Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

5G : « l'appétit n'est pas au rendez-vous » selon Bouygues

La 5G est encore loin de s'imposer comme la norme. À en croire Olivier Roussat, directeur général de Bouygues, dans les colonnes du Figaro, elle « démarre » même « assez doucement en termes d'usages». Cela n'a rien d'étonnant : la 5G est encore en plein déploiement et elle est encore absente dans de nombreuses villes de France. Selon Les Échos, les opérateurs viendraient tout juste de signer un accord pour son arrivée à Lille, deux mois après Paris et six mois après Nice.

« La 5G commence seulement, l'appétit n'est pas complètement au rendez-vous », avoue Olivier Roussat qui abonde en apportant des chiffres. « La 5G représente moins de 1 % du trafic sur le réseau », explique-t-il.

Pas avant 2022

Selon le chef d'entreprise, la raison de ce démarrage en douceur provient principalement du fait que « la perception pour le client n'est pas claire ». Il ajoute que la technologie qu'il déploie « est très supérieure à la 4G, « mais dans l'usage quotidien du mobile, on ne perçoit pas la différence ». Selon lui, il faudra attendre « fin 2022, début 2023 », lors de « la deuxième étape du déploiement », pour que « les vrais usages » apparaissent.

Côté fibre cependant, l'usage semble bien installé, à en croire les chiffres de Bouygues Telecom, qui annonce 190 000 nouveaux clients sur le premier trimestre. En un an, l'opérateur est passé de 28 % de ses clients qui possédaient une offre fibre à 42 %.

https://www.frandroid.com/telecom/817317_nous-avons-teste-la-5g-dorange-a-quoi-faut-il-sattendre