Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Surpuissante, l’Apple M1 devance le dernier Core i7 de bureau en single-core

Les cœurs ARM de la puce M1 d'Apple sont légèrement plus rapides sur le benchmark PassMark que les nouveaux cœurs x86 « Cypress Cove » du tout nouveau Core i7-11700K d'Intel (Rocket Lake-S). La nouvelle tombe alors que le nouveau processeur d'Intel ne s'était pas particulièrement couvert de gloire auprès des premiers testeurs indépendants. On apprend du site spécialisé VideoCardz que l'Apple M1 prend ainsi une petite longueur d'avance sur son rival en calcul single-core sur PassMark, pour se loger à quelques encablures derrière le Core i9-11900K.

En single-thread, Intel n'est toutefois pas le seul à se faire distancer par la puce M1 d'Apple : AMD et ses nouveaux Ryzen 5000 sont eux aussi deux pas derrière. Un constat d'autant plus impressionnant qu'en termes de consommation, l'Apple M1 ne joue pas dans la même cour que ses concurrents de bureau : 15 W par défaut pour le processeur d'Apple, contre 125 W pour le Core i7-11700K et 105 W pour le Ryzen 7 5800X. Une différence de TDP justifiée par les performances des CPU d'Intel et AMD en multi-core.

Apple toujours loin derrière en multi-core, mais pour combien de temps ?

Si le petit SoC ARM du géant de Cupertino se défend admirablement bien en single-core face aux processeurs de bureau x86 d'Intel et AMD, il n'a pas l'ombre d'une chance face à eux en calcul multi-core.

Et pour cause, la puce d'Apple se contente de quatre cœurs hautes performances « Firestorm » et de quatre cœurs « Icestorm » conçus pour l'économie d'énergie. Ce total de huit cœurs adopte une architecture similaire au concept big.LITTLE d'ARM (maintenant remplacé par l'ARM DynamicIQ) ou à l'architecture hybride « Lakefield » d'Intel. Seulement voilà, contrairement à la concurrence, Apple ne peut pas encore compter sur l'hyperthreading pour maximiser les performances de son SoC M1 en multi-core.

Ce constat pourrait toutefois évoluer dans les prochains mois avec une possible puce Apple M1X, pressentie pour les Mac de bureau, et pourquoi pas les nouveaux modèles d'iMac.

Notons enfin que si l'Apple M1 obtient actuellement une petite longueur d'avance sur le Core i7-11700K sous PassMark, en single-core, le CPU d'Intel pourrait reprendre légèrement le dessus à la faveur de futures mises à jour pour les cartes mères Intel de série 400 et 500. Dans tous les cas, les deux puces resteront vraisemblablement équivalentes à quelques points près en calcul single-core... ce qui constitue déjà une belle victoire pour Apple.