. On aurait pu craindre que les 2 Go de mémoire vive constituent une limite, mais dans les faits, ce n'est pas le cas. Nous avons ainsi comparé l'iPhone SE au Galaxy S7 avec ses 4 Go de mémoire vive. Nous avons lancé sur les deux terminaux huit applications identiques (navigateur, jeux, réseaux sociaux, etc.) puis nous avons fait jouer le multitâche. Sur les deux terminaux, aucune des huit applications n'a eu à se recharger lors de sa réouverture.

Les bonnes performances de l'iPhone SE posent de nombreuses questions et notamment comment Apple réussi à distiller d'excellentes performances avec moins de puissance théorique qu'un terminal haut de gamme sous Android. La réponse n'est pas si simple, mais il existe certaines pistes. La première, c'est l'écosystème fermé qui permet à Apple d'optimiser au mieux iOS, prévu pour tourner sur quelques plateformes matérielles différentes. De plus, c'est Apple qui conçoit les puces mobiles et l'entreprise peut donc, encore une fois, optimiser au mieux les instructions utilisées par le processeur pour accélérer les tâches sous iOS. Bref, un cercle vertueux entre la partie matérielle et logicielle.

Logiciel

Un mot sur le capteur d'empreintes. Il ne s'agit pas d'un Touch ID de dernière génération et, à l'usage, cela se ressent. Il est moins réactif que celui d'un iPhone 6S, et plus généralement que celui des smartphones récents (sous Android ou non), et affiche un taux d'erreur élevé. C'est dommage et assez agaçant au quotidien. Plus généralement, on regrette cette intégration chez les iPhone, qui nécessitent un écran allumé pour reconnaître l'empreinte de l'utilisateur.

Pour le reste, on retrouve les différentes applications habituelles d'iOS, dans la dernière version du système d'exploitation, et sans le support du Force Touch qui fait la spécificité de son aîné. Entre iMessage, Safari, Facetime ou l'application Santé, l'essentiel est là et fonctionne bien. Il faudra juste, pour ceux qui viennent d'un smartphone Android, apprendre à ranger son écran d'accueil, en l'absence de tiroir d'applications. Notez également que si l'écran de l'appareil accueille, comme ses homologues grand format, quatre colonnes d'icônes, il se contente de cinq lignes au-dessus des icônes fixes en bas d'écran. Sur les iPhone 6/6s, il y en a six.

Appareil photo

Apple l'a promis : l'iPhone SE embarque le même appareil photo que l'iPhone 6S, mais dans un corps plus petit. On retrouve un capteur de 12 mégapixels (pixels de 1,22 µm), une ouverture de f/2.2, et une capacité à enregistrer des vidéos en 4K. L'ensemble des fonctionnalités que l'on retrouve chez les autres iPhone est de la partie, à savoir le HDR automatique, les photos live ou encore le slow-motion. On notera également que le flash logiciel assuré dans le cadre du capteur photo frontal (vraiment juste, de seulement 1,2 mégapixel) est aussi de la partie. Dommage de ne pas être monté jusqu'à 5 mégapixels.

Reste que les résultats, en mode automatique, sont probants, et le sont certainement plus que chez bien des smartphones vendus à un tarif équivalent. Voyez vous-mêmes :

IMG_0032

IMG_0033

IMG_0001

IMG_0027

IMG_0012

Son

On craignait un peu pour la qualité sonore de cet iPhone SE, la faute à son petit format. En réalité, malgré un volume un peu faible, même poussé à son maximum, il propose un son clair.

Réseau

Certes, l'iPhone SE est à bien des égards un iPhone 6S dont le format a été revu, mais pas seulement, puisque certains composants ont été remplacés par d'autres. C'est le cas du capteur d'empreintes, mais aussi du modem inclus au téléphone. Il est compatible avec les trois bandes de fréquences 4G en service en France (1800, 2600 et 800 MHz), ce qui permet de l'utiliser chez l'ensemble des opérateurs, mais il n'est compatible qu'avec la 4G de catégorie 4. L'iPhone 5s se contentait en son temps de la catégorie 3, mais ici, on regrettera de ne pas avoir droit à la catégorie 6, comme chez l'iPhone 6s.

Pour le reste, aucun problème : la qualité d'écoute est là, l'accroche réseau aussi.

Autonomie

Équipé d'une batterie de 1624 mAh, l'iPhone SE fait un peu mieux que les 1560 mAh de l'iPhone 5S. On ne s'attendait pas à des performances hors-normes, mais sur notre test traditionnel d'autonomie, mais la surprise a été plutôt bonne. Il faut dire qu'avec un petit écran de 640 × 1136 pixels, l'appareil minimise les risques de surconsommation énergétique... On ne s'étonne donc pas d'obtenir, sur notre test traditionnel (luminosité à 200 cd/m2, mode avion activé) de n'avoir perdu que 5 % de batterie en une heure de lecture vidéo HD, contre environ 10 % chez ses concurrents. Les choses diffèrent naturellement dès lors que l'on sollicite un peu le téléphone, qui tiendra une bonne journée sans peine, mais pas forcément deux jours. C'est toutefois mieux que chez l'iPhone 5S, son prédécesseur, qui n'était pas un modèle d'autonomie.

Prix et disponibilité

L'iPhone SE est disponible sur le site d'Apple et chez la plupart des opérateurs ou revendeurs, au prix de 489 euros en version 16 Go, et de 589 euros en version 64 Go. Il n'en existe pas de version 128 Go.