Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Free se retire de la Bourse : pour quoi faire ?

Ce matin, 30 juillet 2021, nous venons de recevoir les résultats semestriels estimés d'Iliad, la maison-mère de Free. Le groupe Iliad en a profité pour annoncer sa sortie de Bourse. Xavier Niel a lancé une offre d'achat publique simplifiée sur les actions du groupe Iliad.

Une croissance soutenue au premier semestre

Free ne connaît pas la crise : le groupe enregistre une croissance du nombre d'abonnés fixe, qui est désormais de 6 812 000 en France, soit 47 000 abonnés en plus. Néanmoins, le plus intéressant à observer est que le nombre d'abonnés fibre augmente de 247 000. Ces chiffres concernent le second trimestre que l'on compare au premier trimestre 2021.

Même constat sur le marché du mobile, avec une perte de 36 000 abonnés au global. Néanmoins, 97 000 abonnés à l'offre Free illimité, pour 133 000 abonnés en moins sur l'offre à 2 euros par mois, cela montre également que la stratégie de Free paye avec le lancement de la 5G.

Dans les autres pays où Free est présent, en Pologne et en Italie, la croissance est également au rendez-vous avec 280 000 abonnés mobiles supplémentaires en Italie et 181 000 abonnés (fixe + mobile) en Pologne.

Ces chiffres permettent au groupe Iliad d'afficher une croissance de 33,7 % au premier semestre 2021 pour un total de revenus de 3,72 milliards d'euros. La rentabilité est également au rendez-vous avec 1,40 milliard d'euros (EBITDAaL), un chiffre élevé également expliqué par la cession de sites mobiles en Pologne. On notera que l'Italie affiche pour la première fois une rentabilité, 3 ans après son lancement (mai 2018).

Bye bye la Bourse

Iliad va se retirer de la Bourse (ILD, Euronext Paris). Xavier Niel annonce le lancement d’une offre d’achat publique simplifiée sur les actions du groupe Iliad. L’offre a été bien accueille par le Conseil d’administration du Groupe. Dans un communiqué, Thomas Reynaud, directeur général d’iliad explique que « les dirigeants d’iliad accueillent très favorablement cette nouvelle marque de l’engagement de Xavier Niel. Cette opération sécurise l’indépendance stratégique d’iliad et la poursuite sereine de notre plan de développement ».

L'offre publique d'achat est au prix de 182 euros par action, ce qui représente une prime de 61 % sur le cours de clôture du 29 juillet 2021. Une offre intéressante pour les porteurs d'actions, néanmoins l'action d'Iliad a déjà dépassé les 240 euros par le passé.

Il n'est pas forcément intéressant pour Iliad de rester coté

Ce qui peut être considéré comme une punition des marchés financiers ou le signe d’une mauvaise santé ne l’est pas du tout ici. Il n’est pas forcément intéressant pour Iliad de rester coté. La cotation implique en effet plusieurs contraintes : publication des comptes, respect des règles de la plateforme de trading, vulnérabilité aux soubresauts du marché, impact de la réputation sur le cours de l’action, pression des actionnaires sur la stratégie de l’entreprise…

Dans la grande majorité des cas, la sortie de Bourse est financée par de la dette : le rachat du capital se fait grâce à la participation d’un investisseur financier. Ici, Xavier Niel est aidé par la BNP Paribas, le Crédit Agricole et la Société Générale. Ces trois entités, ainsi que J.P. Morgan, forment une société nommée Holdco II. Cela permet de créer un montage à effet de levier.

Même si cette sortie de Bourse se révèlera sans doute efficace sur les comptes et la gouvernance d’Iliad, cela reste une procédure exigeante qui demande un investissement important en temps et en argent.

Pour rappel, à ce jour, Xavier Niel détient 70,63 % du capital et 78,67 % des droits de vote.