Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de l'Asus Zenfone 5 Lite : 4 capteurs photo pour un smartphone milieu de gamme

Après une génération 4 assez complexe, Asus revient en 2018 avec la gamme Zenfone 5, plus simple et porteuse de bien des promesses. Le plus accessible d'entre eux, le Zenfone 5 Lite, suivra-t-il le même chemin ? Réponse avec ce test.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d'un smartphone prêté par la marque.

Design

Alors que le Zenfone 5 et le Zenfone 5Z utilisent le même châssis, ce n'est pas le cas de l'Asus Zenfone 5 Lite, le troisième smartphone de la gamme proposée par le Taïwanais en 2018. Oubliez l'encoche, le Zenfone 5 Lite reprend un design que l'on était plutôt habitué à voir en 2017, avec un grand écran 18:9 à l'avant, entouré par des marges de tailles raisonnables. On parle ici d'un smartphone milieu de gamme, et un léger « retard » sur ce point est tout à fait acceptable.

À l'arrière on retrouve un dos en verre 2,5D, assez élégant, avec deux appareils photo au milieu, disposés verticalement et un lecteur d'empreintes au centre. Les deux faces de verres sont réunies par un cadre en plastique. Le tout est plutôt bien intégré et bien fini, même si on regrette toujours de voir un appareil photo ressortir à l'arrière.

Pour un téléphone vendu à ce prix, le Zenfone 5 Lite est un smartphone vraiment très agréable en main et qui respire la qualité de fabrication. Seul bémol esthétique : les capteurs en façade n'ont pas été peints et sont donc particulièrement visibles, mais ce n'est pas si grave.

Le plus problématique est l'utilisation, encore en 2018, d'un port micro-USB, là où on attend maintenant de l'USB Type-C plus moderne. Heureusement, le port jack est, lui, toujours là. À noter la présence de trois slots : un port microSD et deux ports SIM. Il n'y a donc pas besoin de choisir entre une carte SD ou une deuxième SIM, comme c'est le cas sur d'autres smartphones.

Écran

Le Zenfone 5 Lite intègre un écran de 6 pouces IPS avec une définition de 2160 x 1080 pixels (18:9). Sur le papier ce sont de bonnes caractéristiques et, à l'usage, son utilisation est très agréable.

Une fois passée sous notre sonde colorimétrique, l'écran du Zenfone 5 lite se révèle correctement éclairé avec une luminosité maximale de 440 cd/m² pour un bon contraste (pour un écran non-AMOLED) de 1390:1.

La restitution des couleurs est le talon d’Achille de cet écran. Les couleurs sont beaucoup trop froides (9900 K, alors que la moyenne tourne plutôt entre 6500 et 7500 K) ce qui se confirme par un niveau de rouge sous la normale et un niveau de bleu qui crève le plafond (45 % au-dessus du score attendu). Le diagramme confirme un espace sRGB presque intégralement couvert, avec ce déséquilibre vers le bleu.

Heureusement, il est possible de corriger ce problème dans les paramètres d'affichage proposés par ZenUI (Paramètres > Affichage), en activant l'option « Filtre bleu » et en choisissant le niveau 3. Avec ce réglage, le niveau de bleu approche de la normale et la température des couleurs tombe à 6700 K, un résultat beaucoup plus fidèle à la réalité.

Logiciel

Contrairement aux Zenfone 5 et 5Z, le Zenfone 5 Lite tourne sous Android 7.1.1 Nougat avec l'interface ZenUI et n'est pas compatible Treble. Cette version d'Android est sortie en décembre 2016, 18 mois avant la sortie de ce téléphone, même si la marque promet une mise à jour vers Android 8.x Oreo au cours du 3e trimestre 2018. Plus grave, le dernier patch de sécurité mensuel disponible pour le téléphone date de janvier 2018, soit 6 mois avant la sortie de ce téléphone.

L'interface installée ici par Asus est assez lourde, elle revoit en profondeur ce que propose Google par défaut, notamment en modifiant la plupart des codes esthétiques jusqu'aux paramètres du système et en ajoutant un certain nombre de fonctionnalités.

On peut ainsi citer les nombreuses options de personnalisations du lanceur d'applications, le moteur de thème, le « génie du jeu » pour streamer des parties sur YouTube et Twitch, les gestes ZenMotion, Twin Apps ou encore Page Marker.

On en vient parfois à se perdre et à confondre certaines fonctionnalités : OptiFlex pour accélérer le lancement d'application, la « super optimisation » de l'application Gestionnaire Mobile et le réglage du mode performances sont trois choses différentes à trois endroits bien différents du système, qui semblent pourtant toutes régler les performances du smartphone.

Performances

Pour ne pas faire d'ombre au Snapdragon 636 du Zenfone 5, le Zenfone 5 Lite doit se contenter d'un Snapdragon 630. La différence entre les deux puces se fait essentiellement sur la puissance du processeur et la qualité de la puce de traitement audio. Dans les deux cas, le SoC permet au téléphone d'intégrer des normes récentes : 4G LTE Cat 5. (400 Mbps / 75 Mbps), le Wi-Fi 802.11 b/g/n/ac 2,4 et 5 GHz, et le Bluetooth 4.2.

Sur le papier, le choix d'un Snapdragon 630 ne le pénalise pas vraiment face à ses concurrents directs, souvent équipés de la même puce ou d'une puce inférieure. On note que le Nokia 6 (2018) s'en sort mieux, sans doute grâce à une meilleure optimisation logicielle. Ce manque d'optimisation se ressent vraiment à l'usage du téléphone, qui a tendance à ralentir, voire à s'effondrer devant la multiplication des taches. Cela peut vraiment handicaper l'utilisation du téléphone quand, par exemple, l'application caméra tourne au ralenti et empêche de prendre correctement une photo.

En jeux, la puce graphique Adreno fait bien son travail et Arena of Valor (qualité graphique réglée sur moyenne) comme PUBG Mobile tournent dans de bonnes conditions et de façon très stable à 30 images par seconde. Autre bon point : je n'ai pas noté de surchauffe du téléphone, même après plusieurs parties, tout au plus une zone tiède au niveau de l'appareil photo dorsal.

Appareil Photo

Le Zenfone 5 Lite ne propose pas un, ni deux, mais quatre capteurs photo ! Bon d'accord, on triche un peu, le smartphone intègre en fait deux caméras à l'arrière, et deux caméras à l'avant. Dans les deux cas, Asus ne précise pas beaucoup d'information sur le second capteur, si ce n'est qu'il photographie en grand-angle à 120°. Élément différenciant intéressant, le Zenfone 5 Lite mise sur les selfies pour se démarquer. En effet l'appareil photo dorsal est moins bien équipé : un capteur de 15 mégapixels avec objectif f/2,2, alors que le smartphone utilise un capteur Sony IMX376 20 mégapixels avec objectif f/2,0 à l'avant. Cette différence se confirme avec les photos prises par le smartphone.

Exceptionnellement on va donc commencer par commenter les résultats des caméras à l’avant. De jour, le capteur principal s’en sort bien et sort des clichés d'une bonne définition, et des couleurs équilibrées. En revanche, on peut noter une dynamique un peu décevante avec des blancs brûlés en fonds.

Asus propose toujours son application « Selfie Master » qui permet d'appliquer des filtres et des retouches sur les photos. Une bonne idée sur le papier, mais le traitement automatique est vraiment très agressif et gomme un peu trop les traits du visage à mon goût.

La caméra secondaire grand-angle permet comme prévu de plus facilement réaliser des photos de groupe. Le résultat est plutôt bon, mais on remarque une déformation assez marquée sur les bords de la photo.

De nuit, les choses se corsent naturellement. Le visage est plutôt bien capturé, mais l'arrière-plan est raté, avec beaucoup de bruits et un manque de détail criant.

L'appareil photo dorsal s'en sort moins bien que celui à l'avant, rien d'étonnant à cela compte tenu des choix du constructeur. Dans des conditions idéales, les photos sont tout de même réussies même si le piquée pourrait être meilleur : la dynamique est bonne, les couleurs sont belles, bien qu'un peu saturées.

La caméra grand-angle permet très logiquement d’élargir le champ, mais malheureusement le capteur est vraiment à la peine, même en plein jour. On peut notamment remarquer du bruit au niveau du ciel.

Dans l’obscurité il y a à boire et à manger. La photo de la rue éclairée par deux lampadaires est plutôt bonne avec le capteur principal, bien que les couleurs tirent un peu trop vers le jaune à cause de la source de lumière. À l'inverse, la même photo prise avec le grand-angle manque de chaleur et le traitement photo semble trop agressif avec une perte de détail non négligeable. Sur une photo demandant des détails, comme celle de la plante, le téléphone s'en sort bien pour un appareil de cette gamme, mais on note que le téléphone n'a pas réussi à capturer l'arrière-plan, et s'est contenté de l'avant éclairé par un lampadaire.

Autonomie

Le Zenfone 5 Lite intègre une batterie de 3300 mAh, une capacité dans la bonne moyenne du marché. Et cela se ressent aussi à l'usage où le smartphone se comporte comme un appareil dans la bonne moyenne du marché. Il m'a permis de facilement tenir la journée avec un usage mixte comprenant quelques rapides sessions de Pokemon GO et beaucoup de navigation sur le web et les réseaux sociaux.

Notre test SmartViser qui simule une utilisation variée du smartphone (veille, web, jeux, etc.) a obtenu une autonomie de 8h49, un bon résultat, tout juste devant le Nokia 6 (2018). À noter que l'interface ZenUI propose des options d'économie d'énergie assez poussée, notamment un mode « super économie » qui désactive le réseau, mais n'est pas aussi poussé que ce que proposent certains concurrents (les applications et jeux restent accessibles).

Le smartphone est fourni avec un chargeur de 10 W qui permet de gagner 14 % en 30 minutes de charge. Il a fallu 3 heures pour le recharger de 9 à 98 % de batterie, ce qui est absolument énorme.

Prix, date de sortie et alternatives

Le Zenfone 5 Lite est déjà disponible à partir de 299 euros. Ce smartphone aura fort à faire face à un Nokia 6 (2018) moins cher et promettant un bon suivi des mises à jour, ainsi que le Redmi Note 5 de Xiaomi, toujours aussi agressif concernant son rapport qualité/prix. Ce dernier propose entre autres une version d'Android plus récente, des mises à jour régulières de l'interface MIUI et une meilleure autonomie.

Galerie Photo