Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Google Nexus 5, le meilleur d’Android

La question que tout le monde se pose… devrait trouver un début de réponse dans ce test du Nexus 5. Commercialisé à partir de 349 euros sans engagement, nous sommes en droit de nous demander ce qu’il vaut face à un Samsung Galaxy S4 ou encore d'un LG G2. Voilà notre réponse.

Googel-Nexus-5-LG-FrAndroid-DSC09437

La gamme Nexus possède déjà une histoire qui lui est propre. Les journalistes et les blogueurs ont souvent critiqué la stratégie de Google : pourquoi Google veut-il absolument signer et commercialiser un appareil Android ? Est-ce simplement fou ? Souhaite-t-il vraiment couper l’herbe sous le pied à ses partenaires ?

Tester le Nexus 5, je trouve cela plutôt excitant. Ce smartphone a nourri l’imaginaire de milliers de technophiles et a noyé les médias de rumeurs et fuites en tout genre. Et nous y sommes… Il a été annoncé jeudi dernier, et est arrivé cette semaine dans le courrier.

J’ai utilisé tous les “Nexus”, jusqu’à ce dernier. Ils m’ont presque tous, excepté le HTC Nexus One, laissé un goût amer. Le Nexus 4, par exemple, possède une autonomie trop limitée, un capteur photo dorsal très moyen et n’est pas compatible avec la 4G (LTE). Sans parler de la fragilité de sa coque en verre… Une catastrophe dans mon entourage.

Le Nexus 5 arrive dans un marché qui a beaucoup évolué en seulement 12 mois. Il est possible de trouver des appareils avec des écrans 1080p et des processeurs quadruple-cœurs pour 300 à 400 euros. Par exemple, le Wiko Darkfull, l’Archos 50 Oxygen ou l’Alcatel One Touch Hero. Des appareils chinois, en effet, et qui sont propulsés avec une architecture MediaTeK. Mais c’est tout de même une belle montée en puissance.

Le Nexus 5 reprend les recettes du Nexus 4 : un bel écran, un processeur dernier cri, un partenaire avec un “grand” constructeur, la dernière version d’Android et enfin une commercialisation à bas prix uniquement sur le Play Store (le magasin en ligne de Google).

Le Nexus 5 est toujours fabriqué par LG Electronics, le mastodonte coréen. Une alliance qui en dit beaucoup sur l’état du marché “Android”. Après avoir travaillé avec HTC et Samsung, Google a désormais choisi de travailler main dans la main avec LG. Le constructeur coréen retrouve, comme l’année dernière, une belle opportunité pour gagner en notoriété et en visibilité. L’opération ne lui coûte pas grand chose, et les retombées sont immédiates. Le LG Optimus G et le LG G2 ont marqué l’année 2012 et 2013, et LG a retrouvé la croissance.

Finis les barvardages, alors ce Nexus 5... vaut-il vraiment la peine de s’y attarder ?

 

Contenu de la boîte

Dans le boîtier de la couleur bleue caractéristique des derniers produits de Google, jumeau du boîtier du Nexus 4, Google a logé un smartphone entouré de ses accessoire classiques. Pas de surprises ici, puisque l’appareil est accompagné d’un câble USB/micro-USB séparé de son chargeur secteur.

Le Nexus 5 étant doté d’une conception unibody, un petit outil destiné à ouvrir la trappe pour carte microSIM accompagne le smartphone, tout comme une paire d’écouteurs intra-auriculaires. Cependant, contrairement à bon nombre d’appareils, les oreillettes ne sont pas livrées avec des paires d’embouts supplémentaires.

 

Design et prise en main

Fini le verre ! Vous êtes sûrement nombreux à savourer ce moment. Le Nexus 4 était revêtu en très grande partie d’une couche verre, malheureusement un peu trop fine. En effet, j’ai vu des dizaines de Nexus 4 dont le verre était cassé. Néanmoins, le verre donnait tout de même une impression de qualité et solidité. Quel paradoxe… Le Nexus 5 est en plastique, avec - bien entendu - une plaque de verre sur la façade avant.

Un plastique plutôt agréable à tenir en main, c’est ce que l’on peut qualifier de “soft touch”. Effectivement, c’est doux au toucher et beaucoup plus agréable à tenir que les dos que l’on retrouve sur la plupart des appareils Galaxy, par exemple.

Alors que je trouvais le Nexus 4 élégant - avec ses bordures d’écran légèrement incurvées pour prise en main agréable et sa matrice à motifs sur la coque arrière - le Nexus 5 ne semble pas avoir profité d’une finition similaire.

Avec les bords subtilement incurvés et les coins légèrement effilés, il se niche parfaitement dans la paume de la main. Il est étonnamment léger, avec seulement 130 grammes et 8,6 millimètres d'épaisseur. Les logos LG et Nexus, sculptés et imprimés dans le plastique de la coque arrière, ne gênent pas du tout la prise en main. Néanmoins, le capteur photo dorsal plutôt imposant et surtout proéminent, ainsi que les bordures de l’écran tranchantes, sont autant de points qui montrent un manque de soin apporté aux finitions du design.

Successeur “spirituel” du LG G2, je suis plutôt satisfait que le Nexus 5 n’intègre pas les particularités du téléphone star de LG. En particulier, les boutons situés à l’arrière, au milieu de la coque. Le Nexus 5 a, judicieusement, ses boutons placés sur les tranches - comme sur 99% des smartphones. Ce n’est pas que la prise en main du LG G2 soit mauvaise, c’est qu’elle est surprenante.

Sur la tranche gauche, on retrouve les boutons de réglages de volume, tandis que sur la tranche droite, on trouve le slot microSIM et le bouton de verrouillage. Notez que ces boutons sont composés de céramique, un matériau plutôt résistant. Une fois n’est pas coutume, ces boutons sont anormalement protubérants, ils accrochent facilement le doigt.

Sous le téléphone se trouve le port microUSB ainsi que deux grilles pour le haut-parleur. Sur le dessus, le port casque (jack 3,5mm).

Sur la façade avant une plaque de verre qui recouvre le tout, avec une caméra frontale à droite en haut de l’écran, et l’écouteur circulaire au centre (avec une grille qui le recouvre). J’émets des doutes concernant l’écouteur et les rainures (l’espace entre l’angle et l’écran). Même sans être maniaque de la propreté, ces deux emplacements deviendront des nids à poussière et à résidus.

Comme vous pouvez le voir, le Nexus 5 est sans particularité. Cela ne signifie pas que son design est mauvais ou raté, c’est juste qu’il ne se démarque pas. Ce rectangle aux angles légèrement arrondis n’est pas exempt de défauts, néanmoins il ne déçoit pas.

Le Nexus 5 dispose d'une forme solide qui rappelle les premiers téléphones Nexus, avec un design bien plus minimaliste que le modèle de l'an dernier, et une conception simpliste. Il est léger, agréable à tenir en main, intelligemment conçu, néanmoins quelques détails me donnent l’impression d’être en face d’un prototype : capteur dorsal proéminent, les rainures autour de l’écran, les angles tranchants ou encore l’écouteur circulaire au-dessus de l’écran. Rien de bloquant ni de dérangeant, néanmoins c'est dans les défaites que l'on forge les victoires.

Côté comparaison, vous remarquez que le Galaxy S4 est un soupçon plus petit (138 mm vs 136,6 mm), un peu plus mince (8,7 mm vs 7,9 mm), et un poil plus étroit (69 mm vs 69,8 mm).

Par rapport au Nexus 4 (photos en dessous), LG a réussi à concevoir un téléphone avec des dimensions très proches, mais un écran plus grand (5 pouces vs 4,7 pouces) et un poids inférieur.

Si on le compare au G2, on remarquera une prise en main légèrement moins confortable, le smartphone aux couleurs de LG bénéficiant de tranches beaucoup plus arrondies, dans un format presque similaire malgré un écran plus grand de 0,2 pouce. Au crédit du Nexus 5, un design plus classique qui séduira ceux que le bouton arrière caractéristique du G2 n'a pas convaincus.

Caractéristiques

Le Nexus 5 prend en charge le rechargement sans fil Qi (standard, que l’on prononce tchi, je vous invite à lire notre dossier sur le sujet), tout comme le modèle de l'an dernier. Il ne semble pas y avoir de problèmes de compatibilités étranges cette fois-ci, et nous avons pu facilement charger le téléphone en utilisant le Nokia Fatboy.

Quant à la connectivité, le Nexus 5 est compatible avec le bi-bande WiFi 802.11ac , ainsi que le Bluetooth 4.0, NFC (pour Google Wallet et Android Beam), SlimPort, DLNA et USB OTG pour accéder à des lecteurs flash et utiliser des claviers.

Le Nexus 5 est compatible avec les réseaux 3G (dont H+/DC-HSPA+) mais aussi avec la 4G (LTE) de tous les opérateurs.

 

Ecran

En fait, l’écran 5,2-pouces "True HD" IPS+ sur le LG G2 est sans doute le meilleur écran que j’ai pu voir à ce jour. Bien que l'écran du Nexus 5 reprenne une bonne partie des caractéristiques du G2, le résultat final n'est pas en phase avec ce dernier. Néanmoins, la dalle IPS du Nexus 5 représente une amélioration significative par rapport au Nexus 4, à la fois pour sa résolution supérieure mais aussi sa qualité. D'après quelques spécialistes que j'ai pu croiser, la dalle du Nexus 5 n'est pas le même modèle que le LG G2, c'est un écran fabriqué par LG de la gamme inférieure.

Cet écran offre des angles de vision convenables et une visibilité extérieure au-dessus de la moyenne. Avec 445 pixels par pouce, c'est un appareil fantastique pour lire, travailler, naviguer sur le Web ou regarder des films.

noir blanc vert Rouge Bleu

Si vous trouvez que les teintes saturées sont exagérées sur les écrans AMOLED, l’écran IPS du Nexus 5 est son antithèse. En effet, il ne reproduit pas les noirs aussi profonds et les couleurs ne sont pas aussi dynamiques, néanmoins le rendu des couleurs est plus naturel et le blanc est fidèle aux valeurs de Mir White (oui oui…, la lessive pour le linge blanc).

Au final, cet écran est très bon. La définition 1080p permet d’atteindre un niveau de détails qui donne une raison de plus d’afficher de petites lettres ou de belles photos. On pourrait lui trouver des défauts, néanmoins ils sont bien plus liés aux spécificités de la technologie d’écran, comme j’ai pu vous le décrire plus haut.

 

Audio

Le problème avec la mesure de la qualité audio d’un appareil, c’est qu’elle est très subjective. Chacun perçoit la musique de manière différente car nous n’avons pas la même éducation musicale, la même oreille et les mêmes attentes en ce qui concerne la musique. Difficile donc de juger si un son est « bon » ou bien s’il est « mauvais » .

La qualité audio n’est pas l’élément principal que l’on prend en compte lors de l’achat d’un smartphone. En effet, il y a très peu de différence entre les appareils.

Concernant le Nexus 5, j’ai échangé avec un ami amateur de son. Il a réalisé quelques tests. Traditionnellement, on utilise le volume maximum ce qui permet d’accentuer la distorsion que l’appareil inflige au signal. Le niveau de bruit, la gamme dynamique, le taux de distorsion harmonique, la distorsion d’intermodulation, la diaphonie stéréo… beaucoup de termes barbares. Pour résumer, avec le Nexus 5, globalement, la qualité audio est là. Avec les différentes tests, le Nexus 5 se situait dans la moyenne. Le son n’est globalement pas abîmé en étant stocké, ni même décompressé par le processeur (44100Hz, 16 bits, stéréo).

Notez que le haut-parleur intégré est suffisamment performant. Bien entendu, loin derrière le HTC One, mais assez bon pour se classer dans le haut du panier en puissance et rendu.

Pour information, il y a toujours une exception… Sur le LG G2, la marque sud-coréenne a ré-écrit une partie d’Android 4.2 pour permettre l’amélioration de l’audio, qui est maintenant de 24 bits à 192 kHz, ce qui donne une bien meilleure définition à tous les sons que vous voulez écouter.

 

Logiciel

Le Nexus 5 profite nativement d’Android 4.4 KitKat. En réalité… pas vraiment. L’installation de la dernière version d’Android intervient dès le premier démarrage de l’appareil sur les premiers exemplaires envoyés.

Capture d’écran 2013-11-08 à 16.27.20

Que dire de Android 4.4 KitKat ? Nous avons prévu un dossier complet sur les nouveautés de KitKat, mais vous pouvez déjà consulter l’article présentant toutes les nouveautés.

Comme toute la gamme Nexus, le N5 est livré avec une version “stock” d’Android. Et si vous n’êtes pas familiarisés avec Android, sachez que l’on peut tout remplacer. Tout remplacer… c’est-à-dire, le composeur téléphonique, le bureau (le launcher), l’écran de verrouillage, l’application de messagerie (SMS/MMS), la voix de synthèse, le clavier virtuel, l’application dédiée à l’appareil photo… Et si un composant logiciel ne vous convient pas, vous avez de grande chance de trouver une alternative sur le Google Play.

Le Nexus 5 possède cependant quelques spécificités, c’est le cas du HDR+ (voir partie photos), mais aussi de l’activation de Google Now à tout moment par la voix. Concernant cette dernière fonction, que l’on retrouve sur le Moto X, il faut activer la langue anglaise (US). En anglais, en effet, cela fonctionne. En prononçant “Ok Google”, Google Now se met en marche et attend les instructions. Le reste, vous connaissez.

Screenshot_2013-11-05-22-48-50

Android 4.4 KitKat apporte une certaine fraîcheur à l’expérience Google. L’expérience utilisateur est améliorée grâce à une simplification des couleurs, avec de la transparence dans de nombreux éléments graphiques. L’expérience est également encore plus fluide, on sent une réelle volonté de la part de Google de fournir un OS soigné et stable.

Appareil photo

Gros point faible du Nexus 4, nous avions beaucoup d’appréhensions concernant le Nexus 5. Son capteur est un traditionnel capteur de 8 mégapixels, mais il dispose également d’une stabilisation d’image optique (OIS). L’obturateur est également assez rapide pour capturer ce que Google appelle HDR+ ou, pour les photographes avertis, de la vraie HDR.

La question de l'exposition est malheureusement fréquente sur les capteurs de smartphones, pas de surprise pour le Nexus 5, vous obtenez une sorte de brume sur les photos en plein air où l'obturateur est maintenu ouvert un peu trop longtemps.

Bien entendu, vous n’aurez n'obtiendrez pas les capacités de luminosité incroyables du HTC One ou du Nokia Lumia 1020, ni le souci du détail sur Sony Xperia Z1.

L'autofocus du Nexus 5 trébuche en basse lumière, j’ai rapidement compris qu’il fallait prendre deux à trois photos de nuit afin d'en obtenir une correcte.

Le mode HDR+ est pour le coup, très impressionnant. Le technique HDR (high dynamic range) consiste à prendre une série de photographies, chaque prise de vue ayant une exposition différente : sous-exposée, où tout est sombre, surexposée où tout est lumineux, et une photographie exposée correctement. Les meilleures parties de ces images sont réunies en une seule photo, l’objectif est de faire ressortir les détails dans les ombres. En pratique, cela fonctionne très bien. Même si certaines photos font “fausses”, la grande majorité des photographies sont réussies.

HDR-comparaison

C’est assez rassurant. En effet, le capteur du Nexus 5 pourrait devenir meilleur, avec une qualité d’image améliorée et une autofocus plus rapide, grâce à une simple mise à jour logicielle. Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont des ingénieurs Google qui l’ont glissé à l’oreille de TheVerge, un site anglophone consacré aux nouvelles technologies.

L'album de photos est disponible sur cette adresse

 

GPS, réseaux telecom et connectivités

On néglige souvent cette partie, mais nous nous trompons. C’est la bête noire des appareils asiatiques, souvent très mal configurés. Le Nexus 5 s’en sort très bien, même en pleine ville, le fix se fait très rapidement. Le couple GPS et GLONASS permet d’avoir un “fix” rapide, mais aussi une très bonne précision. Entre 5 et 6 secondes, l’appareil avait fixé 9 satellites avec une précision de 5 mètres.

Screenshot_2013-11-06-18-19-25

Côté connectivité, le SoC Snapdragon 800 qui anime le Nexus 5 intègre un modem cellulaire supportant la 4G LTE. Cette fonctionnalité est associée à des composants du front end module RF360 de Qualcomm. Malheureusement, LG n'a pas poussé l'intégration de sa puce au maximum pour le support de l'ensemble des bandes de fréquences du monde entier. Ainsi, deux versions sont vendus par Google : le D820 et le D821. Le premier est proposé uniquement sur les Terres de l'Oncle Sam alors que le second est disponible dans le reste du monde. Pour mémoire, les bandes de fréquences disponibles en France sont la 7 et la 20 avec la bande 3 en plus pour Bouygues Telecom et sa fréquence de 1800 MHz convertie depuis son réseau 2G.

Récapitulons les bandes de fréquences supportées par ces deux versions du Nexus 5 :

Nexus 5 US (D820):

Nexus 5 reste du monde (D821):

Capture d’écran 2013-11-08 à 16.35.55

J’ai réalisé des tests sur le réseau 4G (LTE) d’Orange et celui de Bouygues Telecom. Pour rappel, les deux opérateurs exploitent des bandes de fréquences différentes.

Performances

Il n'y a pas si longtemps, il était difficile pour certains utilisateurs mobiles de comprendre que leur smartphone était réellement plus puissant que leur PC, mais maintenant, cette situation est presque banale - en tout cas sur le marché des appareils Android. Avec le dernier Qualcomm Snapdragon 800, vous aurez ce qui se fait de mieux actuellement. Avec Android 4.4 KitKat, l'expérience est encore plus fluide. On note des améliorations, du lancement des applications qui se font en un rien de temps, jusqu’au jeux 3D gourmands sur lesquels on profite des performances maximales des moteurs graphiques.

Juste pour mettre tout cela en perspective, voici un comparatif avec les téléphones phares actuels, le test a été effectué sur l’outil GLBenchmark 2.5.1 (Off Screen) :

GLBenchmark 2.5.1 - Nexus 5

Nous avons également réalisé de nombreux tests en comparaison aux autres smartphones Android :

Pour information, on retrouve le S800 sur le Sony Xperia Z1, le Samsung Galaxy Note 3 ou encore le Acer Liquid S2.

Autonomie

Vous étiez tous assez attristés d’apprendre que la capacité de la batterie du Nexus 5 était de 2300 mAh. Et vous avez raison… Malheureusement, comme sur le Nexus 4, l’autonomie est le point faible du Nexus 5. Elle est en-deçà des autres smartphones haut de gamme, vous ne passerez malheureusement pas les journées les plus chargées.

Screenshot_2013-11-07-13-24-00

L’autonomie est similaire à celle du Nexus 4, cela doit faire partie d’un cahier des charges à respecter. On aurait pu penser qu’Android 4.4 et le SoC Qualcomm S800 permettent de gagner les quelques % permettant d’atteindre une autonomie correcte… Malheureusement, c’est loin d’être le cas. Le Nexus 5 possède une autonomie inférieure aux "haut de gamme" actuels : LG G2, Samsung Galaxy S4, Galaxy Note 3 et même le HTC One.

Googel-Nexus-5-LG-FrAndroid-DSC09475

 

badge-9