Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Toujours plus puissante : BMW travaillerait sur une M5 électrique de 1000 chevaux

Abandonner un projet électrique, pour mieux en lancer un autre ? C'est en tout cas ce qui semble se tramer dans les coulisses du constructeur automobile BMW, dont la Vision M Concept hybride a récemment été abandonnée, laissant l'i8 orpheline d'une successeure digne de ce nom. Mais la firme d'outre-Rhin n'a visiblement pas dit son dernier moment en matière de véhicules électriques, comme le rapporte Car Magazine.

Ça décoiffe

Car d'après le média britannique, la prochaine génération de la berline de luxe performante M5 devrait épouser les joies de l'électrique, et avec la manière, s'il vous plaît. Car la fiche technique réservée au véhicule alimenterait toujours plus la guerre des chiffres que se livrent les fabricants du secteur. En témoigne la puissance du futur engin, qui pourrait alors développer jusqu'à 1020 chevaux.

Pour ce faire, les ingénieurs du groupe y intégreraient deux moteurs de 250 kW à l'arrière, et un autre à l'avant. Un groupe motopropulseur qui lui permettrait alors d'abattre le 0 à 100 km/h en l'espace de 2,9 secondes seulement. Sa batterie de 135 kWh lui conférerait par ailleurs une autonomie de 700 kilomètres, alors que son système 400 v, voire 800 v, lui ouvrirait la voie à la charge ultra rapide de 350 kW.

2024 en ligne de mire

La M5 électrique a certes fière allure sur le papier, mais sa sortie programmée en 2024 marquerait toujours plus le retard de BMW en matière d'électrification. Sa gamme "i", composée de l'i3 et de l'i4 (lancement en 2021), peut aujourd'hui difficilement rivaliser avec les concurrents actuels, alors que de nombreux autres modèles auront eu le temps de se faire une place sur le marché.

Un membre du pôle R&D appartenant à la Division M l'a d'ailleurs admis à Car Magazine. « BMW est en retard en matière de véhicules électriques, au même titre, malheureusement, que la conduite autonome. À moyen terme, notre seul avantage compétitif est la conduite, le comportement et la tenue de route. Mais le plus gros challenge reste de loin le coût : c'est d'ailleurs pourquoi la direction a enterré le projet Vision M Next ».