Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Taxe GAFA : le gouvernement Trump promet des représailles

« Le président Trump s’inquiète de ce que nombre de nos partenaires commerciaux adoptent des règles fiscales qui visent des entreprises américaines de façon injuste ». Voici comment Robert Lighthizer, Représentant américain au commerce, résume l’état d’esprit du Président américain face aux taxes imposées aux géants du numérique.

Dans de nombreux pays du monde (Turquie, Inde, Royaume-Uni, Indonésie et Union européenne), les gouvernements mettent en place des politiques fiscales plus strictes contre les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) qui usent depuis des années d’optimisations jugées injustes.

En effet, les géants du numérique sont taxés en moyenne à hauteur de 9 % en Europe, contre 23 % pour les autres entreprises. Ainsi, Google, Amazon, Facebook et Apple contribuent bien peu à l’effort commun alors qu’ils réalisent des bénéfices pharaoniques sur ces territoires.

L’administration Trump menace de représailles

Jugeant ces politiques discriminatoires, le gouvernement américain lance donc une enquête formelle sur ces taxes imposées aux GAFA dans le cadre de l’article 301 de la loi sur le commerce de 1974. « Nous sommes prêts à prendre toutes les mesures pour défendre nos entreprises et leurs salariés contre toute forme de discrimination », annonce Robert Lighthizer, chargé de mener la guerre commerciale de Donald Trump.

Pour y parvenir, le gouvernement américain joue la carte de l’intimidation. Si les taxes GAFA sont maintenues, les États-Unis pourraient mettre en place des tarifs douaniers à l’encontre des pays concernés en guise de représailles. Dans le cas de la France, Donald Trump a déjà menacé de taxer les vins français après le vote de la taxe GAFA en juillet 2019. Paris a alors proposé à Donald Trump de suspendre la taxe cette année afin de trouver un accord. L’OCDE se penche sur le sujet, mais n’a toujours trouvé aucun consensus. Récemment, Bruno Le Maire, ministère de l’Économie et des Finances, promettait que la taxe GAFA serait mise en place cette année, quoi qu’il en coûte, avec ou sans l’OCDE.