Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google teste le chiffrement pour ses messages RCS

Google est bien décidé à faire de son RCS (Rich Communication Service - son alternative aux SMS) un protocole de messagerie aussi riche et sécurisé que le iMessage d'Apple. Et pour cela, il faut savoir rassurer les utilisateurs.

L'entreprise a expliqué, jeudi dans un billet de blog, avoir terminé le déploiement mondial de RCS, qui ajoute aux traditionnels SMS des services comme le chat via Wi-Fi, les réactions aux messages, la notification de lecture, une meilleure qualité photo et vidéo, des discussions de groupe améliorées, etc.

Un accueil mitigé de RCS auprès des partenaires

L'usage de RCS ne s'est cependant pas généralisé autant que Google aurait voulu, trouvant peu de soutien auprès des fabricants pour implanter nativement Google Messages qui l'embarque. Et Google de s'attaquer désormais à un nouveau chantier pour renforcer la confiance de partenaires potentiels : le chiffrement.

À l'instar de WhatsApp, qui en a fait son argument premier, ou d'autres services de messagerie, proposer le chiffrement de messages avec une clé unique, c'est assurer aux utilisateurs que personne ne pourra lire leurs échanges, pas même leur opérateur, leur FAI ou Google.

Le chiffrement d'abord pour les bêta-testeurs

La firme de Mountain View annonce avoir commencé le déploiement du chiffrement de bout en bout dans la version bêta de l'application Messages. Dans un premier temps, le test va se concentrer sur les messages individuels au sein de l'app. Chaque interlocuteur devra avoir activé les fonctionnalités de chat et le chiffrement de bout en bout se fera automatiquement.

Dans sa fiche d'explications techniques, Google indique avoir choisi le protocole Signal pour son chiffrement. Le déploiement à l'échelle mondiale est prévu pour 2021.