Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Diversité et inclusion : Google est « déterminé à accélérer le progrès »

Après avoir licencié un employé auteur d'un mémo sexiste, Google avait promis d'intensifier ses efforts pour plus de diversité au sein de son entreprise. Le géant américain vient de partager un rapport à ce sujet, l'occasion pour la multinationale de mieux se rendre compte du chemin qu'il reste à parcourir pour garantir plus d'inclusion.

Vous rappelez vous de l'affaire James Damore ? Cet ingénieur au sein de Google a été licencié par son employeur pour avoir partagé un mémo aux propos sexistes et anti-diversité. Cette actualité avait créé une vive polémique aux États-Unis. Et les parfums nauséabonds du sexisme et du racisme se sont malheureusement manifestés.

Or Google tient à cultiver une image d'entreprise prônant l'égalité des chances et de la représentativité quel que soit le sexe, la couleur de peau, l'ethnie, l'orientation sexuelle ou la religion des personnes. Ainsi, la firme de Mountain View avait promis de publier régulièrement un rapport annuel sur la diversité au sein de ses équipes.

Chose promise, chose due. La filiale d'Alphabet vient de publier le premier rapport sur la diversité depuis cette polémique et ce, par le biais de sa vice-présidente chargée de la diversité et de l'inclusion, Danielle Brown. En introduction, on peut lire la chose suivante :

Les données de ce rapport montrent qu'en dépit d'efforts importants et de quelques petits succès, nous devons faire plus pour atteindre les résultats souhaités en matière de diversité et d'inclusion. Nous avons à cœur d'améliorer la représentation au sein de la main-d'œuvre et de créer une culture inclusive pour tous. Tout en avançant dans la bonne direction, nous sommes déterminés à accélérer les progrès. C'est pourquoi nous apportons des changements à la façon dont nous abordons la diversité et l'inclusion chez Google.

Ce rapport publié en 2018 livre des statistiques concernant l'année 2017.

Les femmes sous-représentées

Ces quelques lignes montrent que la firme de Mountain View sait faire preuve de lucidité. Car il reste en effet encore du chemin à parcourir : les femmes représentent seulement 30,9 % des effectifs totaux de Google. Si l'on se concentre sur les emplois technologiques, ce nombre descend à 21,4 % si l'on se concentre uniquement sur les emplois du secteur de la Tech.

Aussi, les femmes n'occupent que 25,5 % des postes à responsabilité au sein de l'entreprise aux quatre couleurs. Autrement dit, dans tous les domaines (même si l'on regarde les postes non liés à la Tech), les hommes sont largement plus représentés que les femmes au sein de Google. Cette inégalité se retrouve également au niveau des embauches qui ont eu lieu au cours de l'année 2017.

Mais pour éviter d'être trop pessimistes, notons que ces chiffres sont globalement en train de progresser année après année (PDF). Cela tend à prouver qu'il est possible de toujours tendre à une meilleure égalité de la représentativité des femmes et des hommes au sein du secteur de la Tech. Une grande entreprise comme Google se sent forcément investit d'une obligation de montrer l'exemple. Rappelons toutefois que l'égalité des représentativités commence dès la formation aux postes d'ingénieurs ou de développeurs et qu'il faut donc montrer à davantage de femmes qu'elles peuvent se lancer dans ces cursus.

Diversité et longévité

Google indique également le taux de représentativité par ethnies et couleur de peau au sein de ses employés. On notera que les personnes noires et originaires d'Amérique latine sont encore très largement minoritaires.

Mais la multinationale a également partagé le taux de longévité de ses employés en fonction de leur appartenance ethnique. Google s'est ainsi rendu compte que ses employés noirs et ceux originaires d'Amérique latine avaient tendance à quitter leur fonction plus rapidement. La firme indique qu'elle travaille activement à comprendre les raisons qui pourraient les pousser vers la sortie afin de trouver une solution pour y remédier.

Pour rester dans ce sujet, nous vous conseillons la lecture de notre entretien avec Britt Barak, une experte Android qui œuvre à une meilleure représentativité des femmes dans le milieu de la Tech.

https://www.frandroid.com/culture-tech/502425_prenez-la-parole-le-message-dune-experte-android-aux-femmes-de-la-tech