Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Dell Chromebook 11 (CRM3120) : la solidité à l’américaine

Après une première tentative en 2014 qui n’aura pas eu grand succès, Dell revient sur le marché des Chromebooks en 2015 avec une version rafraîchie de son Chromebook 11. Baptisé CRM3120, il corrige certaines erreurs de son prédécesseur tout en jouant la carte de la solidité pour une utilisation nomade.

dell-chromebook-11-test-frandroid14 copy

Pour les constructeurs, il est très difficile de se démarquer sur le marché des Chromebooks, et si Google a tenté de se lancer dans le haut de gamme avec son Pixel, les autres en revanche restent sur le segment des notebooks abordables, où la marge de manœuvre est relativement limitée. Pour son nouveau Chromebook 11, Dell a une nouvelle fois décidé de s’orienter vers la robustesse, ce qui n’est pas possible sans quelques concessions esthétiques. Mais cette nouvelle génération est avant tout une excuse pour corriger les erreurs de la première et redonner un coup de jeune à la fiche technique d’un produit vieillissant.

 

Caractéristiques techniques

Outre son design légèrement différent, les principales nouveautés de ce CRM3120 sont son processeur Intel Celeron N2840 (Bay Trail) cadencé à 2,6 GHz, ses 4 Go de RAM (dans sa version la plus évoluée, contre 2 Go pour l’entrée de gamme), ses haut-parleurs en façade, pour un meilleur rendu sonore, ainsi que ses deux micros, situés de part et d’autre de la webcam. Tous ces petits détails donnent au Chromebook 11 de Dell les armes nécessaires pour rivaliser avec ses concurrents.

Une chose est sure, Dell ne mise pas sur le design de son Chromebook 11 pour séduire le public. Avec son look rétro, il se place légèrement au-dessus de la moyenne au niveau des dimensions et du poids (29,7 x 21,8 x 2,1 cm pour 1245 grammes). Pour autant, cela lui prodigue une sensation de solidité qui se ressent jusque dans la charnière. Le CRM3120 est un produit nomade qui se transporte dans un sac sans protection supplémentaire sans la moindre crainte.

Sa force réside principalement dans son écran, et plus particulièrement sa luminosité et son revêtement mat qui lui permettent d’être utilisé même en plein soleil, malgré des performances plutôt décevantes sur le papier (seulement 280 cd/m2 à pleine puissance). De même, ses angles de visions sont particulièrement bons sur les côtés (beaucoup moins à la verticale), tout comme sa colorimétrie qui offre des noirs profonds. Les plus exigeants néanmoins remarqueront une tendance des blancs à tirer sur le bleu, ce qui donne aux couleurs chaudes une teinte un peu pâle.

dell-chromebook-11-test-frandroid5 copy

Niveau connectique, ce Chromebook 11 dispose de l’essentiel, avec un port HDMI, une sortie casque, un port pour cartes SD et même un emplacement pour y glisser une carte SIM afin de conserver un accès à tous ses documents en mobilité. Il dispose également de deux ports USB, l’un à la norme 2.0 sur la droite, l’autre à la norme 3.0 sur la gauche. Afin de rendre ce dernier plus facilement repérable, il aurait été bon d’adopter le code couleur (bleu), plutôt que de se satisfaire d’un simple logo SS USB, mais cela n’entrave en rien ses performances.

dell-chromebook-11-test-frandroid4 copy

Clavier & Touchpad

Point essentiel d’un Chromebook, le clavier de ce CRM3120 n’a pas grand-chose à envier aux notebooks les plus sophistiqués. Les touches rebondissent bien et sont facilement accessibles, même s’il aurait été possible de les agrandir légèrement en réduisant un peu l’espace entre chacune d’elles. Ce détail permet néanmoins d’éviter d’appuyer sur plusieurs touches à la fois, même en ayant de gros doigts. Malheureusement, comme bon nombre de Chromebooks, le clavier est dépourvu de rétroéclairage, ce qui aurait été un plus non négligeable pour une utilisation nocturne.

dell-chromebook-11-test-frandroid6 copy

Le trackpad quant à lui est exempt de défauts, surtout sur un appareil de cette taille. Malgré un écran de seulement 11,6 pouces, Dell a réussi à intégrer une zone tactile aux dimensions plus que confortables (100 x 56 mm), parfaitement réactive qui plus est, et permettant de déplacer son curseur d’un extrême à l’autre de l’écran d’un seul mouvement. Le scrolling se fait à deux doigts et répond également parfaitement, rendant la navigation très agréable. Toute la zone peut être utilisée pour cliquer, avec comme d’habitude la possibilité d’utiliser deux doigts afin de remplacer le clic droit.

dell-chromebook-11-test-frandroid12 copy

Des performances suffisantes

En ce qui concerne les performances, le Chromebook 11 se tient dans la moyenne et ne brille pas particulièrement malgré son processeur Bay Trail et ses 4 Go de RAM. Pour ceux qui aiment les gros chiffres, voici quelques benchmarks :

À titre de comparaison, l’ASUS C200, pourtant plus ancien, obtient des scores à peine inférieurs.

À l’utilisation, grâce à la légèreté de Chrome OS, l’essentiel est assuré, que ce soit pour le traitement de texte, la navigation Internet et même l’utilisation de petits jeux sous forme d’applications HTML5. La lecture vidéo est également possible, que ce soit depuis une clé USB ou une carte SD grâce au lecteur intégré, ou directement en streaming via Netflix par exemple. Cette utilisation est d’autant plus plaisante que le Chromebook 11 de Dell jouit d’une qualité sonore exemplaire pour un notebook, et ce aussi bien au niveau de la prise casque que des haut-parleurs en façade situés au niveau de la charnière, entre le clavier et l’écran. Ceux-ci délivrent un son à la fois fort et clair facilitant l’écoute de dialogues, et peinent juste à retranscrire des basses réellement prononcées.

Enfin, Dell a intégré une LED tricolore sur le capot capable de s’illuminer en bleu, en rouge ou en jaune par le biais de l’application intégrée Dell Activity Light. Cela n’intéressera toutefois qu’une poignée d’utilisateurs et s’adresse essentiellement aux établissements scolaires souhaitant équiper tous leurs élèves de ce Chromebook 11. Il aurait été bon pour l’usage quotidien d’utiliser cette LED pour signaler l’arrivée de notifications, ce qui n’est pas le cas ici.

Chrome OS égal à lui-même

Comme tous les Chromebooks, le MR3120 de Dell fonctionne sous Chrome OS dans sa version la plus épurée, avec ce que cela comporte d’avantages et d’inconvénients. Rapide à l’utilisation (entre 6 et 8 secondes pour à l’allumage), il est étroitement lié à l’écosystème de Google et nécessite une connexion Internet pour tirer pleinement parti de toutes les fonctionnalités de l’OS. Tout passe par le navigateur web (Google Chrome) et des applications, ce qui limite drastiquement les choix, même si l’essentiel est présent. Les utilisateurs de Linux, Mac OS et Windows devront s’habituer à cette interface quelque peu déroutante qui ne permet même pas d’enregistrer de fichiers sur son bureau. Néanmoins, une fois les nombreuses contraintes domptées, le système s’avère plutôt efficace pour un étudiant ou pour de la bureautique simple.

Certains problèmes persistants viennent toutefois gangrener l’ensemble et les amateurs de vidéos devront vérifier la compatibilité de tous leurs fichiers puisque certains formats ne sont pas acceptés, et aucun lecteur alternatif ne permettra d’ajouter quelques codecs à Chrome OS pour les supporter.

Une autonomie impressionante

Dell annonce une autonomie de 10 heures pour son Chromebook 11, ce qui semble se confirmer à l’utilisation. En lecture vidéo simple depuis une clé USB, comptez une consommation de moins de 5 % de batterie pour 25 minutes avec la luminosité à 75 % (ce qui est largement suffisant en intérieur), ce qui amène à environ 9 heures entre deux charges. À pleine luminosité sur Netflix en WiFi, comptez une baisse de 10 % de batterie par heure environ, ce qui correspond aux estimations du constructeur.

dell-chromebook-11-test-frandroid3 copy